La France lance la construction de son nouveau supercarrier

La France fait partie de ces pays qui ont une politique de défense très claire. Avec leurs lumières et leurs ombres, la réalité est qu’ils ne vacillent généralement pas. On pourrait même dire qu’elles sont prévisibles. C’est le cas de sa politique de projection extérieure, dont le plus grand représentant est son porte-avions nucléaire à catapultes. Pour maintenir cette capacité, ils font les sauts appropriés et, ainsi, après l’annonce à la fin de l’année dernière de l’incorporation d’un nouveau porte-avions, l’avant-projet et l’évaluation des risques de sa construction viennent d’être signés, donnant le feu vert à son développement. PANG (Porte-Avions de Nouvelle Génération) est né.

L’intérêt français pour maintenir une bonne capacité de projection navale basée sur un porte-avions. Depuis la Seconde Guerre mondiale, ils ont toujours développé des unités de ce type et toujours de type CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off But Arrested Recovery) ou lancement de catapulte et récupération de câbles, qui sont souvent qualifiés de « conventionnels ». Ces derniers malgré la montée en puissance des porte-avions STOVL (Short Take-Off and Vertical Landing), c’est-à-dire ceux qui manquent de catapultes et de câbles et ont besoin d’avions à atterrissage vertical, comme l’AV8 Harrier et le F-35B.

La révolution militaire « high tech » au Royaume-Uni est un avant-goût de ce qui nous attend

Juanjo Fernández

Des pays comme l’Italie, la Grande-Bretagne ou l’Espagne, ils ont opté pour le type STOVL. D’autres comme la Russie, l’Inde et la Chine ont opté pour une solution intermédiaire de type STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) qui utilise des avions conventionnels à décollage, en les récupérant avec des câbles de freinage, mais sans utiliser de catapultes dans les lancements. Aujourd’hui, seuls les Etats-Unis et la France sont utilisateurs de porte-avions de type CATOBAR.

Les avantages et les inconvénients de chaque type sont évidents. Le CATOBAR est le meilleur, car permet l’utilisation d’avions conventionnels à cent pour cent de ses capacités, c’est-à-dire comme s’ils étaient utilisés à partir de bases terrestres. Mais de très gros navires sont nécessaires et ils coûtent très cher. Le STOVL est beaucoup moins cher, car il permet un navire plus petit et se passe de systèmes de lancement et de récupération complexes et encombrants. Entre les deux se trouve le STOBAR, qui nécessite également de gros navires et utilise des avions conventionnels, bien que sa charge militaire soit limitée par la courte course au décollage.

Le Charles de Gaulle passant devant le porte-avions USS Abraham Lincoln (US Navy)

Dans le choix d’un modèle ou d’un autre, il n’y a pas seulement des conditions économiques, mais aussi des capacités technologiques et opérationnelles. La première limite vient de la complexité de fabrication et de fonctionnement des catapultes, jusqu’à présent vapeur. Les Américains utilisent le système CATOBAR sur leurs gros porte-avions de 100 000 tonnes, mais ils utilisent également le système STOVL sur leurs navires LHD. La Russie, sans tradition et peu d’expérience aéronautique, a préféré se passer de catapultes complexes, voie suivie par l’Inde, qui repose sur les mêmes conceptions, et par la Chine. Cependant, il est prévisible que le géant asiatique, après avoir acquis de l’expérience avec ses premiers modèles STOBAR (d’environ 87 000 tonnes), finira par construire un navire à catapultes.

A la française : de Clemenceau à PA-2

Les débuts français avec les porte-avions ont commencé après la Seconde Guerre mondiale, d’abord avec des navires légers d’origine nord-américaine et britannique et depuis 1946 avec le porte-avions britannique HMS Colossus, rebaptisé Arromanches (R95). En 1955, la construction de deux unités indigènes a commencé. Le premier d’entre eux, le Clemenceau (R98), est entré en service en 1961 et a été suivi de son jumeau, le Foch (R99), en 1963. Il s’agissait de navires de faible tonnage (32 000 tonnes), équipé de catapultes à vapeur et avec des capacités acceptables. Ils ont eu une longue durée de vie et le Foch a été vendu au Brésil (désormais hors service) tandis que le Clemenceau a été démoli en 2009.

En 1980, un projet de construction de deux porte-avions nucléaires est lancé. C’était trop ambitieux et s’est terminé des années en retard et avec la construction d’un seul, le Charles de Gaulle (R91), 42 000 tonnes et équipé de deux catapultes C-13-3. Le navire a eu de nombreux problèmes de toutes sortes, des hélices (l’une d’elles est tombée pendant la navigation), qui ont dû être remplacées, des problèmes d’isolement de la centrale nucléaire et même du pont d’envol, qui a été conçu trop court pour fonctionner. avec l’avion E-2C et a dû être allongé par la suite. Pourtant, malgré tout, ce fut le premier porte-avions nucléaire non américain et la fierté de la marine française.

Le porte-avions Foch en 1983.

La France a toujours voulu opérer avec deux porte-avions. Cela a permis de maintenir sa politique de projection étrangère en assurant toujours un porte-avions actif. Pour cette raison, il a été souhaité d’équiper la marine d’un autre porte-avions, mais au lieu d’une deuxième unité jumelle du Charles de Gaulle (peut-être en raison de ses nombreux problèmes) il a été décidé en 2003 de profiter du projet britannique de fabriquer deux porte-avions et font un projet commun de trois unités, le PA-2 français et ceux qui seraient à terme la classe « Queen Elizabeth ».

Les désaccords sont venus immédiatement. La Royal Navy pensait au F-35B, son projet était STOVL et il n’était pas clair qu’il soit nucléaire, tandis que la France voulait des catapultes et une centrale nucléaire, ce qui a conduit à deux conceptions avec de nombreuses différences. Il se serait appelé Richelieu (nom qui était à l’origine destiné à Charles de Gaulle), mais l’incompréhension et les problèmes financiers ont conduit le président Sarkozy à suspendre le projet en 2008 pour être définitivement annulé en 2012.

PANG : Nouvelle génération

Les désirs sont une chose et les réalités en sont une autre. La Marine Nationale a passé ces années avec un seul porte-avions, ce qui revient à limiter sa capacité d’agir à distance lorsque le porte-avions passe ses périodes d’examen à quai, qui dans le cas du Charles de Gaulle n’ont pas été rares ou courtes (entre 12 et 18 mois). Pour cette raison, une fois le PA-2 abandonné, le projet PANG (Porte-Avions de Nouvelle Génération) a commencé à être envisagé, annoncé en 2018 par la ministre de la Défense, Florence Parly. Après une période d’études, Le président Macron a annoncé en décembre 2020 la construction du nouveau porte-avions et en mars dernier, l’avant-projet et l’évaluation des risques ont été signés, ce qui signifie le point de départ du programme.

Les sociétés en charge de la construction sont Naval Group et Chantiers de l’Atlantique qui ont créé le 10 mars une joint-venture détenue à 65 % par les premiers et le reste par les seconds. Cette joint-venture sera celle qui interagit avec TechnicAtom, le tiers en lice, pour tout ce qui concerne la centrale nucléaire. Le PANG est né non pas en renfort du porte-avions actuel, mais à la recherche de son remplaçant car sa date prévue de mise en service (s’il n’y a pas de retard) serait 2038, quand le Charles de Gaulle est dans ses derniers jours avec près de 40 ans de service.

Infographie du malheureux PA-2 (DCN-Thales)

Le nouveau porte-avions aurait un design très similaire à celui des porte-avions nord-américains, avec l’île très en arrière, à l’opposé de l’actuel R91, dont l’île avant est l’une de ses caractéristiques les plus caractéristiques. ce sera grand, également de ‘taille américaine’ avec 305 mètres de long et 40 de large et son déplacement sera d’environ 75 000 tonnes. Il pourra accueillir un équipage de 2 000 personnes, dont la moitié serait l’équipage du navire et le reste serait le groupe aéronaval et l’état-major. Une petite « ville » nucléaire.

Des fonctionnalités haut de gamme

Bien qu’ayant moins de déplacement que les navires américains, il ne fait aucun doute qu’il a été pensé grand. Sa centrale sera composée de deux nouveaux réacteurs nucléaires K-22, une version plus puissante que le K-15 utilisé par le Charles de Gaulle et qui ensemble peuvent donner jusqu’à 300 MW. Les K-22 du PANG fourniraient chacun 220 MW, soit 440 MW au total. Par comparaison, la puissance de la centrale nucléaire USS Gerald R. Ford avec deux réacteurs A1B est de 700 MW.

Toute cette énergie est destinée d’une part à la propulsion propre du navire, qui donnera environ 27 nœuds, mais de plus en plus à l’énorme quantité de systèmes électroniques embarqués et surtout aux catapultes. Le PANG utilisera le nouveau système de catapulte électromagnétique EMALS de General Atomics, d’origine nord-américaine (comme l’ont toujours fait les Français), qui sont connus pour causer des problèmes mais qui devraient être complètement résolus sous peu. Le navire français, cependant, il disposera de trois catapultes de 100 mètres de parcours, un de plus et mieux que le C13-3 du Charles de Gaulle, de 75 m de course et de capacités de lancement inférieures.

Le fait de choisir des catapultes électromagnétiques est dû non seulement à l’innovation, mais aussi au fait que les nord-américains vont arrêter de fabriquer des catapultes à vapeur, qui sont nettement désavantagées par rapport aux EMALS. Les catapultes à vapeur consomment beaucoup d’eau distillée ce qui à son tour nécessite d’énormes usines de dessalement, des équipements très lourds et encombrants. Il y a aussi une autre raison et c’est le poids des avions. Le Rafale M, l’avion naval actuel, atteint 25 tonnes à pleine charge, mais le futur FCAS devrait atteindre 30 et pour cela une catapulte plus puissante serait nécessaire. Les EMALS, en plus d’un ajustement précis pour le poids de chaque lancement, supportent jusqu’à 32 tonnes.

Image artistique du futur PANG (Naval Group)

Pour le reste de la conception, vous aurez deux élévateurs latéraux d’une capacité de 40 tonnes (trois sur les porte-avions de classe « Gerald R. Ford »). Il est encore trop tôt pour parler d’autres détails comme les systèmes électroniques ou l’armement défensif, mais il est prévu d’utiliser un radar THALES SeaFire, des systèmes de défense antimissile ASTER et des canons CIWS. Son aile embarquée sera composée d’abord d’avions Rafale puis de FCAS, auxquels s’ajouteront des avions d’alerte précoce, des UCAV (drones) et des hélicoptères. Au total environ 40 avions. Le chapitre économique ne sera pas mineur. Le Charles de Gaulle a coûté environ 3 000 millions d’euros (certains disent que c’était plus) et pour le PANG il est estimé à environ 5 000 millions d’euros.

Si tout se passe bien, ce sera un navire technologiquement avancé, puissant et capable avec le nouvel avion naval FCAS, également cher, mais la France a plusieurs choses enviables à cet égard. D’un côté, un sens enraciné de l’importance du plaidoyer. De plus, leurs gouvernements, quelle que soit leur couleur, n’ont pas tendance à vaciller et à maintenir une continuité dans leur politique étrangère et de défense. Enfin, des plans de financement pluriannuels qui garantissent un flux de fonds constant pour vos investissements et les rendent indépendants des changements politiques. Cela ne ferait pas de mal d’en prendre note.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *