La France. Nicolas Sarkozy condamné pour financement illégal de campagne électorale

La peine sera exécutée à l’aide d’un bracelet électronique, c’est-à-dire que l’ancien président purgera sa peine hors des murs de la prison, éventuellement à son domicile. Les détails n’ont pas été donnés.

Sarkozy fera appel du verdict, a informé son avocat.

Ce n’est pas le premier jugement dans l’affaire Sarkozy

La peine a été prononcée sept mois après que l’ancien président a été condamné à trois ans de prison, dont un an de prison absolue, pour corruption et trafic d’influence dans le cadre du scandale des écoutes. Sarkozy a alors fait appel du verdict.

Le coût de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2012 était, selon le parquet, d’au moins 42,8 millions d’euros, soit presque le double du plafond légal de l’époque.

– Il y avait de fausses factures et de faux contrats, c’est vrai ; mais l’argent n’était pas dans ma campagne, sinon il aurait été visible – a déclaré Sarkozy, estimant que l’agence de relations publiques Bygmalion, fondée par Jean-François Copé, trichait sur les factures et gonflait les coûts de la campagne.

Selon Sarkozy, Copé était « gorgé » de sa campagne.

La défense de l’ancien président a fait valoir que pendant toute la campagne « il n’a signé aucun devis, il n’a signé aucune facture, il a accepté toutes les restrictions qui lui étaient demandées ».

Contrairement à 13 autres coaccusés (anciens directeurs de campagne UMP, aujourd’hui Républicains et Bygmalion), Sarkozy n’a pas été reconnu coupable d’avoir participé au système de double comptage.

Les dirigeants de Bygmalion et les autres principaux inculpés ont été reconnus coupables de complicité de faux et de participation au système de double facturation.

Jérôme Lavrilleux – directeur de cabinet de Jean-François Copé, alors chef du parti UMP et directeur adjoint de campagne de Nicolas Sarkozy – a été condamné à trois ans de prison, dont deux ans de prison ferme.

Bastien Millot a été condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis pour complicité, et Guy Alves – 2 ans de prison, dont un avec sursis.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.