La France prend du recul dans sa « taxe Google » et donne la priorité aux relations avec les États-Unis | Technologie

Le gouvernement français a annoncé l’année dernière la mise en place d’une taxe de 3% sur les grandes entreprises technologiques. Comme eux, d’autres pays européens ont lancé la même initiative, mais faire face à la réponse du gouvernement des États-Unis.

Les principales entreprises technologiques auxquelles cette nouvelle taxe serait destinée sont les grandes entreprises technologiques qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 25 millions en France et 750 millions dans le monde. Au lieu de noter Google, les Français ils ont nommé leur taxe de 3% comme GAFA en référence aux entreprises Google, Apple, Facebook et Amazon, principales concernées par cette initiative qui désormais a été paralysé.

Comme la majorité sont des entreprises américaines, le gouvernement américain a pris la mesure comme une infraction directe et a menacé les pays qui l’appliquent d’augmenter les taxes sur les produits importés aux États-Unis. Le refroidissement des relations avec cette puissance mondiale semble être la principale raison pour laquelle le gouvernement français a décidé de paralyser les GAFA.

Entre le moment où vous vous réveillez et celui où vous vous couchez, il ne se passe probablement pas 15 minutes sans que vous utilisiez un produit ou un service Google. Croyez-le ou non, Google contrôle votre vie.

Il n’a pas été complètement annulé, il a simplement été temporairement paralysé, mais sans fixer de date pour reprendre le travail dessus, comme expliqué à Wall Street. Selon les calculs de l’exécutif français, la mesure touchera plus d’une vingtaine d’entreprisesmajoritairement nord-américain, et parviendrait à lever jusqu’à 650 millions d’euros en 2020.

Cependant, ils préfèrent attendre pour améliorer les relations avec le géant américain et trouver un accord afin que cette mesure ne décapite pas les relations internationales. L’année dernière, le représentant américain au commerce a estimé que la taxe était injustement discriminatoire à l’égard des entreprises technologiques de son pays. Après les premières discussions, les deux pays veulent parvenir à un accord.

Emanuelle Macron a partagé sur Twitter son intention de « continuer à travailler ensemble sur une bonne affaire pour échapper à la hausse des tarifs« Avec ce message, il est confirmé que la France a décidé de paralyser la taxe GAFA face à la menace américaine d’augmenter les tarifs sur les produits français.

Mais la France n’est pas le seul pays à travailler sur cette initiative. L’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Union européenne négocient les conditions pour faire approuver la mesure. Tous ces pays se plaignent des profits importants de ces entreprises dans leur pays, qui ne sont pas proportionnels aux impôts qu’elles y paient.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.