La France se dit « trompée » par l’Australie après la suspension du contrat des sous-marins

L’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thebault, a déclaré aujourd’hui que la France s’était sentie « piégée » par l’Australie après la récente suspension d’un contrat de plusieurs millions de dollars pour la construction de 12 sous-marins conventionnels par la société française Naval Group.

« Nous avons découvert par la presse que la personne la plus importante de ce gouvernement australien a intentionnellement caché [a suspensão do contrato] de nous jusqu’à la dernière minute. Ce n’est pas une attitude australienne envers la France. Peut-être que nous ne sommes pas amis », a déclaré Thebault dans une interview à la télévision ABC à Paris.

L’annulation du contrat avec le groupe naval français, évalué à environ 55,611 milliards d’euros, fait suite à l’annonce la semaine dernière d’un accord de défense entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, qui comprend le développement de sous-marins nucléaires en Australie.

Thebault est dans la capitale française après que le gouvernement a appelé ses ambassadeurs à Canberra et à Washington pour des consultations afin d’exprimer son mécontentement face à la façon dont l’Australie et les États-Unis ont conclu l’accord dans son dos.

« C’était un processus qui a duré 18 mois. Alors que nous nous étions engagés à faire le meilleur programme (…) il y avait un projet complètement différent que nous avons découvert, grâce à la presse, une heure avant l’annonce. Vous pouvez imaginer notre colère , nous nous sommes trompés », a-t-il ajouté.

Thebault a également déclaré que le gouvernement français était le dernier à apprendre l’accord de l’Australie avec les États-Unis et le Royaume-Uni et a souligné que « c’est une question de principe, de dignité et de respect mutuel dans les relations entre les États ».

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a accusé la semaine dernière l’Australie et les États-Unis de « mensonge, duplicité, un grand abus de confiance et mépris ».

Certains pays de la région indo-pacifique ont exprimé leur mécontentement face à la signature de l’ambitieux accord de défense par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, qui équipera la flotte de la nation océanique de sous-marins à propulsion nucléaire.

La Corée du Nord a accusé aujourd’hui les signataires, et notamment Washington, de « bouleverser l’équilibre stratégique dans la région Asie-Pacifique » et déclencher une course aux armements nucléaires avec un pacte qu’il a qualifié de « extrêmement indésirable et dangereux ».

Pour leur part, la Malaisie et l’Indonésie se sont plaintes dimanche que l’accord inciterait d’autres puissances à agir de manière plus agressive dans la région, en particulier dans la mer de Chine méridionale contestée.

VOIR AUSSI :

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.