La France s’effondre : le pays des extrémistes – politique

La France se sépare. Lors du second tour des élections, les modérés doivent serrer les rangs. Mais cela ne fonctionnera pas sur le long terme, analyse Joachim Dorfs.

Une expérience de réflexion : comment le résultat d’une élection serait-il discuté en Allemagne dans laquelle le SPD, la CDU/CSU, le FDP et les Verts ont obtenu ensemble moins de 40 % des voix, tandis que la gauche, l’AfD et des groupes encore plus éloignés du la gauche et la droite obtiendraient plus de 60 % des voix ? Malgré tous les problèmes de comparabilité : c’était exactement le résultat du premier tour de l’élection présidentielle française. Plus de 60 % des voix sont allées à des candidats explicitement anticapitalistes, communistes ou trotskystes d’une part, ou nationalistes, racistes et xénophobes d’autre part. Ces groupes populistes sont unis dans leur rejet de la forme de société dominante, de l’intégration européenne et, dans une certaine mesure, des institutions démocratiques. Même la proximité de Moscou, par exemple de l’extrémiste de droite Marine Le Pen, n’a pas dissuadé les électeurs.

La division est l’état permanent de la France

L’actuel président français Emmanuel Macron a démantelé les anciens partis populaires lors de sa première campagne il y a cinq ans. Qu’une Valérie Pécresse issue de la famille conservatrice reste sous les cinq pour cent était impensable il n’y a pas si longtemps. La maire de Paris et socialiste Anne Hidalgo l’a encore pire avec moins de deux pour cent – de cette position, le gaulliste Jacques Chirac est devenu président une fois.

Ainsi, quiconque pousse un soupir de soulagement après le premier tour de scrutin face à l’avance apparemment confortable d’Emmanuel Macron de quatre points de pourcentage sur l’extrémiste de droite Marine Le Pen pourrait être choqué d’être sur terre dans deux semaines. Car ce que l’on observe à l’ouest du Rhin n’est pas l’instantané d’une société divisée, mais apparemment son état permanent.

Le centre de la France s’assèche

Depuis 2002, Marine Le Pen et son père Jean-Marie se sont qualifiés trois fois pour le second tour. Jusqu’à présent, il a toujours été possible de repousser le père ou la fille Le Pen dans un effort conjoint des démocrates. Mais il y a un risque que ce business model atteigne ses limites. La « rupture sociale », la rupture sociale, était déjà identifiée par Jacques Chirac, qui a déjà été décrit – c’était en 1995. Depuis, les extrémistes ont eu tendance à se développer davantage en France, tandis que le centre s’est tari.

Lire notre offre : Entre paralysie et changement radical d’époque



Macron pourrait être en mesure de rallier à nouveau les forces démocratiques et pro-européennes derrière lui lors du second tour des élections dans un peu moins de deux semaines. Mais il y a un risque que cela ne suffise plus – un jour dans le futur ou bientôt.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.