La France versera 100 euros à 38 millions de Français pour compenser l’augmentation du carburant | Économie

Le Premier ministre français, Jean Castex, lors de son discours télévisé.LUDOVIC MARIN (AFP)

Le gouvernement français compensera la forte hausse des prix des carburants par un chèque de 100 euros à 38 millions de Français, soit plus de la moitié de la population du pays, comme l’a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex. Comme expliqué, quiconque gagne moins de 2 000 euros par mois peut bénéficier de cette « compensation de l’inflation », qui vise à apaiser le mécontentement social croissant dû à la hausse continue des prix dans un pays où une nouvelle hausse de l’essence a provoqué la plus grande protestation des le mandat d’Emmanuel Macron, celui du gilets jaunes.

« Nous avons pris la décision de [aprobar] une compensation-inflation de 100 euros qui sera envoyée aux Français qui gagnent moins de 2.000 euros nets par mois », a annoncé Castex dans le JT de la plus haute audience de la nuit de la chaîne TF1.

Le versement unique sera « automatique » et touchera les salariés, les chômeurs, les indépendants ou les retraités dont le revenu mensuel n’atteint pas le plafond fixé entre décembre et janvier, a-t-il ajouté. Au total, la mesure coûtera 3,8 milliards d’euros aux caisses de l’Etat, même si le Premier ministre a affirmé qu’elle sera en mesure d’absorber les nouvelles dépenses sans dépasser son objectif de déficit de 5% d’ici 2022.

Le gouvernement Macron a annoncé il y a une semaine qu’il prendrait une décision sur la manière de contrer la hausse de l’essence, et il y a eu des spéculations avec les différentes possibilités qui s’offraient à lui, d’une baisse généralisée de la taxe sur les carburants – qui représente 60% de son prix final— à une mesure plus « focalisée » sur ceux qui ont vraiment besoin d’utiliser la voiture dans leur vie quotidienne et souffrent déjà de l’inflation généralisée qui sévit depuis des mois dans une grande partie du monde. En fin de compte, cette « indemnité de départ » unique a été choisie comme la mesure « la plus juste et la plus efficace », a déclaré Castex. La baisse des impôts aurait été trop coûteuse et, comme des sources officielles l’avaient prévenu plusieurs médias avant que la décision finale ne soit connue, elle comportait le risque supplémentaire de l’impopularité qui, une fois la crise passée, les augmenterait à nouveau.

Bien que la hausse du prix du gaz et la menace que l’électricité coure le même risque au début de l’année prochaine aient causé un casse-tête à l’establishment politique dans un pays déjà en pleine pré-campagne présidentielle, elle a été la hausse de l’essence qui a suscité le plus d’inquiétude. Alors que l’électricité ne se fera sentir de manière généralisée qu’à partir de 2022, les prix des carburants ont déjà suscité des plaintes dans un pays qui ne s’est pas encore remis des longues et dures protestations qui ont conduit le gilets jaunes fin 2018 et une bonne partie de 2019, la pire crise que le gouvernement Macron ait subie jusqu’à l’arrivée de la pandémie.

Par ailleurs, dans son discours, Castex a également annoncé que le « blocage » sur le prix du gaz qu’il avait annoncé fin septembre pour la première partie de l’année prochaine sera prolongé pour « toute l’année 2022 ». A la veille de la hausse de 12% du gaz le 1er octobre, Castex a également annoncé sur TF1 qu’elle allait bloquer ce prix « jusqu’en avril », une période désormais étendue à toute l’année prochaine. Le « bouclier tarifaire » qu’il a évoqué prévoit également de limiter la prochaine augmentation de l’électricité à 4%, qui interviendra en février, malgré les estimations du gouvernement d’une augmentation de 12% en début d’année. La semaine dernière, l’Assemblée nationale a également donné son feu vert au versement d’un « chèque énergie » de 100 euros que le gouvernement prévoit de verser en décembre à six millions de foyers modestes supplémentaires, et auquel s’ajoute désormais la « compensation d’inflation ». » pour un nombre beaucoup plus important de citoyens.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.