La « guerre du poisson » dans la Manche continue. Vous n’êtes pas digne de confiance, a déclaré Macron aux Britanniques

La décision britannique après le Brexit « n’est pas exactement un signe de crédibilité », a déclaré le président français Emmanuel Macron au quotidien à l’heure des conflits passionnés entre les deux pays Le Financial Times. Le président français l’a dit avant le sommet du G20 à Rome, qui est, entre autres, une préparation au sommet sur le climat COP26, États BBC.

Le différend, qui a débuté en septembre, concerne principalement la limite du nombre de navires français pouvant pêcher dans les eaux britanniques.

« Ne vous y trompez pas, ce n’est pas seulement une question d’Européens, mais de tous leurs partenaires », a déclaré Macron. « Passer des années à négocier puis à faire exactement le contraire de ce sur quoi vous vous êtes mis d’accord quelques mois plus tard n’est pas un grand signe de votre crédibilité », a critiqué Macron.

La France a publié mercredi une liste de sanctions qu’elle entend appliquer contre la Grande-Bretagne à partir du 2 novembre parce qu’elle a déclaré qu’elle refusait illégalement d’accorder des licences aux pêcheurs français. Ceux-ci incluent des contrôles aux frontières et sanitaires sur les marchandises en provenance de Grande-Bretagne, une interdiction aux navires de pêche britanniques d’entrer dans les ports français et des contrôles plus intensifs sur le trafic de camions traversant la Manche.

« C’est la première série de mesures », a déclaré le ministre français des Affaires européennes Clément Beaune. « Soit cette première série de mesures conduira à un dialogue sur les licences, ce qui serait bien. Soit ces mesures ne conduiront pas à la réalisation d’échanges et nous prendrons d’autres mesures, notamment celles dans le domaine de la fourniture d’électricité », a ajouté Beaune. . « Notre objectif n’est pas de mettre en œuvre ces mesures, mais d’obtenir des licences », a-t-il souligné.

Paris a également infligé jeudi une amende à deux bateaux de pêche français pour avoir enfreint les règles, un navire a même été arrêté par les autorités. Son capitaine a été accusé vendredi par les autorités françaises d’avoir pris la mer sans le permis nécessaire. La Grande-Bretagne a menacé vendredi de représailles si la France commençait à appliquer les sanctions annoncées suite à un différend sur les droits de pêche.

Le ministre britannique du Brexit, David Frost, a déclaré vendredi au vice-président de la Commission européenne Marosh Shefcovich à Londres que si la France mettait à exécution ses menaces, ce serait une violation de l’accord commercial entre la Grande-Bretagne et l’UE conclu après le Brexit. Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui se rencontreront au sommet du G20 à Rome, devraient également discuter du différend ce week-end.

Avant de partir pour le sommet, le Premier ministre britannique a déclaré qu’il craignait une rupture de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni. Johnson a ajouté que le gouvernement britannique ferait « tout ce qui est nécessaire pour protéger les intérêts du Royaume-Uni ». Selon la station, la rédactrice en chef de la BBC publique Laura Kuenssberog dispose alors d’une lettre que le Premier ministre français Jean Castex a adressée à l’Union européenne. Castex va demander à l’UE de montrer que « sortir de l’UE fera plus de mal que d’y rester ».

Cependant, les travailleurs français du domaine considèrent le différend entre les deux pays comme exagéré. Selon Jean-Marc Puissesseau, directeur des ports de Calais et de Boulogne, le litige porte sur un permis pour seulement une quarantaine de navires, ce qui selon lui est une « goutte d’eau dans la mer ».

Puissesseau a déclaré que le principal problème était le fait que les navires de pêche n’avaient pas été en mesure de prouver qu’ils avaient pêché dans les eaux britanniques dans le passé, comme l’exigent les nouvelles règles. Si les sanctions de la France se poursuivent, « ce sera terrible pour les deux côtés de la Manche, pour vous, pour nous, pour les ports, pour les pêcheurs de votre pays, pour les pêcheurs de notre pays – et ce n’est qu’à cause de quarante petits bateaux. qu’ils ne sont pas autorisés à pêcher dans votre pays », a-t-il déclaré à la BBC.

La pêche a été l’une des questions les plus controversées dans les négociations sur les relations post-urbaines entre Londres et l’UE. Finalement, Londres a convenu avec l’Union que les équipages de l’UE pourraient continuer à pêcher dans les eaux britanniques dans les années à venir sous certaines conditions. Mais la France prétend désormais que la Grande-Bretagne refuse d’accorder des licences à certains navires français en violation des règles.

La France affirme qu’en vertu de l’accord du Brexit, 175 navires de pêche français ont le droit de pêcher entre 6 et 12 milles marins au large des côtes britanniques, mais que le Royaume-Uni n’a délivré que 100 licences, selon Paris.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.