La Hongrie et ses supporters de foot : climat hostile dans le stade – Sport

L’équipe nationale hongroise a fait sensation lors du Championnat d’Europe de football de l’année dernière, principalement à cause de ses fans. Une minorité radicale d’hommes vêtus de noir avait lancé des chants racistes et affiché des symboles d’extrême droite lors des matchs préliminaires du tournoi. Inoubliable est le geste du joueur national allemand Leon Goretzka, qui après son but tardif pour faire 2-2 lors du troisième match de groupe à Munich, a montré aux supporters hongrois un cœur fait de pouces et de doigts en réponse.

L’association européenne UEFA a finalement puni la Hongrie avec un match à domicile sans spectateurs, plus un autre en probation. Mais : Dans les matchs de penalty fermés au public, l’UEFA autorise la présence d’enfants jusqu’à 14 ans s’ils sont accompagnés d’un adulte. Ainsi, samedi dernier à Budapest, au moins 30 000 spectateurs ont assisté au début de la Ligue des Nations face à l’Angleterre. Lorsque les joueurs anglais se sont mis à genoux avant le coup d’envoi pour prendre à nouveau position contre le racisme, de nombreux spectateurs ont hué.

Ces cris ne sont que le symptôme d’un climat hostile qui s’est développé dans le football et la société en Hongrie. Pendant des années, la « Brigade des Carpates » a fait la une des journaux. Ce groupe apparemment paramilitaire rassemble plusieurs centaines de néonazis violents issus de divers clubs. Dans sa symbolique, elle souhaite le retour des régions de l’ancien royaume, rêve de « Grande Hongrie ».

L’Association hongroise de football a donné beaucoup de temps aux supporters de droite

Au sein de la scène des fans hongrois, la « Brigade des Carpates » est une minorité. Mais leurs salutations hitlériennes, leurs bruits de singe et leurs discours de haine n’ont pas été contestés par d’autres groupes de la ligue hongroise peu fréquentée pendant longtemps. Le parti hongrois d’extrême droite Jobbik a reconnu le potentiel de mobilisation des hooligans et des ultras et en a recruté un certain nombre pour leur travail de rue.

L’Association hongroise de football a donné beaucoup de temps aux supporters de droite. Puis, en 2012, lors d’un match à domicile entre la Hongrie et Israël, les chants d’Auschwitz ont résonné dans les tribunes. Préoccupés par les amendes, les associations et les clubs ont de plus en plus imposé des interdictions de stade et introduit des tickets personnalisés. Pendant un certain temps, les hooligans sont restés à l’écart des stades en groupes. Mais dans l’environnement – dans les trains, les pubs et les forums Internet – ils ont utilisé le football comme plate-forme pour le nationalisme et la haine.

Les raisons de cela sont profondes. Le nationalisme a également été officiellement interdit en Hongrie pendant le communisme. Mais dès les années 1970 et 1980, de nombreux fans de football évacuaient leur frustration sociale dans l’anonymat des stades, parfois sous la forme d’antisémitisme. Depuis la démocratisation des années 1990, les partis de gauche et antiracistes traversent une période difficile en Hongrie. Seules quelques ONG dans le pays ont pu lancer des projets à long terme contre la discrimination dans le football. Cela ne suffisait pas pour changer, et la « Brigade des Carpates » est donc revenue sur le devant de la scène pour des temps forts tels que le Championnat d’Europe de football 2016 en France ou l’année dernière.

Viktor Orbán ne veut officiellement rien avoir à faire avec ce bloc extrême, mais le Premier ministre hongrois voit aussi le football comme un outil patriotique. L’histoire persiste selon laquelle Orbán a mieux connu ses compagnons d’armes politiques dans le football étudiant à la fin des années 1980. Dans les années 2000, Orbán a alimenté les protestations contre le Premier ministre socialiste, Ferenc Gyurcsány. Une foule a pris d’assaut la chaîne de télévision nationale en 2006, y compris des supporters du club Ferencváros Budapest.

Pour Viktor Orbán, une victoire de l’équipe hongroise contre l’Allemagne serait particulièrement précieuse

Depuis sa prise de fonction en tant que Premier ministre en 2010, Viktor Orbán a intégré le football dans les structures du pouvoir politique. Le gouvernement a lancé la construction et la rénovation de stades, de salles et d’écoles de sport, également occasionnellement pour les minorités d’origine hongroise des pays voisins, qui regardent également avec nostalgie la «Grande Hongrie» historique. Orbán a utilisé des allégements fiscaux pour encourager les entreprises à investir davantage dans le football. Les principaux membres de son parti au pouvoir, le Fidesz, sont représentés dans les conseils d’administration des clubs. Ils rencontrent souvent des décideurs de la justice et de la banque dans la nouvelle loge du stade de Felcsút, la petite ville natale d’Orbán. A la tête du recordman Ferencváros se trouve Gábor Kubatov, membre du conseil d’administration du Fidesz. Des hooligans de droite ont été vus à plusieurs reprises comme stewards lors de rassemblements du parti.

Pour le Premier ministre hongrois, une victoire de l’équipe hongroise contre l’Allemagne aurait une valeur particulière. Après tout, Orbán considère souvent les politiques du gouvernement fédéral comme la preuve d’un prétendu complot international contre son pays. Comme d’habitude, la DFB n’a vendu que des billets personnels aux supporters allemands qui l’accompagnaient. Cependant, les conseillers des fans pensent qu’il est possible que les hooligans de droite allemands puissent également obtenir des billets par d’autres canaux, comme cela a souvent été le cas lors de matchs en Europe de l’Est. Cela devrait donc être un défi – sportif et politique.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *