La lutte dialectique d’Aguirre pour sauver Radio Euzkadi

Un rapport raconte comment le Lehendakari a participé à un congrès du parti MRP en 1952 auquel il a tenté d’ajouter le soutien français contre Franco.

TAprès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe, et plus particulièrement les pays occidentaux, ont assisté à la résurgence et au renforcement des forces modérées, parmi lesquelles se distinguaient les partis catholiques ; Avec certains d’entre eux, comme le MRP (Mouvement républicain populaire) ou la DC italienne (Democrazia Cristiana), le PNV a entretenu des relations. Ceci est synthétisé par un ouvrage publié par le professeur Leyre Arrieta Alberdi de l’Université de Deusto. Sa recherche s’intitulait Réseau des relations européennes du PNV (1945-1977). Grâce à cette étude, Arrieta conclut que les contacts entre le parti Jeltzale et la Démocratie chrétienne française étaient déjà établis à l’époque de la Seconde Guerre mondiale par l’intermédiaire d’Ernest Pezet, député du PDP (Parti Démocratique Populaire). Après 1945, le Lehendakari Aguirre et les membres de la délégation basque à Paris ont continué à entretenir un traitement cordial avec le président George Bidault, ce qui explique la présence de dirigeants nationalistes dans les congrès nationaux du parti MRP.

Un rapport de 1952 du PNV publié aujourd’hui confirme l’honneur que certains grands dirigeants de l’époque ont accordé au groupe toujours dirigé par José Antonio Aguirre. En fait, comme détaillé dans les trois pages manuscrites, le congrès de cette année-là a invité les Lehendakari, Jesús María Leizaola et Xabier Landaburu. Ce dernier pourrait être celui qui a rédigé l’évaluation, selon les sources consultées. Cette année-là, de l’avis d’Arrieta, le MRP « a considérablement réduit le caractère renouvelé de ses débuts et, à partir de 1951, il a perdu de l’influence gouvernementale ». Alors que la France a subi des changements, dans l’État espagnol Franco a continué son mauvais gouvernement totalitaire et, d’une certaine manière, s’est consolidé.

A Bordeaux, le MRP a soutenu verbalement les pétitions du PNV qui ont été présentées les 23, 24 et 25 mai à un moment pas facile. La délégation du gouvernement basque à Paris avait été dépouillée par Franco de son siège de l’avenue Marceau, numéro 11, à Paris – aujourd’hui Instituto Cervantes – et comme si cela ne suffisait pas, la France avait fermé Radio Euzkadi. La Délégation basque est venue « clore la période de distanciation dans les relations qui a produit la dépossession de l’Avenida Marceau », ont-ils noté. Le MRP fit asseoir Aguirre à une place bien en vue, à la droite de Bidault qui présidait l’acte. De cette façon, « l’ancienne relation cordiale existante a été rétablie » avec les deux parties de la démocratie chrétienne. Le premier problème que le Lehendakari a mis en évidence était la performance ambiguë des États-Unis à l’époque, « qui a suscité la confusion ». Aguirre a vu « l’approche » de la puissance « morale » nord-américaine envers Franco. Pour Bidault, l’aide « n’existe pas » ou était « très limitée » et a déclaré qu’il faisait confiance au président Truman.

Pour Bidault, 1953 allait être l’année de consolidation des forces défensives de la démocratie mondiale. Après cette affirmation, il a changé de sujet et « s’est enquis avec intérêt » de l’état du procès sur la propriété de Marceau, « une affaire qu’il a qualifiée de grande honte » et a estimé que « cette affaire ne peut être résolue que par la négociation politique dans le moment dans lesquelles les circonstances changent en Espagne « . À ce jour, le PNV continue de se battre pour la propriété de ce bâtiment historique.

La triste fin de Radio Euzkadi était aussi un sujet sur la table. « Certains ministres de l’actuel Cabinet français pour supprimer la station clandestine qui fonctionne avec l’autorisation française depuis 1946 ». C’est le sous-secrétaire à la Présidence Guy Petit, qui était également député et maire de Biarritz, qui a déclaré à un Basque du Lapurdi que le gouvernement français avait accepté de supprimer Radio Euzkadi. Petit voulait arranger la situation car le peuple basque était « apprécié » pour sa conduite et il était « très amical avec eux ». Il a jugé opportun d’ouvrir des pourparlers directement avec le président Aguirre.

L’intervention d’Aguirre Cependant, le Lehendakari connaissait ce prétendu désir et après des semaines sans recevoir de demandes, il se rendit au Quai d’Orsay et rencontra l’un des plus grands représentants politiques de l’époque, Maurice Schuman. « Il était totalement étonné car il l’ignorait puisqu’il n’avait pas été traité en Conseil des ministres. » Il a rappelé que les relations avec l’Etat espagnol avaient été traitées de manière générale sans faire référence à des cas particuliers, « ni de Radio Euzkadi ni des Basques ni des républicains espagnols, comme il l’a expressément ajouté ». Schuman surpris quand il lui dit que Guy Petit « avait été un défenseur des relations les plus cordiales avec l’Espagne franquiste, et a également rappelé que pour montrer son objectivité, il a ajouté que Petit était un ami proche des exilés basques. » De l’avis d’Aguirre, la suppression de Radio Euzkadi « devait laisser entre les mains des communistes le monopole total des radios clandestines sur l’Espagne ». Que la station n’était pas seulement entendue et suivie par le peuple basque, « mais par de nombreux éléments dispersés dans toute l’Espagne, à en juger par les nouvelles qu’elle recevait de Galice, d’Andalousie, de Madrid et de Barcelone, ainsi que d’autres points ».

Les lehendakari ont apprécié que le ton occidental de Radio Euzkadi et sa forme d’expression modérée plaisent au public, mais « en le supprimant, ils iront vers d’autres radios qui leur parlent contre Franco, qui ne peuvent être que les soviétiques ». De cette façon, en outre, les stations de Franco attaqueraient les « idéaux communs » démocratiques des Basques et des Français. Shuman a remercié les estimés avec intérêt et a accepté d’intervenir par l’intermédiaire du président du gouvernement français, du ministre de l’Intérieur et du ministre des Affaires étrangères.

Mais l’appel n’est pas venu non plus. « Rien de nouveau n’est arrivé depuis lors, ni de Schuman ni de Petit. » Comme si cela ne suffisait pas, ce dernier « a été récemment décoré par le gouvernement espagnol, et a à son tour décoré la tête de la frontière hispano-française. De l’avis du PNV » ces intérêts personnels de Petit jouent un rôle important dans toute cette affaire. » Pour tout cela, le Lehendakari Aguirre a mis la cerise sur le gâteau et a terminé sa conversation avec le Quai d’Orsay par les mots suivants à Schuman : « Je suppose que vous ne confondrez pas, comme Guy Petit, tourisme et idéologie. Nous vous tiendrons informés de cette affaire, et nous demandons une intervention discrète du Département d’Etat, car nous comprenons que Radio Euzkadi joue un excellent rôle, malgré sa modestie, dans le cadre de la campagne occidentale. « Dans les années 1950, les relations du PNV et du MRP commencèrent à s’affaiblir, comme le détaille Arryeta dans son ouvrage. 1959) et malgré la presse basque soulignant l’accueil chaleureux réservé aux délégations basques en leur sein, le niveau de suivi et l’importance accordée à ces nominations ont notablement diminué ».

Des contacts entre le PNV et la Démocratie chrétienne française ont été établis dès la Seconde Guerre mondiale

Dans les années 1950, les relations entre les jeltzales et le MRP commencent à s’affaiblir, comme le détaille Leyre Arrieta dans ses recherches

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.