La Maison Blanche se heurte à Bolsonaro lors de l’information des journalistes sur la couleur de la cravate de Biden – 11/01/2021 – Monde

Vendredi 29 octobre, 02h46 : « L’avion du président a atterri à Rome à 02h24. Il a atterri à 02h36. Il portait un costume sombre et une cravate bleue. La Première Dame portait une robe rouge. et des talons hauts assortis. Avant de monter dans la voiture, le président s’est entretenu avec des assistants qui l’attendaient sur la piste.

Vendredi 29 octobre, 16h22 : « Président, le pape a-t-il béni son chapelet ? / Oui / Qu’avez-vous dit sur le climat ? / Sur la nécessité et la responsabilité morale que nous avons d’y faire face / La question de l’avortement s’est posée ? / Est-ce que ça a été évoqué. Il a dit qu’il était heureux que je sois un bon catholique et que je devais continuer à communier. / Le pape vous a-t-il donné la communion aujourd’hui ? / Non. »

Samedi 30 octobre, 14h58 : « Informations générales : tous les dirigeants se sont prononcés en faveur d’un impôt minimum mondial. Le président a mentionné que même si nous ne sommes pas d’accord sur tous les sujets, nous pouvons aborder des intérêts communs.

Dimanche 31 octobre 19h23 : « Rappel : la conférence de presse du président commence dans deux minutes. »

Lundi 1er novembre 10h40 : « Au départ, le président a été accueilli à l’aéroport par des diplomates. Il a fait signe du haut des escaliers et a embarqué à 9h08. Nous nous dirigeons vers le décollage à 9h16. »

Du moment où l’Américain Joe Biden a débarqué de l’Air Force 1 à Rome, aux premières heures de vendredi dernier (29), au moment où il a regagné l’avion présidentiel, lundi matin (1er), les journalistes se sont enrôlés dans l’information de la Maison Blanche. list a reçu 73 courriels de conseillers pour les guider dans la couverture.

Lors du sommet du G20, qui s’est tenu dans la capitale italienne ce week-end, les relations du gouvernement américain avec les médias – et avec l’opinion publique – ont contrasté avec celles du gouvernement brésilien.

Des ordres du jour détaillés, des résumés de réunions et de réunions bilatérales, des transcriptions d’interviews et même des menus de repas ont été partagés avec les journalistes à raison de près d’une nouvelle information par heure en moyenne.

Au cours de la même période, 11 messages WhatsApp ont été envoyés à des journalistes brésiliens qui se sont rendus à Rome pour couvrir le voyage du président Jair Bolsonaro.

Parmi ceux-ci, un seul traitait de quelque chose qu’il avait dit : un lien vers le texte du discours d’ouverture du sommet de samedi, publié sur le site Internet du gouvernement quelques heures après sa lecture par le président.

Le manque d’informations reflétait à la fois l’absence de réunions importantes – pendant le G20, Bolsonaro n’a eu aucune réunion bilatérale avec les dirigeants des 19 plus grandes économies du monde ou avec l’Union européenne – et la décision du président de ne pas se soumettre aux questions des journalistes.

La présidence n’a prévu aucune conférence de presse formelle ou informelle lors de l’événement à Rome, une procédure courante sur les voyages de ce type, y compris ceux de Bolsonaro lui-même au début de son administration.

Outre l’Italie, qui a accueilli le G20, le Canada, le Royaume-Uni, la France et l’Espagne sont quelques-uns des pays qui ont réservé des salles spéciales à leurs dirigeants pour répondre aux questions des journalistes. Même des présidents autoritaires tels que le turc Recep Erdogan ont rendu des comptes : la conférence de presse du leader turc a eu lieu dimanche à 17h30 dans la salle Shakespeare.

Le premier ministre canadien a joué deux tours. « Nos entreprises dépensent beaucoup d’argent pour nous envoyer ici, et on s’attend à ce que le premier ministre soit accessible pour répondre aux questions posées au nom de la population canadienne », a déclaré le journaliste de CTV Glen McGregor.

Selon lui, il est d’usage que le dirigeant de son pays tienne au moins une conférence de presse formelle à l’issue d’événements comme ceux-ci, pour expliquer les engagements pris et les positions prises.

Le président français Emmanuel Macron, qui répondrait également aux questions des médias dimanche après-midi après la conférence de presse de l’Italien Mario Draghi, s’adresse également rapidement aux journalistes chaque jour, selon Olivier de Galzain de Radio France.

Bolsonaro, à son tour, outre deux phrases prononcées à son arrivée à l’ambassade à Rome, où il séjournait, ne s’est arrêté qu’une seule fois pour s’entretenir avec une partie des journalistes qui étaient de service sur place. Les autres, sans information complète sur l’agenda du président, tentaient de quitter le lieu où se tenait le G20, à 10 km.

Il y a eu deux autres conversations avec des journalistes, mais une pour les Italiens. Vendredi soir, il a fait une invitation informelle à dîner à l’ambassade aux journalistes des stations de radio Record et CNN Brasil.

Dimanche, alors que les principaux dirigeants européens se réunissaient à Fontana di Trevi, il a accordé une interview à la chaîne italienne SkyTV24, dans laquelle il a attaqué son principal rival lors des prochaines élections, PT Luiz Inácio Lula da Silva.

Des journalistes brésiliens ont tenté d’interviewer le président alors qu’il marchait dans les rues de Rome dimanche soir, mais ont été évités et battus par des agents de sécurité en civil, qui ont refusé d’être identifiés.

« Je ne te dois aucune satisfaction, mon garçon », a répondu le journaliste de l’UOL qui s’interrogeait sur son absence à la COP26, la plus importante conférence sur le climat depuis l’Accord de Paris, en 2015.

Pendant les trois jours que Bolsonaro était à Rome, le secrétaire à la communication de la présidence n’a pas répondu aux demandes des journalistes que le président donne une conférence de presse organisée, ni même qu’il fasse une déclaration sur ses impressions sur les réunions dans lesquelles il a représenté le Brésil.

La difficulté de communication des Brésiliens se heurte à celle des autres délégations. « Bien sûr, il y a toujours une tension entre les journalistes et le personnel quant à l’accès que les journalistes peuvent lui obtenir. Les journalistes en veulent toujours plus. Mais le personnel comprend qu’il doit fournir au moins un accès raisonnable à lui et à certains de ses ministres. » dit le Canadien McGregor.

Selon lui, il existe des conseillers chargés de faciliter l’accès des journalistes au Premier ministre. Ils fournissent l’ordre du jour détaillé deux jours à l’avance et résument les réunions et les conversations, bien que nombre d’entre eux soient considérés par le journaliste comme « décevants en raison du manque de détails ». « A ces moments-là, on le compare avec le résumé fait par l’équipe du leader qu’il a rencontré. »

Le Français De Galzain a déclaré qu’en cas d’absence d’informations sur l’agenda ou la position de Macron, ses conseillers répondent toujours aux demandes de clarification. « Et ils le font rapidement. »

Dans le cas brésilien, au moins six questions du feuille adressées directement à Secom, des détails de l’ordre du jour aux déclarations sur des questions spécifiques, ont été ignorées et les appels téléphoniques n’ont pas été retournés.

Une question sur qui étaient les agents de sécurité du président lorsque des journalistes ont été attaqués et si le gouvernement souhaite commenter cela est restée sans réponse depuis 20h28 ce dimanche.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.