La méga chaleur conduit aux incendies de forêt : la France a peur des 40 degrés, l’Espagne les a déjà

La méga chaleur provoque des incendies de forêt
La France craint les 40 degrés, l’Espagne les a déjà

L’Espagne a déjà dépassé la barre des 40 degrés en mai, maintenant il fait encore plus chaud à certains endroits. De vastes zones de forêt ont déjà été incendiées. Un sort similaire menace la France, où d’abord une chaleur énorme puis de violents orages sont attendus d’ici la fin de la semaine.

La France fait face à une canicule avec des températures pouvant atteindre 40 degrés localement. Dans certaines parties du pays, il pourrait alors y avoir des orages le week-end, comme l’a annoncé le service météo Météo France. Les températures les plus élevées sont attendues entre jeudi et samedi, quand elles seront supérieures à 20 degrés même la nuit. Des températures de 38 degrés sont attendues à Paris samedi. Les autorités ont appelé la population à se protéger et à boire beaucoup. Dans les stations de S-Bahn à Paris, il y avait des annonces pour emporter suffisamment d’eau avec vous et pour prendre soin de vos compagnons de voyage.

Des incendies de forêt se sont à nouveau déclarés dans le sud de la France alors que la sécheresse persistait. Comme l’a annoncé la préfecture du département de la Lozère, 120 pompiers ont continué à combattre un incendie qui s’est déclaré la veille dans le secteur du Mas-Saint-Chély, et une route de campagne a été fermée. 70 hectares de forêt ont été détruits par les flammes. Bien que les pompiers aient maîtrisé l’incendie entre-temps, il y avait un risque élevé qu’il se rallume, a-t-il ajouté. Comme l’a rapporté le diffuseur BFMTV, plusieurs avions de lutte contre les incendies ont été utilisés. Les pompiers ont pu protéger cinq maisons d’un village menacé par les flammes.

Ironie du sort, pendant la canicule, de nombreux Parisiens sont confrontés à une grève des éboueurs. Dans dix arrondissements, les poubelles sont restées non vidées depuis lundi et plusieurs centaines de tonnes de déchets se sont accumulées sur les trottoirs. La ville a déclaré qu’elle travaillait sur une solution. Les éboueurs réclament un ajustement de leurs salaires en raison de la forte inflation.

36 degrés prévus pour Majorque

En Espagne, ils sont déjà un peu plus loin. La canicule en Espagne, qui sévit depuis le week-end et qui s’est produite exceptionnellement tôt dans l’année, a désormais également touché des zones du centre et du nord-est du pays. Pour la métropole de Madrid, le service météorologique national Aemet a prévenu de 39 à 40 degrés, à Saragosse il pourrait même faire 45 degrés samedi. 36 degrés étaient prévus pour l’île de vacances populaire de Majorque.

Dans le même temps, les températures du sud, qui avaient été particulièrement touchées, n’ont que légèrement baissé. 39 degrés étaient attendus à Séville et 41 degrés à Cordoue. Ces derniers jours, les températures en Andalousie étaient même montées à 43 degrés. Les autorités ont conseillé aux gens de boire beaucoup d’eau, de ne manger que des repas légers, de ne pas s’exposer au soleil pendant de longues périodes, d’éviter les exercices physiques intenses et de consulter un médecin dès les premiers signes de coup de chaleur.

Superficie forestière brûlée deux fois plus importante que les années précédentes

La canicule pourrait s’atténuer au cours du week-end, mais ce n’est pas certain, a souligné Aemet. Combinée à une sécheresse sévère, la chaleur augmente également le risque de feux de forêt et de brousse. Plus de 19 000 hectares de forêt ont brûlé depuis le début de l’année. C’est environ deux fois plus que la moyenne pour la même période de 2006 à 2021, a rapporté la chaîne de télévision publique RTVE, citant des données du système européen d’observation de la Terre Copernicus.

Selon un article du journal « El País », les périodes de chaleur se multiplient en Espagne. Ils commencent plus tôt dans l’année, sont plus longs, les températures sont plus élevées et affectent de plus en plus de régions du pays en même temps. Le sud de l’Espagne souffrait déjà d’une vague de chaleur prématurée avec jusqu’à 41 degrés en mai. « L’été dévore le printemps », titrait alors le journal. Le record absolu a été mesuré en août dernier à Montoro en Andalousie : 47,4 degrés. Les experts attribuent cela au changement climatique d’origine humaine.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.