La perspective de l’Europe pour les années à venir ? Inflation, impôts plus élevés et retraites nulles

Si nous revenons aux problèmes d’inflation, comment les gens devraient-ils réagir ? Dépenser moins? Changer les habitudes d’achat ? Ne plus compter sur une pension ?

Premièrement, je ne pense pas que l’impact des prix élevés de l’énergie sera significativement dévastateur. Oui, nous serons confrontés à des prix plus élevés et à une énergie plus chère. Cependant, les politiciens ne peuvent pas se permettre d’envoyer la classe moyenne beaucoup plus bas qu’ils ne le sont actuellement, ils choisiront donc probablement une solution simple et émettront des chèques énergétiques. On le voit maintenant.

Quand je regarde plus globalement la transition verte européenne, je suis pessimiste. Je pense que ça finira par un fiasco. L’argument de base est qu’il faut beaucoup plus d’argent pour le faire que ce dont nous disposons. Si vous voulez que les gens arrêtent d’utiliser des moteurs à combustion interne, vous devez leur offrir des subventions pour les voitures électriques. Oui, dans les villes, les gens peuvent toujours opter pour une voiture électrique. Mais êtes-vous allé voir la campagne ? Avez-vous vu des voitures électriques là-bas? Chargeurs ? Et il en est ainsi de tout.

Bref, je n’ai pas assez d’argent pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Un objectif beaucoup plus réaliste serait de passer à une économie bas carbone, mais je ne suis pas sûr que nous y parvenions non plus. De plus, l’hypothèse d’une transition verte implique que nous résoudrons tous les problèmes que nous n’avons pas pu résoudre depuis 50 ans. Et c’est une idée assez naïve. Pour résumer et être réaliste, nous devons être prêts à faire face aux conséquences du changement climatique.

Comment cela affectera-t-il la société?

C’est relativement simple, même si beaucoup ne l’ont pas encore admis. À l’avenir, nous serons probablement confrontés à l’inflation, à une fiscalité plus élevée et à des retraites nulles ou minimales. Ce que nous devons faire, c’est commencer à nous occuper de notre avenir le plus tôt possible. Du point de vue des finances personnelles, cela signifie commencer à investir – et je ne dis pas cela parce que je travaille dans une banque. Personnellement, je me réconcilie avec le fait que je n’aurai pas ou une pension minimum, donc je mets de l’argent en actions, dans l’immobilier. Ce que vous choisissez spécifiquement n’a pas tellement d’importance, il est important que vous ne laissiez pas votre argent inactif sur des comptes bancaires.

Nous avons évoqué à plusieurs reprises la prochaine élection présidentielle française. Qu’attendez-vous d’eux ?

Je conseille personnellement trois candidats en économie, j’espère donc qu’au moins l’un d’entre eux gagnera. En termes de sujets, les sujets économiques sont dominés par la réforme des retraites, et les migrations et la sécurité sont également abordées. De manière assez surprenante, les droits des animaux sont également abordés dans la sphère publique, pour laquelle les candidats présidentiels sont relativement bien définis – également parce que les politiciens des partis « animaux » ont remporté beaucoup de voix lors des dernières élections régionales.

Attendez-vous la dernière élection, Macron contre Le Pen ?

Probablement oui. En 2017, cependant, Le Pen a perdu principalement en raison d’une économie faible. Maintenant, il essaie d’apprendre et d’avoir une approche beaucoup plus pragmatique. Je connais ses conseillers, et même si elle ne l’a pas encore annoncé, elle annoncera probablement une proposition de retraite plus tardive – qui sera compensée par des personnes ayant droit à au moins une pension.

Cela suffira-t-il à battre Macron ?

On verra. À mon avis, Le Pen a également travaillé pour rendre les gens plus sympathiques. Je l’ai rencontrée plusieurs fois. J’ai l’impression qu’elle n’est plus aussi radicale qu’avant. Ses conseillers les plus proches ne sont pas des extrémistes, mais des personnes d’origine centriste-droite. Je ne pense pas qu’elle se sente aussi à l’aise avec la position anti-immigration du parti, qui est l’héritage de son père. Mais elle ne peut probablement pas choisir grand-chose à cet égard, car le noyau de ses partisans professe de telles valeurs.

Un Macron ?

Il a de bonnes idées, mais il est difficile de se déplacer. Lors de sa rencontre avec la population, beaucoup de comportements arrogants ont fait surface, et ce n’est jamais bon pour le président.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.