La plus grande star a échoué, on peut facilement en décider, les Français sont en colère. Les lumières les dérangeaient aussi

Alors que les supporters tchèques et les médias se noient dans l’euphorie du volleyball après les huitièmes de finale de lundi, les Français se remettent d’une énorme déception. Les champions olympiques expliquent pourquoi ils se retrouveront sans médaille aux Championnats d’Europe pour la troisième fois consécutive. D’un autre côté, les Tchèques enthousiastes grincent des dents contre les Slovènes et veulent profiter d’une chance unique de réussir.

« Earvin Ngapeth était déçu », titrait un article de L’Equipe, consacré à la défaite des Français contre les Tchèques en huitièmes de finale du Championnat d’Europe de volley-ball, faisant référence à la performance terne du joueur, considérée par de nombreux experts comme être le meilleur au monde.

« Ngapeth et les vainqueurs olympiques sont soudainement tombés de leur petit nuage », a écrit le serveur lefigaro.fr. Le site officiel du championnat mentionnait que les Tchèques pouvaient écrire la plus grande histoire de tout le tournoi.

Les accusations de Jiří Novák ont ​​été choquées sans exagération par le fait même de figurer parmi les huit premiers. Après tout, les chances de leur victoire sur la France étaient d’environ 11 : 1, la défaite devait être claire (cotes 1,04 : 1).

« Après le match, le mélange a traversé la zone sans s’arrêter et avec les larmes aux yeux », a écrit le journaliste français David Loriot de L’Equipe à propos de Ngapeth, donnant au remorqueur de 30 ans trois sur une échelle de dix points.

Ngapeth est entré dans le match avec deux mauvais revenus et les Tchèques ont rapidement pris une bonne avance. Dans le premier set, la star, qui est revenue à Modène, en Italie, après trois ans à Kazan, a été bloquée trois fois et a obtenu les pensées de Ngapeth exactement là où elles en avaient besoin.

Avant le match, les Tchèques eux-mêmes ont évoqué le fait que Ngapeth peut incroyablement tirer son équipe, mais aussi couler. C’était le deuxième cas dans une salle très fréquentée d’Ostrava. Le smasher agacé a croisé les bras, s’est disputé avec les juges, a pointé avec colère le plafond de l’Ostravar Arena.

« Surtout dans le premier set, les joueurs français étaient visiblement dispersés par les lumières », rapporte le quotidien L’Equipe dans son bilan. Le fumeur tchèque Adam Bartoš a également reconnu que certains éclairages lui posaient également des problèmes.

Mais pour que ce soit la principale difficulté, à cause de laquelle les champions olympiques succomberont à l’outsider à domicile à 22h25, 19h25 et 32h34, les Français ne l’ont pas dit en émotions après le match sans émotion. Ils ne cherchaient pas d’excuses.

« On n’a pas joué notre jeu, on était frustrés. On sait que c’est notre gros point faible. Quand on débute comme favori, on a parfois du mal à gagner. On dérape vite, ce n’est pas la première fois. Il faut trouver une solution », a admis Antoine Brizard.

Les Français ont connu une déception en huit finales face aux Tchèques il y a quatre ans aux Championnats d’Europe de Katowice. Les champions d’Europe alors en titre ont commis de nombreuses erreurs et ont abandonné après un résultat de 1: 3. Ils n’en ont pas eu cent cette année.

« On cherchait en vain une impulsion qui nous botterait. Un as, un gros bloc ou une attaque individuelle réussie. On a peut-être trop attendu. C’est une grosse déception, par contre l’été a été long et on ne peut pas être insatisfait », a rappelé Barthélémy Chinenyez. que le tournoi principal de cette année, l’Olympique, a été remporté par les Français.

« Nous étions devant une équipe bien préparée. Les Tchèques étaient en difficulté et nous ne savions pas quoi faire. Nous devons apprendre », s’est incliné l’entraîneur français du Brésil Bernardo Rezende.

Alors que les Français ont quitté Ostrava de manière inattendue, les ardents Tchèques attendent avec impatience les quarts de finale contre les Slovènes, vice-champions d’Europe en titre. Au début des Championnats d’Europe, ils ont réussi à les battre et croient qu’ils peuvent passer à travers eux à la lutte pour les médailles.

« Nous allons travailler dur pour que les joueurs oublient et se préparent. Nous savons tous très bien ce qui s’est passé après la première victoire sur les Slovènes, et cela ne doit en aucun cas se répéter », a rappelé l’entraîneur Novák que l’équipe nationale n’a pas réussi à duel avec la Biélorussie.

« Ce sera un match difficile et nous devons donner la performance que nous avons montrée contre la France. Nous devons l’aborder de manière à ce qu’ils soient toujours les favoris et nous devons travailler », a déclaré le smashman Bartoš. « Nous devons retomber au sol et botter le cul des Slovènes entre guillemets », a ajouté le contreur Adam Zajíček.

Les Tchèques joueront à nouveau contre la Slovénie mercredi à 19h, trois heures plus tôt, débutera le troisième quart de finale entre l’Italie et les Allemands. Une bonne ambiance est à nouveau attendue. Surtout quand c’est la dernière occasion pour les supporters tchèques de soutenir l’équipe nationale à domicile. Les médailles seront jouées en Pologne.

Les Tchèques peuvent se qualifier pour les demi-finales des Championnats d’Europe après une longue vingtaine d’années.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.