La visite est le point culminant, Bartoníček l’admire. En France, il rencontre Thévenet et Schleck – ČT sport – Télévision tchèque

Antonín Bartoníček a excellé en tant que finisseur, mais il a également fait preuve d’une grande persévérance, puisqu’il a réussi à remporter le célèbre classique national Prague – Carlsbad – Prague, qui mesurait environ 270 kilomètres. En 1972, il fait également partie de l’équipe tchécoslovaque qui, grâce à Vlastimil Moravc, célèbre son triomphe à la Peace Race.

« J’ai été nominé de manière inattendue, ce n’est qu’aux courses de contrôle que j’ai été nominé », se souvient Bartoníček. « Il n’y avait qu’une étape jusqu’à Karlovy Vary, là où je suis né », ajoute-t-il. Il a également triomphé dans sa ville natale, dans des conditions très exigeantes, que le peloton d’aujourd’hui n’aurait peut-être même pas terminé.

« C’était mon étape la plus difficile à la Peace Race. Il a neigé, il a plu, (quatre fois vainqueur du ZM) Szurkowski a perdu quinze minutes là-bas », a déclaré Bartoníček, qui a remporté un total de six étapes de la célèbre course de mai, qui a eu lieu pour la première fois à la fin des années 40.

Pourtant, le Tour de France, comme ses compatriotes, n’a pas eu l’occasion d’y aller, il s’est retrouvé sur les routes françaises lors de la course mondiale la plus célèbre cette année. « Le tour est le sommet absolu. Les leaders doivent endurer trois semaines… C’est le sommet du cyclisme », explique Bartoníček, qui a rencontré deux anciens vainqueurs avant l’étape, Bernard Thévenet et Andy Schleck.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.