L’agenda climatique de la Tanzanie lors d’une conférence à Glasgow

Écrit par Rosemary Mirondo

Dar es Salam. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération en Afrique de l’Est a déclaré hier qu’il profiterait de la réunion de la COP26 à Glasgow, en Écosse, pour réévaluer la promesse faite par les pays développés à Paris en 2015 de financer l’Afrique avec 100 milliards de dollars pour lutter contre les effets négatifs du climat. monnaie. . Les fonds n’ont pas encore été débloqués.

Le ministre de Liberat Mulamula a déclaré cela en marge d’une réunion au cours de laquelle le gouvernement et l’Union européenne ont discuté de questions bilatérales et régionales d’intérêt commun.

Les ambassadeurs des États membres de l’UE qui ont participé au dialogue venaient de Belgique, de République tchèque, du Danemark, de Finlande, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, des Pays-Bas, de Pologne, d’Espagne et de Suède.

Les dialogues politiques font partie de partenariats à long terme entre l’UE et ses partenaires et offrent une opportunité d’évaluation et de planification dans un large éventail d’intérêts communs.

« Nous utiliserons la plate-forme Cop26 pour faire savoir au monde comment la Tanzanie s’attaque au changement climatique – mais aussi pour diffuser le message qu’ils ont promis d’aider nos pays – mais ils n’ont pas tenu leurs promesses et se fixent plutôt de nouveaux objectifs.

Ce n’était un secret pour personne que la situation dans laquelle se trouvaient les pays africains était en quelque sorte causée par les pays.

les publicités

Elle a noté qu’en raison de l’importance de l’environnement et des défis du changement climatique, la présidente Samia Solo Hassan dirigerait une équipe se rendant à Glasgow pour une réunion de la COP26 afin de faire savoir au monde que la Tanzanie avait fixé ses propres priorités.

« Le président Hassan a constamment souligné que les défis mondiaux exigent que la Tanzanie accompagne le reste du monde dans la lutte contre le changement climatique », a-t-elle déclaré.

Cependant, elle a noté que lors du dialogue politique avec l’UE, ils ont également discuté de l’économie bleue de Zanzibar et de la façon dont la Tanzanie a investi, entre autres, dans les forêts et la protection des ressources en eau pour lutter contre le changement climatique.

Elle a noté qu’ils se sont également concentrés sur l’Accord de partenariat de Cotonou signé en 2000, auquel la Tanzanie participe chaque année.

Elle a déclaré que le but de l’accord était d’atteindre un objectif commun entre la Tanzanie et l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique, et l’Union européenne sur diverses questions entre eux.

« La Tanzanie est l’un des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique qui, selon l’accord, est responsable du dialogue au moins chaque année », a-t-elle déclaré.

Elle a noté qu’ils s’étaient mis d’accord lors de discussions sur des questions liées aux relations de développement entre la Tanzanie et l’Union européenne, les entreprises et l’investissement, les droits de l’homme et la démocratie, les questions régionales, ainsi que les questions internationales transversales.

« Nous espérons que la discussion nous permettra de comprendre diverses questions nationales, régionales et internationales et de persuader l’Union européenne de continuer à travailler avec la Tanzanie, y compris la mise en œuvre de projets stratégiques au profit des deux parties », a-t-elle déclaré.

« L’Union européenne a financé de nombreux projets : éducation, santé, infrastructures et énergie. Mais aujourd’hui, nous voulons améliorer nos opportunités d’investissement et d’affaires », a-t-elle déclaré.

Le ministre a noté que les discussions ont également porté sur les droits de l’homme, sur lesquels la Tanzanie a publié son rapport à paraître à Genève, déclarant que « le rapport a été téléchargé sur un site Web et se concentre sur un certain nombre de questions, notamment la liberté des médias et les droits de l’homme. les lois ont été révisées pour tenir compte des droits de l’homme.

Pendant ce temps, Amb. Rita Laranginha, directrice générale pour l’Afrique au Service européen pour l’action extérieure (SEAE), a évoqué, entre autres, la nécessité d’améliorer le climat d’investissement afin que les entreprises de l’UE puissent s’impliquer dans le secteur.

« La semaine prochaine, une délégation de la Banque européenne d’investissement viendra dans le pays et rejoindra la Tanzanie pour investir dans l’avenir », a-t-elle déclaré.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.