L’agresseur présumé en hôpital psychiatrique après une fusillade à Paris – Actualités

Qu’est-il exactement arrivé?

Les coups de feu ont été tirés sur un centre culturel kurde du Xe arrondissement de Paris Rue d’Enghienune rue animée avec commerces et restaurants près de la gare Gare de l’Est. Le maire d’arrondissement Alexandra Cordebard Selon un homme également abattu dans un restaurant et un salon de coiffure dans le même bâtiment.

Les tirs ont également touché la branche du Conseil démocratique kurde de France (CDK-F), une organisation faîtière de 24 associations kurdes. L’organisation a parlé d’un « attaque terroriste« , qui fait suite à de nombreuses menaces turques. La Turquie a longtemps combattu les mouvements indépendantistes kurdes, ceux du Parti des travailleurs kurdes interdit PKK et d’autres organisations kurdes.

Trois personnes ont été tuées; l’émetteur France L’info fait état de cinq policiers blessés et un interpellé. Selon une association kurde, les morts seraient des militants kurdes, dont une jeune femme et un musicien.

Ministre français de la justice Éric Dupond-Moretti continue de refuser de qualifier l’acte de terrorisme. Le retraité, déjà connu des services de police, n’appartenait à aucune association idéologique.

Qui est l’auteur présumé ?

Un Français de 69 ans, lui-même blessé, a été interpellé par la police. L’auteur présumé a depuis été libéré de garde à vue pour raisons de santé et a été transféré à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

L’homme a déjà été condamné pour possession illégale d’armes à feu et crimes violents. Selon le procureur Lauren Beccuau l’homme n’a été libéré que récemment sous contrôle judiciaire. En décembre 2021, il aurait attaqué un camp de tentes de migrants et blessé plusieurs personnes.

Ministre français de la justice Éric Dupond-Moretti défend que l’homme a été libéré après un an de détention. La loi sur la durée de la détention provisoire a été appliquée. Les douze mois n’auraient pas été suffisants pour préparer le procès contre lui.

Connaissez-vous le motif?

Le parquet français a annoncé que l’auteur présumé faisait désormais également l’objet d’une enquête pour un éventuel mobile raciste. Selon les enquêteurs, il avait déclaré qu’il était raciste.

ministre français de l’intérieur Gérald Darmanin avait déjà déclaré vendredi : « Il voulait évidemment s’en prendre aux étrangers ». On ne sait pas si l’homme est impliqué politiquement de quelque manière que ce soit, mais un arrière-plan de droite est vérifié.

La maire Anne Hidalgo était déjà certaine que les tirs étaient l’œuvre d’un extrémiste de droite. « La communauté kurde, et à travers elle tous les Parisiens, a été visée par ces tueries, commises par un militant d’extrême droite », Hidalgo a écrit sur Twitter vendredi.

Ministre français de la justice Éric Dupond-Moretti continue de refuser de qualifier l’acte de terroriste. L’homme se dit raciste mais n’appartient à aucune association idéologique.

Cibler les Kurdes ?

On ne sait toujours pas si l’auteur présumé voulait explicitement attaquer les Kurdes. Ministre de l’Intérieur Darmanin mais a mentionné que janvier marque le dixième anniversaire du triple meurtre d’activistes kurdes. Pour les Kurdes de Paris, la chose est claire : « Ce sont les Kurdes qui ont été ciblés« , est certain Juan-Golan Eliberg, un artiste qui travaille au centre culturel kurde. Le Centre kurde des relations publiques basé à Berlin, qui affirme être en contact avec le Centre kurde de Paris, a expliqué qu’à Paris, ils assument une « Attaque ciblée contre les Kurdes communauté«  la fin.

Chanter près de la scène du crime a rendu l’État et le président turcs Recep Tayyip Erdoğan responsable des tirs. L’armée turque se bat en Turquie et dans le nord de l’Irak contre les extrémistes kurdes associés au Parti des travailleurs kurdes interdit PKK est connecté. En outre, l’armée a récemment attaqué des cibles kurdes syriennes dans le nord de la Syrie.

Lors de la déclaration du ministre de l’Intérieur, de grands cris ont pu être entendus dans la foule. Des manifestations ont eu lieu près du lieu du crime en début de soirée vendredi. De violents affrontements ont éclaté entre des manifestants kurdes et les forces de sécurité. La police a utilisé des gaz lacrymogènes.

Plus d’émeutes la veille de Noël

Des émeutes ont de nouveau éclaté samedi dans la capitale française. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de sécurité en marge d’une manifestation pacifique pour commémorer les trois morts. Cependant, un syndicaliste de la police a souligné en français la téléce n’est qu’une petite partie militante de la communauté kurde qui en est responsable.

Des reporters de l’agence de presse AFP rapportent, entre autres, que des projectiles ont été tirés près du Place de la République ont été lancés sur les forces de l’ordre. Ils ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *