L’Allemagne gagne contre la France avec Rudi-Völler

DLe vent de fraîcheur s’est fait sentir près de trois heures avant le coup d’envoi. La balance se déroulait au stade de Dortmund, et ce test sonnait d’abord comme ceci : « But pour la France ! Puis l’autre variante : « But pour Rudi Völler ! Völler égale l’Allemagne ? Ce serait excessif. Mais il n’est pas exagéré de dire que la séparation d’avec Hansi Flick avait clairement des raisons émotionnelles aussi bien que sportives, comme Völler l’avait dit clairement la veille au soir : Avec un nouvel entraîneur national, c’est « absolument possible » jusqu’aux prochains Championnats d’Europe. été pour créer une « certaine euphorie ».

Par l’homme nouveau, il ne voulait pas dire lui-même, mais l’installation (au moins) temporaire de Völler n’était certainement pas nocive pour l’atmosphère. Il était impossible de dire exactement à quel point le chef d’équipe – Hannes Wolf était sur la liste en tant qu’entraîneur en raison de sa licence – a été accueilli de manière amicale avant le début du test contre la France, car le système audio était réglé trop fort. Mais lorsque le niveau de bruit dans les tribunes s’est élevé pour la première fois après trois minutes et trente secondes, cela s’est effectivement qualifié de but pour Thomas Müller, mais la chanson chantait depuis un coin du stade : Rudi Völler !

Même après, l’ambiance était largement bonne, notamment parce que Leroy Sané a porté le score à 2-0 à la 87e minute. Il n’en reste pas moins que Sané provoque ensuite le penalty qui permet à la France de porter le score à 1-2 grâce à Antoine Griezmann (89e). Tout autour, l’équipe allemande dans son ensemble a été chantée au mieux de ses capacités, mais Völler en particulier a été chanté avec des chansons familières, même si bien sûr on ne peut jamais dire dans quelle mesure il s’agit d’une expression d’opinion ou plutôt d’un rituel culturel populaire. .

Ce mardi soir à Dortmund contre les vice-champions du monde a été définitivement un bon moment pour remonter le moral. D’un point de vue sportif, il fallait aussi dire que cette fois, contrairement à samedi, la chance du match était plutôt en faveur des Allemands. Ils avaient également bien débuté contre le Japon avant qu’un gros blocage mental ne s’installe – encore une fois. Ce que le nouvel entraîneur national en fera est encore loin d’avoir une réponse. Lorsqu’il a été question de savoir de qui il s’agissait, le président de la DFB, Bernd Neuendorf, a fourni un profil d’exigences concernant le microphone ARD ; il a dit que cela nécessiterait une « personne affirmée et résiliente ». « Parce que c’est stressant, il nous reste encore neuf mois avant les Championnats d’Europe. » Il a également admis « explicitement » la possibilité d’un entraîneur étranger.

Buteur, meneur de jeu et parfois aussi capitaine : Thomas Müller


Buteur, meneur de jeu et parfois aussi capitaine : Thomas Müller
:


Image : dpa

Völler avait confirmé que son déploiement devait être « ponctuel ». Il avait annoncé des changements à cet effet, mais pas une équipe remaniée. Au final, il y a eu trois changements de personnel et un changement de formation vers le classique 4-2-3-1. Kimmich souffrait de problèmes musculaires, Tah défendait dans le défenseur droit, tandis que le rôle de gauche, que Schlotterbeck avait malheureusement rempli contre le Japon, était repris par un spécialiste, Henrichs, en fait pour l’autre équipe. Can et Gündogan devraient assurer l’ordre au milieu de terrain. Offensivement, Sané, Wirtz et Gnabry formaient une ligne de trois – et Müller était censé être devant.

Même avant cela, le fan club de l’équipe nationale avait présenté une chorégraphie d’aigles noirs, rouges et dorés qui s’est répandue dans tout le « sud » ; ils ne voulaient évidemment pas qu’on les soupçonne d’oies cendrées. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il y ait des ooh et des ahh dans tout le stade, comme s’il s’agissait d’un chapiteau de cirque. En plus d’un départ très déterminé, cela a été assuré par l’utilisation élégante des talons de Can et Sané et, après une belle combinaison, par la frappe directe de Müller. Même après cela, l’homme au numéro 13 a beaucoup bougé, dirigeant et entraînant avec beaucoup de gestes, mais à une ou deux reprises, il s’est montré trop imprécis en tant que préparateur.

A marqué le deuxième but allemand avant de provoquer un penalty : Leroy Sané


A marqué le deuxième but allemand avant de provoquer un penalty : Leroy Sané
:


Image : AFP

Völler partage un passé glorieux avec le sélectionneur français Didier Deschamps ; ils ont remporté la Ligue des Champions avec l’Olympique de Marseille en 1993. Völler, disait Deschamps, se distinguait déjà à l’époque par son « tempérament joyeux », du moins c’est ainsi qu’on traduisait « tempérament joyeux ». Deschamps a-t-il fait preuve d’un peu de pitié envers son onze de départ par gentillesse ? En tout cas, il s’est passé de Mbappé, entre autres, Giroud manquait de toute façon et les Français n’ont pas pris l’approche finale. Mais : une offensive avec Griezmann, Coman et Kolo Muani est bien sûr encore visible à tout moment, et la sélection de Völler a eu beaucoup de mal, notamment avec le rythme de ces deux derniers.

L’élan initial des Allemands s’est vite un peu évaporé. Après presque 20 minutes, ils ont eu de la chance que le coup de sifflet de penalty ne retentisse pas lorsque Rüdiger a utilisé son bras contre Kolo Muani. Après 25 minutes, le capitaine Gündogan a dû quitter le terrain blessé, Groß l’a remplacé et Müller a repris le brassard, tout comme son grade. Jusqu’à la pause, la défense était de plus en plus sollicitée – elle n’était pas toujours immédiatement attentive, mais dans l’ensemble elle était active, notamment Can travaillait à sa rééducation – et on remarquait à quel point les hommes en blanc soutenaient cette fois-ci, par rapport à avant, une lacune que Gündogan avait clairement identifiée.

Après presque une heure, Ter Stegen a dû beaucoup s’étirer pour capter un tir de Tchouameni et a eu de la chance que Kolo Muani glisse ensuite. Un peu plus tard, Brandt et Havertz remplaçaient Gnabry et Müller. Brandt était immédiatement dans le match en plaçant Wirtz, mais son tir a été bloqué. Au final, Hofmann et Gosens ont également obtenu des minutes de jeu, pour Wirtz et Henrichs. Mais les dernières minutes appartenaient à Sané – et avec lui à toute l’équipe allemande.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *