L’ancien député sandiniste Xóchitl Ocampos menace le militant de l’opposition Israel Lewites de prison à la télévision internationale

L’ancienne députée sandiniste Xóchitl Ocampo, utilisant le récit officiel du régime de Daniel Ortega et Rosario Murillo au Nicaragua, a menacé de prison le militant de l’opposition Israel Lewites Cornejo, exilé au Panama, lors d’un débat télévisé sur un espace de la chaîne de télévision française France 24.

« Monsieur. Lewites s’est auto-exilé, mais précisément à cause de la dernière chose qu’il a dite, je veux lui dire qu’à cause de ce type de déclaration, s’il était au Nicaragua, il serait simplement arrêté parce que les Nicaraguayens ne peuvent pas tolérer qu’ils appellent le façon la plus flagrante. de nous attaquer avec des sanctions contre notre peuple, parce qu’ils attaquent notre peuple s’ils demandent des sanctions », a attaqué l’ancien député sandiniste d’un ton agacé.

Lire aussi : Six cas de militants sandinistes qu’Ortega a répudiés pour fautes et « traîtres »

Les déclarations de Lewites qui ont dérangé l’ancien parlementaire étaient : « Une étape très difficile approche pour le Nicaragua, Ortega n’est pas un président légitime, de nombreux pays s’accordent à dire que ces élections étaient une farce, une fraude, une pantomime et cela va être grave. conséquences économiques, mais nous devons trouver un moyen de punir financièrement et de rendre le projet autocratique d’Ortega non viable, d’une manière ou d’une autre nous devons étouffer ce cercle de fer », a déclaré le militant de l’opposition et analyste politique.

En 2013, le Conseil suprême électoral (CSE) a retiré son siège à Ocampo et elle a été démis de ses fonctions de députée de la formation du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) à l’Assemblée nationale pour s’être abstenue de voter en faveur de la loi de concession. du canal interocéanique, un projet promu par son parti et qui a été dénoncé par divers secteurs sociaux pour avoir cédé une partie du territoire national à l’homme d’affaires chinois Wang Jing. Ocampo n’a jamais reçu d’explication sur son licenciement, a-t-elle confirmé.

Mais malgré tout cela, à l’heure actuelle, Ocampo reste ferme dans l’idéologie rouge et noire, et il l’a évoqué lors du débat au cours duquel il a défendu Ortega à la cape et à l’épée. L’ancien parlementaire sandiniste a utilisé les épithètes désobligeantes qu’Ortega et Murillo avaient criées à l’époque : « Vendepatria », « putschistes », « criminels ».

Des sources liées au parti au pouvoir indiquent qu’Ocampo est un leader et défenseur actif d’Ortega dans sa résidence résidentielle à Managua.

De la même manière, il a confirmé que des dissidents au régime pour avoir émis des déclarations critiques ont été emprisonnés, comme c’est le cas de plus d’une trentaine d’opposants incarcérés à la Direction de l’assistance judiciaire (DAJ) dite nouvelle Chipote, où la majorité est accusée du crime de « complot visant à compromettre l’intégrité nationale ».

« Avec ce comportement comme celui qu’il – Lewites – a eu ici, nous clarifions que pour ce type de déclarations d’apatrides, ils sont détenus, car ils demandent des sanctions contre notre peuple », a attaqué Ocampo.

Ocampo a tenté de vendre la version du parti au pouvoir

Ocampo, qui travaillait comme présentateur de nouvelles sur Channel 10, a tenté de vendre que la population nicaraguayenne, les jeunes, les adultes et les personnes âgées ont participé massivement au vote effectué le dimanche 7 novembre, alors que cette déclaration a été contrastée dans des vidéos car il était ont observé que les centres de vote où fonctionnaient les commissions de réception des votes (JRV) semblaient pratiquement vides ou avec peu de participation. Il a également interrogé l’observatoire électoral citoyen Urnas Abiertas qui a estimé l’abstentionnisme lors des élections à 81 %.

Lire aussi : Urnas Abiertas estime l’abstentionnisme lors des élections à 81%

Ocampo, le journaliste qui a dirigé l’émission El Debate, l’a interrogé sur l’incarcération d’opposants, en particulier les sept candidats à la présidentielle qui, selon les sondages d’opinion, étaient plus populaires et mieux acceptés. Il a également souligné la faible participation qui a été constatée dans les images reproduites par les quelques médias télévisés internationaux qui ont des correspondants dans le pays, car le régime à la veille des élections a refusé l’entrée aux médias internationaux tels que le Washington Post et même la France. 24 espagnol, entre autres.

« Les familles nicaraguayennes ont débordé dans leur participation aux urnes pour voter, mais il faut voir quels médias sont ceux que vous surveillez (…) mais il y a eu plus de 260 représentations internationales qui ont participé », a soutenu Ocampo.

Cela peut vous intéresser : le régime interdit l’entrée au correspondant du Washington Post qui allait couvrir les élections

Cependant, le journaliste lui a dit : « Mais Xóchitl nous n’avons pas pu surveiller le processus car le gouvernement Ortega n’a pas permis à la presse internationale d’entrer, l’équipe de journalistes de France 24 n’a pas pu entrer au Nicaragua et la presse internationale a dû enregistrer les événements de Costa Rica ». Ocampo, interrogée sur les médias internationaux qui, selon elle, étaient venus dans le pays pour couvrir le scrutin, n’a pas su répondre.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *