L’appli de l’opposant Navalny disparaît des plateformes le 1er jour des élections législatives en Russie | La technologie

Une application de l’opposant détenu Alexeï Navalny a été retirée ce vendredi (17) des magasins Android et iPhone, au premier jour des élections législatives en Russie, ont dénoncé ses alliés.

L’application indiquait quels candidats étaient bien placés dans les sondages et qui devraient être soutenus dans chaque région pour vaincre l’aspirant parti au pouvoir Russie unie.

  • Avec la répression des mouvements d’opposition, le parti au pouvoir en Russie est le favori des élections législatives
  • Alexei Navalny : Le parcours de l’adversaire de Poutine qui a survécu à un empoisonnement et risque l’emprisonnement

« Aujourd’hui (vendredi) à 8h00, heure russe, Google et Apple ont supprimé notre application Navalny de leurs magasins d’applications. En d’autres termes, ils ont cédé au chantage du Kremlin », Leonid Volkov, l’un des principaux contributeurs du Kremlin, a déclaré dans l’application de messagerie Telegram le leader opposé.

Des correspondants de l’agence de presse AFP ont confirmé que l’application n’apparaissait plus sur les boutiques en ligne d’Apple et de Google en Russie et dans d’autres pays comme la France.

« Arrêter l’application de Navalny des plateformes est un acte honteux de censure politique », a écrit sur Twitter Ivan Zhdanov, directeur du Fonds de lutte contre la corruption, une organisation fondée par Navalny.

Zhdanov a posté sur les réseaux sociaux un extrait de ce qui serait un e-mail d’Apple l’informant de la suppression. La société affirme avoir répondu à une demande du bureau du procureur général russe qui qualifie les activités de l’organisation de Navalny d’« extrémistes ».

Les entreprises n’ont pas encore commenté l’affaire devant la presse.

La Russie avait accusé Google et Apple de refuser de supprimer des contenus jugés illégaux et au cours de la semaine, elle a convoqué les dirigeants des entreprises à une audition en commission parlementaire, le Conseil de la Fédération.

« Nous avons tout l’État russe contre nous, ainsi que les grandes entreprises technologiques, mais cela ne signifie pas que nous allons céder », a déclaré l’équipe de Navalny au Telegram.

Près de 108 millions de Russes se sont inscrits pour voter entre le 17 et le 19 septembre pour choisir les 450 représentants de la Douma, la chambre basse du Parlement.

La plupart des candidats les plus critiques de Poutine n’ont pas été autorisés à se présenter aux élections, lors d’un vote qui intervient après des mois de répression contre l’opposition.

Dans de nombreux cas, les candidats que Navalny et son équipe estiment devoir être soutenus sont des communistes.

En janvier, Navalny a été arrêté à son retour en Russie après avoir été soigné en Allemagne pour empoisonnement, qu’il attribue au Kremlin.

Depuis lors, son mouvement a été interdit dans le pays car considéré comme « extrémiste » et plusieurs de ses alliés ont été contraints à l’exil, détenus ou ont vu leur candidature rejetée.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.