L’Arc de Triomphe rêvé par Christo devient réalité | Culture

Le premier rêve de Christo a été son dernier souhait exaucé. Il regardait l’Arc de Triomphe à Paris depuis la fenêtre de son appartement de l’avenue Foch adjacente, au début des années 1960, lorsque le plasticien bulgare alors encore inconnu Christo Vladimirov Javacheff (Gabrovo, 1935-New York, 2020) Il a d’abord conçu l’idée de « remballer » des monuments ou des bâtiments qui marqueraient sa carrière et qui, même après sa mort il y a maintenant un an, continue de susciter à la fois enthousiasme et rejet. Près de six décennies ont dû s’écouler pour réaliser ce premier rêve. Et plusieurs morts. Ni Christo ni sa femme et partenaire artistique, Jeanne-Claude, ne sont déjà en vie pour célébrer cette vision qui a été finalisée à titre posthume par le neveu du couple, Vladimir Javacheff. A partir de ce samedi 18 septembre et pendant 16 jours, Parisiens et visiteurs de la capitale française pourront visiter – et discuter – cette grande œuvre de Christo et Jean-Claude.

« Témoignage posthume de son génie artistique, l’Arc de Triomphe emballé est un formidable cadeau pour les Parisiens, les Français et tous les amateurs d’art », a déclaré la ministre de la Culture Roselyne Bachelot lors de la présentation jeudi d’un projet qu’elle a eu l’absolue complicité du autorités françaises, tant politiques que culturelles. « Cher Christo, venu des étoiles, merci d’avoir tant aimé la France et merci de nous offrir ce cadeau incroyable. Merci pour le génie, merci pour la folie, merci pour la poésie », a-t-il ajouté en compagnie de la maire de Paris – et d’une flamboyante candidate socialiste à la présidentielle – Anne Hidalgo, accompagnée du président du Centre des monuments nationaux, Philippe Béval, et Javacheff lui-même. Le président français Emmanuel Macron, qui a également visité le projet jeudi après-midi, l’a approuvé « avec enthousiasme » dès que l’idée lui a été présentée en 2018, a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

Conceptuellement, l’Arc de Triomphe emballé ne diffère guère des autres « wraps » historiques de Christo, en particulier le Reichstag allemand (1995) ou le Pont Neuf (1985), qui était son premier grand projet d’emballage en tissu dans la capitale française. Pour emballer maintenant le monument de 50 mètres de haut que Napoléon a ordonné de construire en 1806 pour commémorer les victoires de l’armée française sous son commandement, 25 000 mètres carrés de tissu en polypropylène recyclable de couleur argent aux reflets bleutés et 3 000 mètres de corde rouge ont été utilisés. . , matériaux communs dans le travail de Christo. Un projet « temporaire » – selon Javacheff, son oncle n’aimait pas le terme « éphémère » – qui a nécessité le travail de plus de 1200 personnes et a coûté 14 millions d’euros qui seront intégralement payés, comme l’ensemble de l’artiste bulgare , à travers la vente de dessins et modèles de la Fondation Christo.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, pose devant l'Arc de Triomphe emballé.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, pose devant l’Arc de Triomphe emballé.THOMAS SAMSON (AFP)

Ce qui a changé, ce sont les temps : si Christo a mis 10 ans pour recevoir les autorisations d’envelopper en tissu l’emblématique pont sur la Seine (de nombreux autres projets dans d’autres parties du monde n’ont même pas reçu l’aval des autorités), avec le Arc de Triomphe ce processus a été presque une marche, grâce à la renommée acquise au fil des décennies par l’artiste et « les grands souvenirs des Parisiens » laissés par le projet précédent, a expliqué Vladimir Javacheff dans une interview à EL PAÍS à la veille du présentation de l’oeuvre.

Comme cela arrive à chaque « emballage » de Christo et Jeanne-Claude, l’impact et l’interprétation de l’œuvre sont différents. « Christo nous dérange, nous bouleverse, nous fait parler », a déclaré Hidalgo. « Il y a ceux qui aiment ça, ceux qui n’aiment pas, mais bon, au final c’est la fonction de l’art que Christo nous a proposé toute sa vie (…) ça nous fait sentir vivant, parce que ça génère une réaction à ce que nous voyons ».

« Christo a estimé qu’il n’avait pas à donner d’explication, que chacun devait interpréter les œuvres comme il le voulait », a déclaré Javacheff il y a quelques jours. « Ce qui est intéressant, c’est que les gens ont commencé à parler de cette œuvre alors qu’elle n’existait même pas, ce qui revient à parler d’un tableau de peintre avant même qu’il ne soit peint. Christo aimait ça, que les gens fassent leur propre interprétation, que chacun le voie et l’apprécie à sa manière. Ou qu’il la déteste, ça et chacun ».

Cependant, la question de la réception de chaque œuvre est toujours présente, projet après projet. « Ils ont tous beaucoup de symbolique, le Reichstag en avait car c’était le Parlement allemand qui a été incendié lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir », se souvient Javacheff. Dans le cas d’un monument comme l’Arc de Triomphe, les significations et les souvenirs se multiplient. «Cela signifie beaucoup de choses pour les Français et pour les autres nationalités, c’était le lieu où se célébraient le retour des armées, puis c’était la Tombe du Soldat inconnu; Il a également servi de cadre à des événements sportifs comme le Tour ou à des célébrations, comme la victoire de la France en Coupe du monde. Ou quand les Français veulent protester contre quelque chose », dit-il, faisant allusion à l’impact national causé par les dégâts subis par plusieurs statues du groupe lors d’une des manifestations les plus violentes du gilets jaunes, fin 2018. Avec le « packaging », l’Arc de Triomphe est à nouveau dans l’actualité. « Maintenant, ce sera une œuvre d’art, mais pas statique, car la toile fait bouger le bâtiment et apporte de la sensualité à l’ensemble, une sensation de fragilité… ce sera une œuvre d’art vivante pendant quelques jours. « 

Il y a aussi autre chose de différent, et de définitif, à propos de cet Arc de Triomphe : il n’y aura plus de bâtiments ou de monuments bondés, confirme Javacheff. « Continuer serait contraire à l’éthique. C’est le dernier emballage ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.