Lazio, Mussolini et l’aigle qui piaille comme un canard | des sports

Les choses, plus souvent qu’on ne veut le croire, sont exactement ce qu’elles paraissent. Le poète américain Jaes Whitccomb Rilesy (1849-1916) a été le premier à inventer l’expression qui a annihilé le sens métaphorique de la vie. « Quand je vois un oiseau qui marche comme un canard, nage comme un canard et couine comme un canard, je l’appelle un canard. » La logique accablante de l’énoncé détruisait la subtilité des interprétations secondaires ou condescendantes. L’apparence de ce que vous observez, comme le présentait à nouveau le cardinal Richard Cushing en 1964, utilisant les mêmes mots pour désigner Fidel Castro et le communisme, est plus que suffisant pour classer cet objet. La seule différence dans le cas de la Lazio est que le canard était en fait un aigle. Mais au-delà des questions ornithologiques, le même principe peut être appliqué.

La mascotte de l’équipe qui survole les Jeux olympiques avant chaque match est une sorte d’aigle américain. Son entraîneur, en revanche, est espagnol. Un homme d’extrême droite de Cadix et adepte avoué de Vox, Franco et Mussolini qui lève le bras comme propulsé par un ressort lorsque le public scande « Duce, Duce ». C’est arrivé après un match avec l’Inter. Et le club, harcelé sur les réseaux sociaux, a dû le licencier car la Lazio, disaient-ils, n’a rien à voir avec ce monde. Trois jours plus tard, Sarri convoque Romano Benito Floriani Mussolini, l’arrière-petit-fils du dictateur pour le match contre Vérone. Le garçon, qui a ajouté à son premier nom de famille celui de sa mère (en Italie ce n’est généralement pas le cas), a parfaitement le droit de profiter de sa vie sans les entraves du passé. Mais l’écho du cri du canard de Whitccomb, même si le garçon n’a pas joué pendant une minute, a de nouveau résonné avec toute sa crudité aux Jeux olympiques.

Les clubs n’ont pas d’idéologie. Ou alors ils disent. Et ses courbes sont presque toujours prises par des fans d’extrême droite qui ne représentent pas le reste des fans. Ni à celui de la Lazio. Mais le club – 2-2 samedi avec l’Atalanta – a toujours été accusé de flirter ou d’autoriser trop d’expressions fascistes d’une partie de ses fans (comme lorsqu’il y a trois ans ils ont inondé la courbe sud d’autocollants d’Anne Frank en maillot de la Rome). Même de certains joueurs, comme Paolo Di Canio, avec son salut romain au coin. Ou Mihahlovic, lorsqu’il est allé saluer à fond les ultras qui avaient accroché une banderole en l’honneur du Tigre d’Arkan, sanguinaire numéro 1 de la milice paramilitaire et ultranationaliste serbe. Toute autre expression politique semble désapprouvée.

La Lazio a recruté l’Albanais Elseid Hysaj cet été. La partie a eu l’idée de débuter après un dîner au rassemblement de pré-saison avec la Bella Ciao, hymne partisan et symbole de la lutte antifasciste. Luis Alberto, son coéquipier, l’a enregistré et l’a posté sur les réseaux sociaux pour lui souhaiter la bienvenue. Et le lendemain, les ultras le lui ont également remis avec une banderole accrochée à un pont sur Corso Francia où il était écrit : « Hysaj, ver, Lazio est fasciste. » Ce sont des voyous, bien sûr. Mais peu de hobbies humilient ainsi l’un des leurs pour un tel geste.

Le lien affectif entre une partie du Latium et l’extrême droite, en somme, est long et largement documenté. Mais le chapitre de Mussolini Jr. décrit également un climat en Italie, où une étape a commencé à se normaliser : les partis fascistes se permettent de rafler les sièges des syndicats et il ne semble pas étrange de voir un joueur avec le nom d’un tyran sur le dos ( imaginez le petit-fils d’Hitler sur le banc du Bayern). Cela se passe aussi à l’extérieur du stade. Sa tante, Rachele Mussolini (du nom de l’épouse du dictateur), a été la conseillère la plus votée aux dernières élections municipales à Rome. Elle est candidate de Fratelli di Italia, un parti né des braises du mouvement social italien post-fasciste et avec des militants et des dirigeants qui ont été pourchassés en levant les bras à l’occasion. La formation ne condamne pas le fascisme, mais ils se plaignent quand ils y sont liés. Même s’il vole et couine comme un canard.

Vous pouvez suivre EL PAÍS DEPORTES dans Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.