Le conseil cantonal de Zurich exige le traitement de la collection Bührle – TOP ONLINE

Le conseil de gouvernement avait en fait accepté d’accepter la proposition sans discussion et de préparer un rapport à ce sujet. Cependant, l’UDC, le FDP et le centre étaient contre, c’est pourquoi le sujet était à l’ordre du jour.

Rochus Burtscher (SVP, Dietikon) a expliqué le non de son parti à cela par motivation populiste. Le Kunsthaus effectue déjà aujourd’hui des recherches de provenance, et ce de manière professionnelle. Le côté gauche du conseil était simplement le nom « Bührle » une épine dans le pied.

Le Kunsthaus appartient également à la ville de Zurich, c’est pourquoi la ville devrait effectuer et payer elle-même la recherche d’origine pour toutes les œuvres de Bührle, a déclaré Burtscher.

FDP : « Tout le monde sait désormais quoi faire »

Le FDP a soutenu à son tour le souci d’une recherche complète sur l’origine. « L’entreprise ouvre des portes ouvertes », a déclaré Sonja Rueff-Frenkel (Zurich). « Mais ces portes sont déjà si grandes ouvertes que cette avancée n’est plus nécessaire. »

Le traitement complet de la Fondation Bührle a déjà été initié par la ville, le canton et le Kunsthaus. « Trop peu a été fait pendant trop longtemps. Mais tout le monde sait maintenant quoi faire. » Il n’y a pas besoin de rapports supplémentaires du conseil d’administration.

Centre: « La ville de Zurich est en tête »

Le centre a également voté contre le postulat urgent de la gauche. En tant que sponsor principal du Kunsthaus, la ville de Zurich prend les devants dans ce dossier, a déclaré Kathrin Wydler (Zurich). Comme on le sait, vous avez déjà initié le traitement. S’il reste des questions sans réponse, le canton peut toujours proposer d’autres contrats de recherche.

« Nous ne pouvons pas nous dérober à nos responsabilités », a déclaré Michael Zeugin (GLP, Winterthur). En fin de compte, des millions ont été versés dans le prêt à la construction de ce bâtiment via le fonds de loterie. « C’est aussi à nous d’apporter des éclaircissements. » Cependant, le GLP était en désaccord en interne, c’est pourquoi il a décidé de libérer le vote.

RADIO TOP a suivi le débat sur une éventuelle enquête au Conseil cantonal de Zurich :

l’audio

« A la pointe de la recherche de provenance »

La directrice du SP Justice, Jacqueline Fehr, a confirmé que la ville, le canton et le Kunsthaus organisaient déjà la recherche. L’avancée ouvre vraiment des portes.

Qui recevra le mandat et ce qu’il doit contenir exactement reste à clarifier. Des « voix critiques » seraient également incluses, a-t-elle promis. Grâce à cette recherche, le Kunsthaus pourra, espérons-le, se hisser au sommet du monde en matière de recherche de provenance.

Elle s’est félicitée que le débat au sein du conseil cantonal ait changé. Le débat d’il y a dix ans ne portait que sur le bâtiment. À son avis, Zurich ne peut cependant pas se dégager de sa responsabilité. Bührle n’était pas une figure individuelle. « Il vivait dans un Zurich qui soutenait ses actions. »

Le gouvernement fédéral agit également

Les discussions autour de la Collection Bührle ont déjà eu un impact au niveau fédéral. En mai, le Conseil national a décidé de créer une commission indépendante sur le thème de l’art spolié par les nazis. Il s’agit de décider du sort des biens culturels dont les nationaux-socialistes s’étaient emparés.

Il ne faut plus faire la distinction entre l’art volé et l’art de l’évasion. Ainsi, peu importe qu’une œuvre ait été volée par les nazis ou que les propriétaires aient été contraints de la vendre, par exemple pour financer leur évasion.

Ensuite, le Conseil des Etats décidera de la création d’une telle commission. De tels organismes existent déjà en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et en Autriche.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.