Le favori secret a échoué : Leckie tire sur le Danemark – News 24

Le Danemark s’était rendu au Qatar avec de grandes ambitions pour la Coupe du monde. Après avoir perdu contre l’Australie, le demi-finaliste EM retourne dans le nord froid sans victoire.

Al-Wakra (dpa) – Après le coup de sifflet final, le classique Down Under des années 1980 a résonné dans les haut-parleurs du stade, et les botteurs australiens se sont joyeusement étreints sur la pelouse. L’un des plus grands outsiders a éliminé le favori secret du Danemark lors de la Coupe du monde au Qatar. Après un but de l’ancien pro de Bundesliga Mathew Leckie, l’Australie n’est pas en demi-finale du Championnat d’Europe, mais en huitièmes de finale de Coupe du monde pour la deuxième fois depuis 2006.

Nous y avons travaillé pendant quatre ans. Je suis tellement fier des garçons. J’ai vu dans leurs yeux aujourd’hui qu’ils sont prêts pour un match comme celui-ci, a déclaré l’entraîneur australien Graham Arnold après la victoire 1-0, qui a également déclenché une grande euphorie à domicile.

Leckie a marqué le but décisif à la 60e minute avec une belle performance individuelle. Nous sommes juste incroyablement fiers. C’est l’un des buts les plus importants que j’ai jamais marqués, a déclaré Leckie. Dans ces moments-là, vous ne pensez pas beaucoup. J’ai vu le ballon rouler dans le but. je suis très heureux

Les Danois, en revanche, devant 41 232 spectateurs à Al-Wakra, ont même sous-performé leur match d’ouverture face à la Tunisie. Hormis leur performance défensive mais infructueuse lors du match nul 1-2 face à la France, l’équipe de l’entraîneur Kasper Hjulmand a raté tout ce qui les avait rendues si fortes ces deux dernières années lors de cette Coupe du monde. Je suis incroyablement frustré. L’équipe a très bien joué pendant un an et demi, maintenant je suis triste et déçu, a déclaré Hjulmand. Et le défenseur Joachim Andersen a admis : ce n’était tout simplement pas suffisant. C’est un fiasco.

Le Danemark ne mise pas sur le succès du Championnat d’Europe

Les Danois manquaient de vitesse, d’intensité et apparemment aussi du sentiment d’unité qui a été si souvent évoqué lors du dernier Championnat d’Europe. Une demi-heure après le début du match contre l’Australie, l’ancien pro du Bayern Pierre-Emile Hjbjerg (Tottenham Hotspur) faisait signe à ses coéquipiers d’être plus dynamiques et d’utiliser un langage corporel différent.

Au stade Al-Dschanub, du moins en termes de position de départ sportive, beaucoup rappelait le dernier match de groupe du Championnat d’Europe – même Hjulmand l’avait mentionné ces derniers jours. L’an dernier, les Danois avaient même commencé le tournoi par deux défaites après l’effondrement de leur meilleur joueur Christian Eriksen et avaient besoin d’urgence d’une victoire contre la Russie à l’issue du tour préliminaire.

À l’époque, ils ont gagné 4-1 et se sont ensuite qualifiés pour les demi-finales. Mais cette fois? À la onzième minute, Mathias Jensen a été sauvé par le gardien australien Mathew Ryan, qui jouait pour le FC Copenhague. Après cela, les performances se sont détériorées de minute en minute. Même le meneur de jeu Eriksen passe le ballon sans encombre à un Australien dans l’entrejeu (39e).

Beaucoup d’énergie et la stabilité nécessaire

Les Danois n’ont pas non plus accéléré le rythme en seconde période. La caractéristique de ce match était que le professionnel italien Joakim Maehle (Atalanta Bergame) a laissé l’ancien joueur d’Ingolstadt, Hertha et FSV Francfort Leckie le sortir du jeu sur le but décisif.

Les Australiens ont joué exactement comme ils l’avaient annoncé et on les voyait déjà battre la Tunisie (1-0) : avec beaucoup d’énergie et la stabilité nécessaire en défense. Et l’entraîneur du Danemark Hjulmand n’a pas réussi à donner à son équipe une stratégie de travail contre ce bastion. Le joueur de 50 ans a aligné le troisième avant-centre lors du troisième match du tournoi. Il a déjà corrigé la tactique du 4-1-4-1 qu’il avait choisie pour ce match à la mi-temps.

L’effondrement sportif des Danois après avoir atteint les demi-finales du Championnat d’Europe, une qualification souveraine pour la Coupe du monde et deux victoires en Ligue des Nations contre la France, championne du monde, est déroutant dans ce contexte. Mais les décisions de Hjulmand jouent aussi leur rôle. . C’est 100% ma responsabilité. Nous allons prendre le temps d’analyser cela maintenant, a déclaré l’entraîneur danois.

dpa-infocom, dpa:221130-99-727205/3

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *