Le gouvernement déclare que la Côte d’Ivoire est exempte de nouveaux cas possibles

Les autorités sanitaires de Côte d’Ivoire ont détecté un cas de fièvre hémorragique Ebola le 14 août à Abidjan chez une jeune Guinéenne de 18 ans arrivée trois jours plus tôt de la ville de Labé (nord de la Guinée-Conakry), un voyage de plus à plus de 1 500 kilomètres par la route.

« Aujourd’hui, nous sommes à l’abri d’éventuels nouveaux cas, mais nous devons surveiller cela », a déclaré le ministre Pierre Dimba, cité par l’Agence France-Presse, notant que, pour empêcher la propagation du virus, le gouvernement avait rapidement adopté une « stratégie de réponse ».

« Nous avons renforcé les mécanismes de surveillance à nos frontières pour prévenir de nouveaux cas » et les autorités se sont concentrées « sur l’identification des contacts », a déclaré Pierre Dimba. « Aujourd’hui, sur les 70 contacts » de personnes ayant séjourné ou voyagé avec le patient, « 24 ont été retrouvés », a-t-il précisé.

« Nous savons que les autres sont dispersés dans les communautés », a-t-il ajouté. « C’est pourquoi nous avons pris la décision de vacciner dans les centres communautaires très tôt. Nous avons réussi à vacciner plus d’un millier de personnes, et très bientôt nous consommerons les 1200 doses de vaccin reçues », a-t-il déclaré.

Les personnes vaccinées sont le « personnel médical qui a reçu la fillette, les contacts à la frontière » et « tous ceux » qui auraient pu « interagir avec la patiente », a précisé le ministre, notant qu’il y a eu « de nombreuses alertes, qu’après les tests , s’est avéré faux ».

Dimba a également révélé que « le jeune patient se porte très bien ».

« Nous espérons que dans les prochains jours elle pourra quitter notre système », a-t-il commenté, indiquant que la jeune femme « n’est plus isolée et est traitée comme une patiente normale ».

Le responsable a également précisé que les résultats des tests complémentaires envoyés à Lyon en France, qui devraient permettre de déterminer la souche de la maladie, étaient attendus en début de semaine prochaine.

L’affaire est la première en Côte d’Ivoire depuis 1994.

La Guinée-Conakry a récemment enregistré une nouvelle épidémie d’Ebola, déclarée éteinte en juin.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.