Le gouvernement versera une prime de 15 000 $ aux artistes avant les élections

Le ministre de la Culture, Tristán Bauer (Gastón Taylor)

Malgré le contentieux latent à la Justice pour l’utilisation des deniers publics avant les élections du 14 novembre (il y a une plainte en cours pour violation du code électoral), Le gouvernement versera une prime de 15 000 pesos aux artistes à payer au cours du mois d’octobre, c’est-à-dire avant les élections.

La mesure a été officialisée au Journal officiel ce lundi, dans une résolution signée par le ministre de la Culture, Tristan Bauer. Parmi les arguments, il est établi : « Bien que la situation épidémiologique se soit améliorée grâce à l’avancée du plan national de vaccination que l’État argentin est en train de mettre en œuvre, des mesures et dispositions de distanciation sociale, préventive et obligatoire persistent avant l’apparition de nouvelle variante du virus Sars Cov 2 qui a un impact sur les activités du secteur culturel ».

« Pour cette raison – il est ajouté dans le texte – il est nécessaire de contenir les travailleurs dans le domaine de la culture en accordant un cinquième versement de quinze mille pesos (15 000 $) à tous les bénéficiaires de l’appel à la ‘Soutien extraordinaire pour culture solidaire « qu’ils maintiennent leur condition de vulnérabilité ».

En outre, il établit que le paiement susmentionné sera réglé au mois d’octobre, au cours de cette semaine.

La semaine dernière, après que la Justice a publié une déclaration de précaution dans laquelle elle a ordonné au gouvernement d’arrêter le lancement d’une autre obligation (cette fois, 5 000 $ pour les jeunes) qui allait également être livrée avant les prochaines élections, les autorités nationales ont assuré que cette initiative ne viole pas la loi et Ils ont annoncé qu’ils allaient faire appel de la mesure.

A cette occasion, il s’agissait du plan « Plus de jeunes cultures », qui s’adressait aux personnes âgées de 18 à 24 ans et vise à « réduire l’écart économique existant dans l’accès aux biens et services culturels ». L’argent en question devait être utilisé entre le 1er novembre 2021 et le 30 avril 2022 pour la consommation de biens et/ou services culturels.

Il s’adressait aux bénéficiaires de tous les niveaux de la Programme de soutien pour les étudiants d’Argentine (Progress) et titulaires de l’Allocation Universelle pour Enfants (AUH). Selon l’annonce officielle, le crédit devait être utilisé dans les cinémas, théâtres, spectacles musicaux, foires et festivals, librairies, entre autres.

Cependant, le juge fédéral Maria Servini a donné lieu à la plainte d’un citoyen qui a souligné que cette assistance n’est pas conforme aux normes imposées par le Code électoral, pour lequel il a exigé que le ministre de la région, Tristan Bauer, de s’abstenir d’avoir les fonds

Dans cette situation, le gouvernement a soutenu qu’avec cette aide « aucune interdiction n’a été violée ou brisée », car « il a été réalisé dans le respect des délais et des formes imposés par la loi électorale car il s’agit d’un programme qui ne cherche en aucun cas à favoriser la capture du vote lors des prochaines élections ».

« Nous recourrons à tous les moyens légaux nécessaires pour faire appel de cette mesure de précaution qui tente d’empêcher la possibilité pour des milliers de jeunes d’exercer pleinement le droit de profiter de pratiques, de biens et de services visant à renforcer l’inclusion en Argentine »le portefeuille dirigé par Bauer a ajouté dans un communiqué.

Le ministère a souligné que ce plan a été élaboré « en collaboration avec l’Anses et la Banco Nación » et « est une politique publique pensée, conçue et élaborée avec deux principes fondamentaux », dont l’un est de « promouvoir et renforcer la production d’un des secteurs les plus touchés par la pandémie, comme les industries culturelles, qui se traduisent directement ou indirectement par des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les artistes, les travailleurs culturels, en générant de nouveaux publics ».

« L’objectif est de favoriser l’inclusion des plus d’un million et demi de jeunes qui, grâce à cette mesure, peuvent profiter d’aller au cinéma, au théâtre, d’un récital, d’acheter un livre ou un billet de spectacle, parce que nous comprenons que nous faisons tous de la culture et que nous avons tous le droit d’en profiter », a-t-il déclaré.

Juge María Servini (Reuters)
Juge María Servini (Reuters)

En ce sens, le portefeuille Culture a souligné que « C’est une politique similaire à celle menée dans des pays comme la France, l’Espagne, le Brésil et l’Uruguay et même dans d’autres districts de l’Argentine, comme la ville autonome de Buenos Aires, où il est actuellement mis en œuvre ».

En outre, ils ont rappelé que le plan « a été annoncé le 14 octobre dernier dans la salle de conférence de la Casa Rosada et depuis le 19 octobre, les inscriptions ont été ouvertes, dans lesquelles plus de 320 000 jeunes se sont déjà inscrits pour bénéficier de l’avantage ».

« Il est à noter que l’élaboration de cette politique s’inscrit dans le cadre des mesures et actions pratiques nombreuses et variées menées par ce Ministère depuis le début de son administration, attentif aux particularités de chaque instant et sans préjudice de briser toute interdiction en vigueur » , ont souligné les autorités nationales.

Pour sa part, le plaignant avait fait valoir que la remise des obligations pendant le processus électoral viole l’article 64 quater du Code électoral national. « La décision politique attaquée ici a été prise dans le cadre d’un calendrier électoral avancé », précise la présentation. Et il ajoute que « la remise de la somme de 5000 dollars à chaque personne, dissimulée au titre du programme qui entend se matérialiser 13 (treize) jours avant les élections du 14 novembre, est un acte illégitime qui remet en cause la garantie que le L’État doit assurer les électeurs ».

Compte tenu du fait que le Programme a déjà été lancé et que l’inscription en ligne a effectivement commencé cette semaine, le plaignant a demandé qu’une mesure conservatoire urgente soit émise pour ne pas innover à l’encontre du ministre de la Culture de la Nation.

Servini a fait place à cette demande en tenant compte du fait qu’il ne reste que quelques jours pour les élections : « Je comprends que les exigences légales énoncées à l’article 230 du CPCCN ont été remplies et, par conséquent, la mesure de précaution requise sera déterminée dans cette procédure, en fonction de l’urgence de l’affaire et dans le seul but de protéger adéquatement le droit voter. de tous les citoyens ».

Les « Plan payant », comme l’a baptisé le candidat de Buenos Aires Daniel Gollan, réglé sur la scène électorale pour représenter graphiquement les mesures du parti au pouvoir qui visent à retenir et récupérer les voix qui ne les accompagnaient pas le 12 septembre.

Dans ce cadre, la Chambre électorale nationale créée en début de mois un Secrétariat spécial qui sera chargé de traiter les causes des crimes, délits ou infractions commis dans le cadre des élections. Ce sont des délits électoraux qui vont de la falsification des documents officiels d’une élection, au défaut de remplir les fonctions d’autorité de la table ou à la fraude.

CONTINUE DE LIRE:

Sondage : la confiance dans le gouvernement d’Alberto Fernández a de nouveau chuté et est inférieure à la pire mesure de Mauricio Macri
Route de l’argent K : le procureur a déclaré que le rôle de Cristina Kirchner devrait continuer à faire l’objet d’une enquête
La justice de la ville de Buenos Aires sera de retour en pleine présence à partir du 1er novembre

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *