Le Parlement français vote en faveur d’une urgence sanitaire d’ici le 1er juin

Le ministre français de la Santé Olivier Véran. / alliance photo, Lafargue Raphaël, ABACA

Paris – L’urgence sanitaire en France va être prolongée jusqu’au 1er juin. L’Assemblée nationale française a approuvé le maintien des pouvoirs spéciaux du gouvernement dans le cadre de la pandémie de coronavirus avant-hier soir. Les mesures de protection actuellement en vigueur, comme le couvre-feu nocturne national à partir de 18 heures et le maintien de la fermeture de toutes les remontées mécaniques des Alpes et des Pyrénées, s’en inspirent.

L’Assemblée nationale a approuvé le projet de loi à une majorité gouvernementale de 113 voix contre 43. Le ministre de la Santé Olivier Véran a qualifié l’urgence d' »outil important pour lutter contre le virus ». Les députés conservateurs et de gauche ont critiqué le fait que la démocratie était endommagée par la restriction des libertés civiles.

La proposition va maintenant au Sénat. Le Parlement doit sceller la prolongation de l’urgence sanitaire le 16 février – ce jour-là, les pouvoirs spéciaux expirent.

En France, le nombre d’infections a de nouveau augmenté depuis le début de l’année, plus récemment, environ 26 700 nouvelles infections ont été enregistrées chaque jour. Le gouvernement s’inquiète des variantes du coronavirus en provenance de Grande-Bretagne, entre autres, et n’exclut pas une nouvelle fermeture de tous les commerces si la situation se détériore considérablement.

Avant-hier, le gouvernement a prolongé la fermeture de toutes les remontées mécaniques décidée avant Noël et a qualifié une réouverture cette saison de « très improbable ». À ce jour, plus de 71 000 décès liés au coronavirus ont été enregistrés en France.

Pendant ce temps, le gouvernement français espère pouvoir vacciner l’ensemble de la population française d’ici la fin août. « Nous pourrons vacciner (…) 70 millions de personnes, l’ensemble de la population française, d’ici fin août (…) si tous les vaccins commandés sont homologués par les autorités sanitaires européennes et mondiales », a déclaré le ministre de la Santé Véran. dem canal TF1.

Il suppose que fin janvier 1,3 à 1,4 million de personnes seront vaccinées « probablement », fin février le nombre passerait à quatre millions. Hier, plus de 800 000 personnes en France avaient été vaccinées.

Le démarrage de la vaccination dans le pays a d’abord été plus que lent. Après des critiques massives, le gouvernement a emboîté le pas, ouvert des centres de vaccination et élargi le groupe de personnes pouvant actuellement être vaccinées. En France, il existe un degré relativement élevé de scepticisme vis-à-vis de la vaccination.

Dans l’intervalle, le Conseil d’État français a suspendu la décision du gouvernement de suspendre la délivrance de visas de regroupement familial aux conjoints et enfants d’étrangers non européens vivant en France en raison de la pandémie.

« Le juge est d’avis que cette décision porte atteinte de manière disproportionnée au droit à une vie familiale normale et à l’intérêt supérieur de l’enfant », indique un communiqué de la plus haute juridiction administrative. Le gouvernement a décidé en mars de l’année dernière de restreindre l’entrée de l’étranger. © afp / dpa / aerzteblatt.de

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.