Le parquet demande 10 mois de prison pour Benzema pour « sextape » – 21/10/2021

Versailles, France, 21 octobre 2021 (AFP) – Le parquet français a requis ce jeudi (21) dix mois de prison avec possibilité de sursis et une amende de 75 000 euros (87 000 $ US) contre la star du Real Madrid Karim Benzema, pour complicité dans la tentative de chantage de l’ancien international Mathieu Valbuena.

L’attaquant de 33 ans sera jugé pendant trois jours. Contre les quatre autres prévenus, poursuivis pour tentative de chantage avec vidéo sexuel, le parquet a requis 18 mois de prison avec sursis à la peine pouvant aller jusqu’à quatre ans de prison.

« Benzema n’est pas un bon samaritain qui cherche à aider. Il a agi pour permettre aux négociateurs d’atteindre leur but, et aux maîtres chanteurs de récupérer l’argent », a défendu la procureure Ségolène Marés, qui a souligné son « autorité et sa notoriété ».

Dans ses allégations, l’avocat de Valbuena, Paul-Albert Iweins, a dénoncé, à son tour, le « discours mafieux » de l’agresseur du Real lors de son intervention dans cette affaire, le comparant même à un « patron mafieux ».

Selon lui, son client a été « exclu » de l’équipe de France, bien qu’il en soit la victime.

« Il a été privé de ce trophée pour des manœuvres sordides et la trahison d’un coéquipier », a ajouté Iweins, faisant référence à Benzema.

Le joueur du Real Madrid, candidat au Ballon d’Or pour sa prestation dans le ‘Bleus’, ne s’est pas présenté au procès pour des raisons « professionnelles », ont justifié ses avocats, qui doivent désormais présenter leurs arguments.

S’adressant à la presse hier soir, son avocat, Sylvain Cormier, a évoqué le « ressentiment » et la « jalousie » de Valbuena envers Benzema. Ce dernier a réussi, à son tour, à revenir en équipe de France à la veille de l’Euro 2021.

– Tir ami Au cours du processus, la défense a demandé, en vain, une confrontation entre les joueurs, considérant que l’interprétation de ce qui s’est passé est divergente. Benzema affirme avoir donné des « conseils d’amis » à Valbuena, qui s’est senti sous pression.

Le 6 octobre 2015, Benzema s’est rendu dans la chambre de Valbuena à la concentration de l’équipe nationale de France, au centre d’entraînement de Clairefontaine, à 40 kilomètres de Paris.

Benzema a déclaré à son coéquipier qu’il pourrait faire appel à « une personne de confiance » pour l’aider à « gérer » l’éventuelle diffusion d’une vidéo compromettante, selon des documents du dossier consultés par l’AFP.

« Attention aux maths. Ce sont de gros, gros méchants », a déclaré le joueur du Real Madrid, dans ce qu’il a ensuite déclaré être un moyen d’aider son collègue. Valbuena a déclaré qu’il avait l’impression d’être victime de chantage.

Benzema n’a jamais parlé d’argent, mais la personne qu’il a recommandée était son ami d’enfance Karim Zenati, que les prétendus maîtres chanteurs avaient contacté pour faire pression sur le milieu de terrain.

Les deux hommes au début de l’intrigue sont Axel Angot et Mustapha Zouaoui, qui avaient accès à la vidéo intime et tentaient d’en profiter.

Pour faire pression sur Valbuena, ils se sont d’abord adressés à l’ancien joueur français Djibril Cissé, qui a refusé de mettre les deux hommes en contact avec le milieu de terrain et a alerté son collègue de l’existence de la vidéo.

« Au début, je n’y croyais pas, je pensais que c’était une erreur », a déclaré ce mercredi Valbuena, qui s’estimait en « danger » et a déclaré « avoir peur pour sa carrière sportive si la vidéo sortait ».

Face au refus de Cissé, les maîtres-chanteurs ont recherché Younes Houass, qui a contacté le lanceur d’alerte, avant de s’entretenir avec « Luka », un policier incognito.

Les pourparlers n’ont rien donné et, pour la défense, le fait que « Luka » se soit rendu à Houass à plusieurs reprises constitue une incitation au crime, argument rejeté par la Cour de cassation française.

Devant le tribunal, Houass a assuré qu’il n’avait pas demandé d’argent à Valbuena, qui, selon lui, « ne semblait pas comprendre » la gravité de la situation et à qui il conseillait de chercher « un homme de confiance » pour administrer l’affaire.

Les conséquences du scandale sont allées au-delà de la justice. Les deux principaux protagonistes n’étaient plus appelés en équipe de France, jusqu’au retour inattendu de Benzema à la veille de l’Euro Cup disputée en 2021.

leo / tjc / zm / fp / tt

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.