Le premier jour du marathon judiciaire à Paris. L’assassin survivant s’est identifié comme un soldat de l’EI

Mercredi à Paris, avec les mesures de sécurité les plus strictes et un grand intérêt médiatique, un procès historique s’est ouvert avec les auteurs présumés d’une série d’attentats coordonnés sur six lieux différents à Paris le 13 novembre 2015. le processus a commencé.

Salah Abdeslam, considéré comme le seul survivant de l’assassinat direct, s’est d’abord identifié comme un soldat de l’État islamique et s’est ensuite plaint bruyamment du traitement des français Justice.

130 personnes sont mortes dans les attentats de Paris et des centaines d’autres ont été assassinées. Le processus, que le ministre français de la Justice Éric Dupond-Moretti a qualifié de marathon judiciaire, doit durer jusqu’à fin mai 2022.

20 personnes sont inculpées, dont six en fuite. La plupart sont en danger d’emprisonnement à vie. Sept kamikazes sont morts dans les attentats.

Selon Reuters, trois accusés sont arrivés en premier dans l’immeuble, qui n’ont pas eu à attendre derrière les barreaux pour le procès. Les prévenus ont été amenés les uns après les autres dans la zone située derrière le verre trempé de sécurité sur le côté de la salle d’audience, spécialement adapté à un processus de proportions énormes. La salle était gardée par des policiers armés.

« Soldat de l’État islamique »

Un Français de 31 ans d’origine marocaine, Salah Abdeslam, qui a reçu le plus d’attention, a également pris place sur le quai. Cependant, Abdeslam ne semble pas non plus être directement impliqué dans le meurtre. Il a déclaré devant le tribunal qu’il était un « soldat de l’État islamique ».

C’est cette organisation terroriste qui avait précédemment revendiqué l’assassinat et appelé ses partisans à attaquer la France pour son implication dans la lutte contre l’EI en Irak une Syrie. « Il n’y a de divinité qu’Allah », a déclaré Abdeslam.

L’accusé a ensuite crié au juge que lui et les autres accusés étaient « traités comme des chiens ». Il a utilisé le temps où l’un des prévenus s’est senti malade.

« J’ai été traité comme un chien au cours des six dernières années, mais je ne me suis jamais plaint parce que je sais que je serai ressuscité plus tard et que vous serez tenu pour responsable », a poursuivi Abdeslam avant que le président du tribunal ne demande l’ordre et ne déclare à l’accusé qu’il était pas devant l’église, mais devant un tribunal démocratique ».

L’essai compte près de 1800 participants, la lecture de leurs noms prend les deux premiers jours de l’essai. Les documents pour le processus ont 542 volumes. Selon le programme préliminaire, le tribunal disposera d’au moins 140 jours d’audience. La lecture du jugement est actuellement prévue le 25 mai 2022.

La plupart des accusés n’ont pas participé directement aux attaques

Au jour fatidique, des kamikazes tués devant le Stade de France et des tireurs ailleurs à Paris, notamment au club de musique du Bataclan, d’où sont originaires la grande majorité des victimes.

La plupart des prévenus au procès, qui se déroule dans une salle spécialement construite de grande capacité de 550 places au Palais de justice, sont ceux qui ont aidé les assassins, par exemple en fournissant des armes, mais n’ont pas participé directement aux attentats. Seul Abdeslam, qui selon l’enquête a amené, entre autres, les assassins sur les lieux du crime, est considéré comme un acteur direct.

Toutes les personnes se dirigeant vers le Palais de justice ont été soumises à une inspection approfondie par les forces de sécurité. Près d’un millier de forces de l’ordre ont été mobilisées pour sécuriser le procès, dont 630 stationnées autour du palais de justice et à l’intérieur du bâtiment, a indiqué l’agence AFP, se référant au ministère de l’Intérieur. « Le monde entier nous regarde », a déclaré le ministre de la Justice Dupond-Moretti aux médias.

« La menace terroriste en France est élevée, surtout à des moments comme le procès des assaillants », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans une interview à France Inter. « J’ai appelé tous les préfets à la prudence », a ajouté le ministre.

La soutenance ne viendra qu’en mai

Abdeslam, le fils d’immigrés marocains, doit s’exprimer pour la première fois devant un tribunal le 13 janvier prochain, mais il n’est pas certain qu’il veuille témoigner. Le premier des prévenus à prendre la parole est le Belge Mohamed Abrini, qui, outre les assassinats à Paris, est également associé aux attentats de Bruxelles en mars 2016, qui ont fait 32 morts. La défense passera au premier plan le 6 mai.

La date prévue du procès est également le 28 septembre, date à laquelle les personnes ayant survécu aux attaques et les survivants des victimes commenceront à témoigner. Il témoignera devant 300 personnes en cinq semaines. Parmi eux, l’ancien président français François Hollande, qui était à un match de football au stade de Saint-Denis, où a eu lieu le premier attentat. Cela a été suivi par des attaques contre des bars et restaurants parisiens et l’assassinat de la salle de concert Bataclan, qui a fait de loin le plus de victimes.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.