Le premier procès pour homicide de relations publiques au Burkina Faso a repris

UNE La défense des suspects de l’assassinat du premier président de la République de ce pays africain a demandé, le 11 octobre, un délai supplémentaire pour étudier « les 20.000 pièces du dossier ».

La première journée du procès, consacrée aux questions de procédure, a permis d’organiser une liste de 60 témoins que le tribunal entend entendre, par visioconférence, car résidant à l’étranger.

Parmi les témoins figurent l’ancien ministre français des Affaires étrangères Roland Dumas, ainsi que l’ancien ministre de la Culture Jack Lang.

Le tribunal entend également entendre Jean-Christophe Mitterrand, fils de l’ancien président français François Mitterrand, qui était le conseiller de son père pour les affaires africaines au moment des faits.

« Il y a d’anciens ministres français, d’anciens diplomates », a déclaré Mamadou Coulibaly, avocat de la défense. « Nous avons inscrit les noms, mais les adresses font toujours l’objet d’une enquête. Cela signifie que certains ne savent probablement pas qu’ils devraient témoigner », a-t-il ajouté.

A la réouverture du procès, le réseau international « Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique » a souligné le risque de ne pas être abordé le rôle joué par la France, les Etats-Unis d’Amérique et les pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire, par Félix Houphouët-Boigny, et le Togo, par Gnassingbé Eyadema, corrompu par les positions anti-impérialistes du jeune Thomas Sankara adoré par la jeunesse africaine.

Douze des 14 accusés étaient présents aujourd’hui à la reprise du procès, dont le général Gilbert Diendéré, 61 ans, l’un des principaux chefs de l’armée lors du coup d’État de 1987.

Le principal accusé, l’ancien président Blaise Comaoré, arrivé au pouvoir grâce à ce coup d’État, n’a pas encore comparu aux audiences du procès. Des avocats ont dénoncé « un simulacre de procès » devant « un tribunal d’exception ».

Blaise Comaoré, démis du pouvoir en 2014 et résidant depuis lors en Côte d’Ivoire, est accusé de « complicité de meurtres », de « cadavres cachés » et « d’atteinte à la sûreté de l’État ».

Les mêmes charges pèsent sur le général Gilbert Diendéré, qui purge déjà une peine de 20 ans de prison au Burkina Faso pour tentative de coup d’État en 2015.

Parmi les accusés figurent également des militaires de la garde présidentielle à Comaoré. L’un d’entre eux, l’ancien maître Hyacinthe Kafando, soupçonné d’être le chef du commando qui a assassiné Thomas Sankara, est en fuite.

La veuve de Thomas Sankara, Mariam, venue de France, où elle réside, pour assister au procès, a signé une pétition demandant qu’il soit filmé « au nom de l’histoire ». La demande a été rejetée le jour de l’ouverture du procès par le tribunal militaire.

Le procès, qui devrait durer entre deux et quatre mois, se poursuit mardi avec l’interrogatoire de l’un des accusés, Ilboudo Yamba Élisée, un militaire présentant l’un des assassins de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons également assassinés. .

Thomas Sankara, arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en 1983, a été tué avec douze de ses camarades par un commando lors d’une réunion au siège du Conseil national de la révolution (CNR) à Ouagadougou. Il avait 37 ans.

Thomas Sankara a laissé une marque indélébile sur l’Afrique, où il est devenu connu sous le nom de « Che Guevara Africano ».

Leader emblématique, il prend le pouvoir très jeune, à seulement 39 ans, à la suite de la révolution du 4 août 1983, où il combat aux côtés de ses frères d’armes et assume « le protagoniste d’une fantastique histoire d’amitié et de solidarité entre Africains révolutions des années 80 », dans l’expression de Carine Kaneza-Nantulya, directrice des affaires juridiques à la division Afrique de l’organisation non gouvernementale américaine de défense des droits humains Human Rights Watch, dans des déclarations à Lusa.

Dans l’année qui a suivi son arrivée au pouvoir, Sankara a changé le nom du pays, dans une tentative d’enterrer avec les insignes de la République de Haute-Volta l’héritage de la puissance coloniale française. Le pays de Sankara a été rebaptisé République démocratique populaire du Burkina Faso, ce qui signifie « pays des gens honnêtes ».

Le « Che Africano », qui voulait « décoloniser les mentalités » et perturber l’ordre mondial en défendant les pauvres et les opprimés, a finalement été assassiné le 15 octobre 1987, ainsi que 12 de ses camarades qui faisaient partie du noyau dur de son entourage politique.

Lire aussi : Une province du Burkina Faso ferme des écoles en raison de la présence « djihadiste »

Soyez toujours le premier à savoir.
Cinquième année consécutive Choix du consommateur pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.


Télécharger Google Play

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.