Le raid qui a déclenché l’Holocauste en France | International

En 1941, en France, les Juifs n’étaient toujours pas obligés de porter l’étoile jaune, bien que le gouvernement de Vichy, une marionnette des nazis, ait déjà adopté les premières lois antisémites. Cependant, le 14 mai de cette année-là, la persécution a fait un saut qualitatif avec la première arrestation massive de Juifs lors de la soi-disant Razia de la carte verte, avec laquelle on peut dire que l’Holocauste a commencé en France. Les Mémorial de la Shoah de Paris a récemment présenté des images inédites de ce piège dans lequel sont tombés 3 700 réfugiés résidant dans la ville, qui ont été déportés dans deux camps d’internement près de Paris et, un an plus tard, à Auschwitz.

Les photographies, 98 au total, représentent un document extraordinaire de l’Holocauste, puisqu’elles montrent tout le processus de détention, de déportation et même d’internement. Ils illustrent également de manière déchirante comment les familles ont été divisées – les femmes et les enfants n’ont pas encore été déportés – et comment les hommes ont été envoyés dans des casernes insalubres. C’était un processus dont la destination finale était l’extermination. De plus, cela confirme un fait qu’à la fin de la guerre, il a fallu des décennies aux autorités françaises pour reconnaître officiellement : que les rafles contre les Juifs ont été menées par la police française, sous la supervision des Allemands. Autrement dit : il est clair que les Français ont effectué la Shoah dans leur pays et que les nazis n’ont guère eu à fournir de soldats pour effectuer les déportations.

« Les images étaient entre des mains privées, explique-t-il. Lior Lalieu-Smadja, responsable des collections photographiques du Mémorial de la Shoah à Paris, qui abrite l’une des plus grandes banques d’images au monde sur la persécution des Juifs en Europe. « Un collectionneur les avait achetés il y a dix ans lors d’une foire à Reims et a récemment appelé deux historiens experts de l’occupation, qui à leur tour m’ont alerté de la découverte. » L’auteur des images était membre de la soi-disant Kompanie Propaganda (PK), une unité de la Wehrmacht (l’armée allemande) chargée de documenter la Seconde Guerre mondiale sur les ordres de Joseph Goebbels. Les experts en mémorial pensent que le photographe était Harry Croner, alors âgé de 38 ans et plus tard expulsé de l’armée en raison de son ascendance juive.

Image prise dans l'un des deux camps vers lesquels les détenus ont été transférés, montrant les conditions de vie insalubres à l'intérieur de la caserne.
Image prise dans l’un des deux camps vers lesquels les détenus ont été transférés, montrant les conditions de vie insalubres à l’intérieur de la caserne. Mémorial de la Shoah

« Le PK a inondé la presse de ses images », poursuit Lior Lalieu-Smadja. Certaines de ces photographies ont été publiées par les journaux collaborationnistes français, dans le cadre de la propagande antisémite, mais les plus grossières ont été laissées de côté et n’ont pas refait surface jusqu’à présent. L’une d’elles, montrant un gendarme gardant des détenus juifs dans le camp de Beaune-la-Rolande, a même été reproduite en Nuit et brouillard, film emblématique d’Alain Resnais sur le nazisme. « Il y a très peu d’images qui montrent la Shoah, c’est pourquoi cette série est si exceptionnelle, poursuit Lalieu-Smadja.

Rejoignez EL PAÍS maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

Les Razia de la carte verte ont reçu ce nom parce que 6 494 réfugiés juifs étrangers à Paris, qui avaient fui la Pologne, la Tchécoslovaquie ou l’Autriche du nazisme et de l’antisémitisme endémique, ont été convoqués au moyen d’une circulaire de cette couleur dans laquelle ils devaient présenter eux-mêmes dans différentes parties de la ville pour un contrôle de routine de votre documentation. L’un d’eux était le Japy Gym, où les photos ont été prises. Signé par un commissaire de police, l’ordre exigeait également qu’ils portent une couverture et de la nourriture pendant 24 heures, mais à aucun moment il n’a été question de détention ou d’expulsion. Malgré la menace de « sanctions les plus sévères » pour ceux qui ont manqué le rendez-vous, la moitié des personnes convoquées ne se sont pas présentées. Pour ceux qui l’ont fait, il était trop tard : ils étaient tombés dans une souricière.

Sur cette image, vous pouvez voir comment Theodor Dannecker, chef nazi des affaires juives en France, veille sur la déportation, qui est effectuée par la police française.  Il peut servir de résumé du fonctionnement de la Shoah en France : les Allemands donnaient les ordres et les agents français les exécutaient.
Sur cette image, vous pouvez voir comment Theodor Dannecker, chef nazi des affaires juives en France, veille sur la déportation, qui est effectuée par la police française. Il peut servir de résumé du fonctionnement de la Shoah en France : les Allemands donnaient les ordres et les agents français les exécutaient. Mémorial de la Shoah

L’ensemble du processus est parfaitement documenté : l’arrivée sur le lieu de détention, le désespoir des familles, les voisins observant toute l’opération depuis leurs fenêtres, la salle de sport avec les détenus entassés dessus, le transfert rapide dans les bus de ville saisis, l’embarquement des trains en gare d’Austerlitz, l’arrivée à la caserne infestée où ils seront logés –une des images montre la paille humide qui recouvre les couchettes– et les champs eux-mêmes. Des policiers français apparaissent dans presque toutes les images, bien que dans certaines on voit des Allemands superviser.

L’une des photographies les plus incriminantes d’un point de vue historique montre deux figures cruciales de la déportation des Juifs de France. Il a été fait avec la volonté de propagande, bien qu’il montre une coopération directe entre les nazis et les Français dans les déportations, puisqu’ils y figurent, supervisant directement le razia, Theodor Dannecker (1913-1945), le représentant d’Adolf Eichmann en France , et chef de la section IV J de la Gestapo, en charge de la question juive, et l’amiral François Bard (1889-1944), préfet de police de Paris sous Vichy. Dannecker, l’un des principaux organisateurs de l’Holocauste, s’est suicidé en 1945 après avoir été capturé par les Américains. Bard est mort dans un accident en Suisse en 1944. Sa présence dans une image destinée à la diffusion montre qu’ils étaient tous les deux très fiers du crime qu’ils commettaient.

Parmi les Juifs internés, quelque 800 se sont échappés et les 2 900 restants ont été déportés à Auschwitz un an plus tard, en 1942, lorsque la machine d’extermination nazie avait été mise en marche. Parmi les détenus qui sont rentrés figurait Daniel Finkielkraut, père du philosophe Alain Finkielkraut, comme ce dernier l’a confié au journal Le monde. Il est tombé dans le piège, a expliqué son fils, « parce qu’il était tellement légaliste, il pensait que la loi française le protégerait ». Comme tant d’autres Juifs européens, lorsqu’il s’est rendu compte que la loi était précisément conçue pour faciliter l’extermination, il était trop tard.

Autre image du transfert des Juifs piégés dans la razia vers la gare d'Austerlitz, à Paris.
Autre image du transfert des Juifs piégés dans la razia vers la gare d’Austerlitz, à Paris.Mémorial de la Shoah

L’un des aspects les plus épouvantables de ce raid est qu’il a été l’un des premiers, sinon le premier, à avoir lieu en Europe occidentale et montre à quel point le gouvernement de Vichy a appliqué à toute vitesse une politique antisémite cruelle. La jeune réfugiée allemande aux Pays-Bas, Anne Frank, dont le journal symbolise la Shoah, ne s’est cachée à Amsterdam qu’un an plus tard, le 6 juillet 1942, lorsque sa famille a senti que le danger était imminent. En France, la rafle de Juifs la plus étudiée et la plus connue, le Vélodrome d’hiver de Razia, a également eu lieu ce mois de juillet et au cours de laquelle ils ont été déportés, d’abord à Drancy puis à Auschwitz, beaucoup de ceux qui avaient survécu à la Razia del greenback, jusqu’à présent beaucoup moins connue et documentée.

La France a été l’un des premiers pays à lancer des arrestations massives de Juifs, avant même qu’elles ne soient exigées par les Allemands, qui n’ont mis en place des camps de la mort et des déportations massives qu’au premier trimestre 1942, bien qu’ils aient établi les ghettos en Pologne en 1940. Comme l’historien Laurence Rees l’écrit dans son livre L’Holocauste (Critique), « la vérité inconfortable est que les autorités françaises ont persécuté les Juifs parce qu’ils ont décidé de le faire, pas parce qu’ils ont reçu l’ordre de le faire ». Ces photos illustrent cette vérité maladroite et terrible.

Appel reçu par des Juifs étrangers de Paris pour le Raid Carte Verte.
Appel reçu par des Juifs étrangers de Paris pour le Raid Carte Verte.Mémorial de la Shoah

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.