Les foules se rendent à l’événement sur le thème «The Squid Game» et tout devient incontrôlable

Vidéos EFE Latam

Les migrants se déplacent lentement dans le sud du Mexique avec une santé déclinante

Tapachula (Mexique), 30 octobre (EFE) .- La caravane de milliers de migrants d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud qui est partie il y a une semaine du sud-est du Mexique vers les États-Unis continue d’avancer lentement ce samedi alors que les enfants commencent à souffrir de problèmes de santé. La caravane est arrivée hier soir dans la communauté d’Ulapa, dans la commune d’Acapetahua, dans l’État du Chiapas, à la frontière avec le Guatemala, après avoir parcouru une quinzaine de kilomètres à pied, et ils prévoient de repartir dans les prochaines heures. Les près de 5 000 migrants ont déjà parcouru un total d’environ 80 kilomètres depuis leur départ le week-end dernier de la ville de Tapachula, également au Chiapas, et certains, notamment des enfants, commencent à souffrir de fièvre, de déshydratation, de maux de tête, de diarrhée, d’entorses et d’éruptions cutanées. Avant de repartir, les migrants se reposent sur la place civique de la communauté d’Uluapa, autour de quatre rues, sous les arbres, sur les cires des maisons et sur les anciennes voies ferrées. ILS SOUFFRENT POUR LEUR SANTÉ Andrea Pérez, d’origine vénézuélienne, a demandé aux autorités sanitaires à l’aube des soins pour son fils Jesús, qui présentait des symptômes de déshydratation, sans recevoir d’attention initiale. Cinq heures plus tard, les ambulanciers de la protection civile sont venus le contrôler et l’ont emmené dans une ambulance au centre de santé de Mapatepec pour y être soigné, avec d’autres enfants et une femme. « L’ambulance est arrivée et j’ai demandé de l’aide, mais elle est partie et jusqu’à présent elle est revenue. Personne ne nous a aidés avec de l’eau en cours de route », a déclaré la mère à Efe. La situation a été compliquée pour les enfants, qui ont souffert des températures élevées et des fortes pluies qui ont compliqué la santé des familles. Certaines femmes ont également demandé l’attention des ambulanciers pour diverses maladies comme le diabète, la tension artérielle, les maladies dégénératives, mais surtout la déshydratation. Cindy López, originaire du Guatemala, voyage dans la caravane avec deux enfants, dont l’un, âgé de 8 ans, a fait une crise d’appendicite, a-t-elle précisé. Pour son traitement, les autorités lui ont proposé de retourner à Tapachula, la ville d’où les migrants sont partis après des mois bloqués sans opportunités d’emploi, ce que la mère rejette. ILS CONTINUERONT LEUR COURS Beaucoup d’enfants de la caravane souffrent de diarrhée, de fièvre et de maux de tête, probablement à cause de l’eau insalubre et du manque de nourriture. Cependant, la caravane prévoit de poursuivre sa route ce samedi jusqu’à Mapstepec, à 40 kilomètres d’Acapetahua. L’objectif principal est d’atteindre Mexico City puis de repartir pour la frontière avec les États-Unis. La veille, les membres de la caravane ont rejeté une offre de l’Institut national des migrations (INM), qui proposait des visas pour les femmes et les mineurs en échange de leur séjour dans le sud-est du Mexique. Après les images dures de la dissolution des précédentes caravanes, le gouvernement mexicain a cette fois annoncé qu’il agirait avec « prudence » face au nouveau pèlerinage, mais les a avertis que les États-Unis ne leur permettraient pas d’entrer sur son territoire. Les près de 5 000 sans-papiers sont escortés par des éléments de la Garde nationale et de la police de la circulation qui les guident sur l’autoroute où circulent des centaines de poids lourds et d’unités de transports en commun pour éviter un incident. Les autorités ont monté une forte opération pour guider les voitures et empêcher les migrants de monter sur les unités de charge lourde. La région a connu une vague migratoire sans précédent depuis le début de l’année, avec un flux historique de 147 000 sans-papiers détectés au Mexique de janvier à août, soit le triple de celui de 2020. De plus, le nombre d’arrestations à la frontière des États-Unis avec le Mexique atteint au cours du dernier exercice des chiffres jamais vus auparavant, avec plus de 1,7 million d’immigrants détectés par les douanes et la protection des frontières (CBP). (c) Agence EFE

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *