Les hôpitaux du NHS au bord de la rupture avec une pénurie de médecins et d’infirmières : « La chose difficile, c’est d’en trouver un qui n’ait pas de problèmes »

Le dernier jour de septembre, Nuno Fachada, directeur clinique de l’hôpital de Setúbal, a présenté sa démission de son poste, alléguant le manque de conditions pour fonctionner, à savoir le manque de professionnels de la santé pour garantir la sécurité des services. La « situation de rupture et d’aggravation aux urgences médicales, obstétricales, EEMI [Equipa de Emergência Médica Intra-Hospitalar]», ainsi que « des difficultés à d’autres échelles telles que pédiatrique, chirurgicale, AVC vert, urgences internes, etc. et des comités et chefs d’équipe d’urgence, au total 87, qui ont démissionné en bloc.

Le « cri d’alerte » des médecins de Setúbal est aussi un rappel de ce qui se passe « dans la grande majorité des hôpitaux du pays », raconte-t-il. TVI24 Jorge Roque da Cunha, du SIM – Syndicat indépendant des médecins. « Ce qui est difficile pour nous, c’est de trouver des hôpitaux où il n’y a pas de problèmes », ça dit. Et la vérité est que, ces derniers jours, les nouvelles ont été répétées faisant état du manque de médecins et d’infirmières, ainsi que d’autres problèmes auxquels sont confrontées les unités de santé.

De l’avis de la présidente de l’Ordre des infirmières, Ana Rita Cavaco, il y a actuellement deux problèmes distincts : l’un a trait au retour à la soi-disant normalité : « Ce qui s’est passé pendant la pandémie, c’est que les gens, effrayés, ont cessé d’aller aux services d’urgence » et tous les autres services avaient des services minimaux. Désormais, alors que les services retrouvent leur fonctionnement normal, les problèmes de pénurie de ressources humaines qui existaient déjà auparavant font de même : « Nous dénonçons ces situations de manque d’infirmières depuis plusieurs années, malheureusement ce n’est pas nouveau », dit, à TVI24.

Et Roque da Cunha confirme : « Déjà en 2019, les résultats des années consécutives de sous-financement dans le secteur, les coupes imposées par la troïka et les captivations de Mário Centeno étaient bien visibles [na altura, ministro das Finanças]: il y avait déjà des nouvelles de la fermeture des services d’urgence la nuit et des fermetures temporaires des urgences obstétricales. découragement » de ne pas voir tous les efforts consentis récompensés.

Après Setúbal, il y a plus de médecins qui claquent la porte. Ce mercredi, la démission des médecins responsables du Service des Urgences Métropolitaines de Psychiatrie de Porto (UMPP), concentré depuis avril 2006 à l’Hôpital de São João, a été annoncée. Les huit psychiatres dénoncent que le service a des « limites » depuis qu’il a été relevé. Le problème le plus grave est, selon les cliniciens, « l’absence de critères de référence », qui se traduit par « un nombre énorme de cas sans indication d’observation aux urgences » et un « afflux excessif et inapproprié d’usagers ». Les psychiatres affirment avoir fait plusieurs avertissements sur ces problèmes au fil des ans et, à ce moment, leur mécontentement a atteint sa limite.

Le manque de professionnels : un vieux problème qui s’aggrave chaque année

Ana Rita Cavaco fait référence au rapport annuel sur la santé, selon lequel le ratio d’infirmières pour mille habitants au Portugal est de 6,3 à 6,7 (si l’on ne prend en compte que le NHS il est de 4,6), bien en deçà de la moyenne de l’OCDE, qui est de 9,3 à 9,7.

« Dans le cas des infirmières, nous formons exactement les professionnels dont nous avons besoin, mais nous laissons plus de la moitié émigrer », se plaint le président, critiquant le manque d’évolution de carrière :

« Les salaires sont bas et il n’y a aucune perspective de carrière, d’évolution, quand on a plus d’années d’expérience ou si on a une spécialisation », Expliquer. « Dehors, il y a cette reconnaissance de spécialisation et il y a la perspective d’une évolution salariale.

L’accusation va donc aux gouvernements successifs, qui n’ont jamais « voulu » régler ce problème, qui touche aussi bien les infirmières que les assistants opérationnels.

La semaine dernière, concernant le cas de Setúbal, Daniel Travancinha, le président du conseil sous-régional de l’Ordem dos Médicos, a déclaré que « après la chute de la couverture pandémie pour justifier les graves manquements, il reste un manque d’investissement pour retenir les médecins et autres professionnels de santé, que ce soit dans les conditions de travail ou dans les incitations matérielles », qui se révèle non seulement dans le manque de médecins, mais aussi dans le « vieillissement humain du Service National de Santé ».

Daniel Travancinha a également rappelé que les postes vacants dans le NHS sont créés pour de jeunes spécialistes qui finissent par ne pas être occupés car ils n’ont pas « d’incitations au travail de qualité minimale », conduisant les professionnels à opter pour les mêmes (ou meilleures) conditions dans des établissements privés ou à l’étranger.

Le président du SIM précise : « Le gouvernement peut dire qu’il a embauché je ne sais combien de professionnels, mais beaucoup d’autres sont partis et continuent de partir. Au cours des trois prochaines années seulement, nous savons que 1400 médecins hospitaliers et 1200 médecins de famille générale seront réformés« . Et il y en a encore beaucoup d’autres, « de plus en plus », qui choisissent de ne pas travailler dans le National Health Service : « Certains préfèrent aller travailler dans le secteur privé en tant que prestataires de services au lieu d’avoir un contrat dans le NHS », non seulement parce qu’ils ont de meilleures conditions de travail, mais aussi parce que le secteur privé est mieux équipé et offre plus de possibilités de développer un travail différencié.

Le système « explose à craquer », accuse-t-il. Et il donne un exemple : en 2020, les médecins du NHS ont effectué 8 millions d’heures supplémentaires. « Bien sûr, c’était l’année de la pandémie et c’est pourquoi ce nombre a augmenté, mais en 2019, ils ont eu 6 millions d’heures supplémentaires », explique Roque da Cunha : « Il n’est pas possible de donner plus de travail à ceux qui travaillent ».

« Le ministre de la Santé n’admet pas qu’il y a un problème » mais, selon Jorge Roque da Cunha, il n’est pas possible de continuer à regarder de côté : s’il y a un manque de professionnels, cela se reflète évidemment chez les usagers, qui n’ont pas accès aux soins de santé dont ils ont besoin et voient les listes d’attente s’allonger.

L’hôpital Egas Moniz et l’Institut portugais d’oncologie, à Lisbonne, et les hôpitaux d’Almada, Torres Vedras, Penafiel et Barreiro – Montijo sont parmi les cas les plus graves mentionnés par les médecins et les infirmières.

Situation « normalisée » à Leiria

La situation au service des urgences générales de l’hôpital de Santo André, à Leiria, dont l’accès était limité de 22h00 mardi à 8h00 mercredi, est déjà normalisée.

Mardi, le Centre hospitalier de Leiria (CHL), dont fait partie l’hôpital de Leiria, a annoncé que l’accès au service général des urgences de l’hôpital Santo André serait limité à ce moment-là et a admis « l’éventuel renvoi de certains patients au service des urgences. du Centre Hospitalier et Universitaire de Coimbra. » Selon le CHL, cette situation était essentiellement due au fait que « ADR [Área Dedicada para Doentes Respiratórios] L’hôpital das Caldas da Rainha, le Centro Hospitalar do Oeste ont fermé » lundi et « sont des patients référés » à l’hôpital de Leiria, mais aussi parce que « de nombreuses fausses urgences continuent d’affluer vers le CHL ».

Mais il y a aussi des problèmes de ressources humaines. Le 1er octobre, « il n’a pas été possible de compléter l’échelle d’urgence Orthopédie entre 9h00 et 20h00 ». La section régionale du Centre de l’association médicale a alerté ce jour-là sur la « situation grave » de l’hôpital de Leiria, en raison du manque de médecins au service des urgences, et a demandé au ministère de la Santé de « résoudre immédiatement le problème ». Le SIM – Syndicat indépendant des médecins a déploré que « les avertissements qu’il a émis à plusieurs reprises sur la situation au centre hospitalier de Leiria restent sans réponse ».

Le 17 septembre, le CHL a annoncé l’augmentation du montant à verser aux médecins généralistes pour l’exercice de fonctions au service général des urgences de l’hôpital de Leiria, l’une des mesures pour « résoudre les difficultés ressenties » dans ce service, qui « a enregistré une forte affluence d’utilisateurs ». Soulignant que « l’absence d’alternatives pour les usagers a conditionné le fonctionnement » du service des urgences, le CHL a reconnu que cette situation s’ajoute aux « la situation effective et connue de pénurie de ressources humaines et, en particulier, de personnel médical ».

« Dans le concours des docteurs de diverses spécialités, lancé en juillet, pour 36 postes vacants, jusqu’à présent, il n’a été possible de pourvoir que 19 postes vacants », a rappelé le CHL à cette date, affirmant qu’à « la difficulté reconnue des entreprises extérieures à recruter des médecins généralistes » pour cette salle d’urgence s’ajoutait « la fatigue manifestée par les internistes, chirurgiens et orthopédistes qui, avec les médecins généralistes, assurent » ce service 24 heures sur 24, en personne, toute l’année.

Il y a toujours une pénurie d’infirmières en Algarve

En août, 65 des 72 infirmières du Centre hospitalier universitaire de l’Algarve ont signé une déclaration de non-responsabilité alléguant le manque de conditions pour prodiguer des soins.

Deux mois plus tard, le manque de professionnels persiste dans cet hôpital. « Et ce n’est pas seulement dans les urgences, mais aussi dans d’autres services, comme la cardiologie », explique Ana Rita Cavaco, soulignant l’énorme effort qui est fait par ces professionnels pour assurer les services. Selon le président, le CHUA est l’un des hôpitaux avec le pire ratio d’infirmières, une intervention urgente serait donc nécessaire.

Il y a quelques jours, l’infirmière-directrice du CHUA, Mariana Santos, expliquait aux médias que certaines infirmières ont été embauchées, mais qu’elles sont insuffisantes, soulignant que la difficulté à retenir les professionnels dans la région a conduit l’administration à établir des protocoles avec les universités d’Andalousie. , en Espagne.

L’objectif est d’embaucher des professionnels nouvellement diplômés qui seront référés à l’Ordem dos Enfermeiros pour « formaliser le processus d’accréditation et de certification des compétences au Portugal ».

À l’hôpital de Setúbal, plus de 80 administrateurs ont démissionné

Pour comprendre la situation dramatique de l’hôpital de Setúbal il suffit de regarder le service d’obstétrique, explique Roque da Cunha : le directeur du service dit qu’il aurait besoin de 21 médecins mais il n’y en a que 11, dont deux sont en congé et sept ont plus de 55 ans (dont deux prendront bientôt leur retraite).

C’est face à ce scénario de rupture que Nuno Fachada, le directeur clinique de l’hôpital, a décidé de démissionner. « La demande de démission du poste de directeur clinique du centre hospitalier de Setúbal et maintenant, du reste de la direction clinique, des directeurs de service et de département, des coordinateurs d’unité et de commission et des chefs d’équipe d’urgence, avec un total de 87 signatures, est le dernier coup de semonce pour la situation désespérée dans laquelle se trouve le centre et la rupture des services d’urgence et des divers services primaires de l’hôpital », a expliqué le directeur clinique sortant.

Le ministère de la Santé a toutefois annoncé avoir autorisé l’embauche de médecins pour sept spécialités à l’hôpital, sans indiquer combien, ainsi qu’un investissement de 17,2 millions d’euros dans l’agrandissement des installations, promettant que d’ici la fin de cette semaine ce sera un appel d’offres international a été lancé pour la construction, d’ici 2023, d’un nouveau bâtiment pour relocaliser les urgences et l’hôpital do Outão.

Il y a des patients dans le garage de l’hôpital Vila Franca de Xira

Le président du Conseil régional sud de l’Ordre des médecins portugais, Alexandre Valentin Lourenço, a mis en garde cette semaine contre le manque de médecins et de conditions de travail à l’hôpital de Vila Franca de Xira, dans le district de Lisbonne, où des patients sont observés dans le garage.

« Au cours des six derniers mois, nous avons commencé à avoir des demandes d’exonérations de responsabilité, des signalements de situations d’insuffisance de services, de barèmes non remplis, chose à laquelle nous n’étions pas habitués dans cet hôpital », a-t-il rapporté.

Alexandre Valentim Lourenço a déclaré qu’il avait quitté la visite à l’hôpital « très inquiet », car « beaucoup des problèmes qui existent dans l’ensemble du Service national de santé se propagent ici ».

Le responsable n’a pas pu préciser le nombre de médecins manquants, mais il a précisé que toutes les spécialités se plaignent du problème et a mis la direction clinique au défi de « faire un vrai tour d’horizon de ce qu’il faut pour faire fonctionner cet hôpital, sans recourir à 70 %. des prestataires de services et des sociétés externes », ce qui est en train de se produire actuellement.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.