Les hôteliers veulent des subventions françaises | Économie

Entre la place principale de la municipalité de Huesca d’Aínsa et la station de ski française de Piau-Engaly, il n’y a que 62 kilomètres, un trajet des Pyrénées aragonaises aux montagnes du pays voisin d’à peine une heure en voiture. En période de pandémie, cependant, la distance semble un abîme pour les chefs d’entreprise : les propriétaires du restaurant Callizo reçoivent 10.000 euros par mois du gouvernement français depuis octobre pour la fermeture forcée de leurs locaux Pyrène par Callizo, alors qu’ils ont à peine obtenu 2 000 euros de l’exécutif aragonais dans toute l’urgence sanitaire pour leur autre établissement.

La différence entre les aides directes accordées de part et d’autre de la frontière dans ce cadre idyllique du ski rappelle une Europe répondant à la crise à des vitesses différentes. « En Espagne, ils ne nous ont proposé que des crédits ICO, pour s’endetter davantage », se plaint Ramón Aso, l’un des propriétaires du restaurant. L’annonce par le gouvernement espagnol de transférer 2 000 millions d’euros aux îles Baléares et Canaries et 5 000 autres au reste des communautés autonomes afin qu’elles puissent les consacrer à l’aide directe l’assume avec prudence. « Les mots sont gentils, mais il faut attendre pour l’avoir dans le pocha« , affirme-t-il. Le casting ne le convainc pas en ignorant les particularités de l’Espagne vide.  » Il me semble bien qu’on donne plus aux îles, mais ici nous sommes comme eux, et rien n’a été dit sur l’Espagne vide, « , déplore-t-il.

L’étoile Michelin reçue en décembre n’étant toujours pas libérée et 20 employés en Espagne en attendant sa réouverture, les propriétaires ont fixé au 30 avril la date pour retirer le verrou et revenir recevoir les clients après des mois d’interruption. A cette époque, les factures pour l’électricité souscrite continuent d’arriver, puisqu’elles n’ont pas modifié la puissance pour éviter de payer le coût de l’augmenter à nouveau une fois qu’elles rouvriront. En cela, ils voient aussi des différences avec la France : les frais d’électricité et de taxes n’étaient facturés qu’une fois les premiers secours reçus. « Dans mon environnement en Espagne, je n’ai que deux amis qui n’ont pas demandé de prêt à l’ICO, et c’est parce qu’ils ont fait payer le restaurant par leurs parents. En France, un ami chef facture le même montant que s’il travaillait », explique-t-il.

Bien que le gouvernement espagnol insiste sur le fait qu’il a déployé des instruments d’aide à hauteur de 20 % du PIB en 2020, notamment des lignes de garanties publiques et des moratoires bancaires, fiscaux et sociaux, c’est dans les aides directes que les écarts se reproduisent. Et pas seulement dans l’hôtellerie. La librairie espagnole Punto y Coma, basée dans le quartier européen de Bruxelles, a perçu 4 000 euros après avoir été contrainte de fermer en mars de l’année dernière, puis pendant le confinement son propriétaire, Roberto Moriana, a touché 1 600 euros par mois en tant qu’indépendant en famille à votre dépense. Reconnaissez qu’ils sont un soulagement, même s’ils ne couvrent pas les pertes. « La Journée du livre 2020 n’a pas pu être célébrée en raison du confinement et notre chiffre d’affaires ce jour-là dépasse les 6 000 euros », calcule-t-il. En Espagne, la librairie Yorick, spécialisée dans le théâtre et située dans le quartier madrilène de Lavapiés, a eu recours aux prêts, mais n’a pas vu un euro d’aide directe. « Nous avons simplement demandé un prêt ICO que nous commencerons à rembourser dans quelques mois. Quand, il y a des mois, nous avons essayé de voir ce qui se passait, l’aide supposée était toujours pour des choses dont nous n’avions pas besoin », explique Carlos Gil, son administrateur.

« Au Portugal je n’ai droit à aucune aide car ils exigent que je continue l’activité »

Carmen Baz cumule 21 ans et trois crises majeures dans le secteur de l’hôtellerie « très esclave ». Cette galicienne de 55 ans de A Guarda (Pontevedra) a surmonté la tragédie du Prestige et l’apocalypse financière de 2008, mais elle ne se souvient pas d’un combat aussi dur que celui que les bars et restaurants mènent contre l’invasion imprévisible du coronavirus . Cette société hôtelière transfrontalière gère deux implantations : une au Portugal, fermée depuis octobre et qui a décidé de transférer ; et un autre dans le port de sa ville, le restaurant Xeito, dans lequel il calcule qu’au cours des 12 derniers mois, il a perdu 80% de ce qu’il a entré.

Jusqu’à présent, Baz n’a pas collecté un euro d’aide, ni d’un côté ni de l’autre de la frontière. Pour son restaurant portugais, qui a ouvert il y a deux ans dans la touristique Praia de Âncora avec un investissement de 150 000 euros, le gouvernement portugais n’accorde aucune de ses subventions pour payer le loyer ou compenser les pertes car il a fermé en octobre de sa propre initiative, deux mois avant qu’il ne soit obligatoire. Elle l’a fait parce que les contrats d’été de ses cinq employés prenaient fin et qu’elle voyait déjà que la pandémie avançait sans retenue. « Ceux du Portugal sont de petites bourses, mais je n’ai droit à rien car ils nécessitent la poursuite de l’activité. »

Avec son entreprise sur le territoire galicien, où travaillent entre 3 et 8 personnes, il a été exclu des premiers secours de la Xunta car il ne lui manquait qu’« un point de pourcentage » de pertes, mais il les a à nouveau demandés dans un nouvel appel et estime qu’il répond désormais aux exigences. Concernant le paquet de 11.000 millions du Gouvernement, il exige que l’Administration centrale le distribue directement – « moins il passe de mains, mieux c’est » – et qu’elle ne tienne pas compte des dettes auprès du Trésor et de la Sécurité sociale. « Comment n’y a-t-il pas des hôteliers qui ont des dettes ? Ne se rendent-ils pas compte que s’ils se voient refuser une aide pour cette raison, ils en auront plus ? », argumente-t-il. Les crédits, ajoute-t-il, ne servent pas non plus : « J’étais sur le point de prendre une ICO, Dieu merci, je ne l’ai pas fait. Ceux qui l’ont demandé pensant que ce ne serait pas si long sont jusqu’au cou et beaucoup demandent déjà des moratoires sur les paiements aux banques ».

Pour parler de la noyade dont souffrent les familles vivant de l’hôtellerie, Baz ferme tristement les yeux. Elle a « une maison qu’elle pourrait vendre », mais d’autres collègues « n’ont rien, ils ne pourront pas rouvrir et ils se retrouveront endettés ». Sa logeuse a différé le paiement du loyer, « Je t’attendrai », a-t-il dit, un soulagement que tout le monde n’a pas. L’hôtellerie, souligne-t-il, « n’est pas un secteur de riches » : « Il y a des années, ils gagnaient beaucoup d’argent avec cela, mais pendant une décennie, cela a suffi pour survivre ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *