Les jeux de Su Borsa Italiana sont terminés. Pelanda explique pourquoi

Après les énièmes indiscrétions sur un nettoyage de la Piazza Affari aux mains des Français avec un tapage d’ordonnance, les assurances d’Euronext sur la protection des actifs et le plan industriel favorable à l’Italie ont suivi. Mais pour l’économiste, Paris ambitionne de devenir la capitale financière de l’Europe. Et l’Italie peut faire très peu

Haute garde à la Bourse italienne. Mais peut-être qu’il est trop tard. Euronext, le consortium paneuropéen à traction française qui contrôle six listes continentales et qui a racheté l’an dernier Piazza Affari pour 4,3 milliards à la Bourse de Londres, s’apprête à lever le voile sur le plan industriel qui décidera de la structure et du périmètre de un actif stratégique pour l’Italie (Borsa gère également MTS, la plateforme d’échange de titres de dette souveraine).

Le gouvernement italien, d’abord avec Giuseppe Conté et puis avec Mario Draghi, a embrassé à plusieurs reprises les inquiétudes reçues de certains partis (M5S en tête) concernant la sauvegarde de la bourse italienne, en gardant toujours prête à l’emploi la législation sur le pouvoir d’or dans laquelle s’inscrit Piazza Affari (et il y a une résolution du Parti démocrate , approuvée en mai, qui engage le gouvernement à surveiller l’actif). Et puis il faut dire qu’aujourd’hui l’Italie exprime le président d’Euronext, Piero Novelli, ancien UBS et deux actionnaires forts, Cdp (7,3%) et Intesa. Sans considérer l’actuel PDG de Piazza Affari, Raffaele Jérusalem.

SIRÈNES FRANÇAISES SUR SAC

Pourtant, cycliquement, les craintes d’une francisation progressive de la Bourse italienne reviennent au premier plan. Le dernier en date de ces jours, selon lequel les hauts dirigeants d’Euronext travailleraient sur un projet de réduction de la base de coûts entre 20 et 30 %, avec une réduction des effectifs en Italie de 700 à 500 actuellement.

Bref, comme l’écrit MF-Milan La finance, le groupe le groupe dirigé par Stéphane Boujnah, oui français, il réalise un audit des filiales, notamment en Italie d’où proviennent 56% du chiffre d’affaires consolidé. L’alarme grillino était inévitable, déclenchée directement par le Comité des Finances. « Il y a beaucoup de nouvelles qui alimentent les inquiétudes que nous avions déjà concernant le rachat de la Bourse italienne par Euronext, et avec la contribution significative de Cassa e Deposito e Prestiti. C’est pourquoi nous demandons à Draghi et Franco de garder leur garde à la Bourse italienne élevée. « 

MELINA OU LA RÉASSURANCE ?

Euronext n’a pas pu manquer de réagir aux rumeurs d’une cure d’amaigrissement pour la Bourse, avec un remaniement attenant au sommet de la Bourse. « Nous travaillons avec les collègues de la Bourse italienne sur le plan industriel, qui sera finalisé en novembre. Toute hypothèse sur son contenu est pure spéculation », a précisé Euronext – le principal gestionnaire des marchés financiers de la zone euro – dans une note, après des rumeurs de presse sur le contenu du nouveau plan industriel de la société qui gère Piazza Affari. Si quoi que ce soit, deuxième Reuters, le groupement travaille à la recherche d’un nouveau PDG à la place de Jerusalmi, en bourse depuis 11 ans et expirant au printemps prochain.

LE COMMENTAIRE DE PELANDA

Formiche.net demandé un commentaire Carlo Pelanda, économiste et professeur de géopolitique économique à l’Université Guglielmo Marconi. « Je crains que les dés soient désormais jetés, que nous ne puissions pas changer le cours des choses, que le sort de Milan et de Piazza Affari soit scellé. Les Français visent à faire de Paris la capitale financière de l’Europe, à l’opposé de Londres », explique Pelanda. « Il y a peu à faire là-dessus, il y a une force française à laquelle il est difficile de s’opposer et qui surtout ne peut pas faire l’objet d’un chantage car les Français ont une force d’impact très élevée. Bref, il n’est plus possible de changer le cours des événements. La priorité est de faire de Paris la place financière de l’UE en développant Euronext. Par conséquent, l’objet principal de la défense est le centre financier de Milan ».

Et même la présence de deux partenaires italiens en bourse ne semble pas suffire. « Ils ne peuvent pas faire grand-chose, car le but de Paris n’est pas d’affaiblir Piazza Affari, mais d’apporter ses services en France. Au cours des dernières décennies, nous avons compris les véritables objectifs des Français ». Le pouvoir doré pourrait-il être activé ? Non, dit Pelanda. « La position de la France est trop supérieure à la nôtre, si nous avions entravé l’opération nous aurions eu des répercussions importantes. La vérité est que l’Italie s’est enveloppée d’elle-même, avec des années de politique industrielle pas à la hauteur ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.