L’extrême droite française perçoit des «opportunités» à l’échelle européenne après les élections italiennes – EURACTIV.fr

L’extrême droite française espère une victoire de la coalition de droite italienne dirigée par Giorgia Meloni aux élections du 25 septembre et tente de saisir l’opportunité pour quelque chose de plus grand à l’avenir, a déclaré l’eurodéputé et chef du parti. Rallye NationaleJean-Paul Garraud, à EURACTIV France.

À quelques semaines des élections cruciales en Italie, la perspective que Meloni devienne la prochaine femme Premier ministre italienne aiguise l’appétit de l’extrême droite européenne.

« En Italie, nous voyons ce que nous voyons partout. La volonté du peuple va dans le même sens et n’a rien d’extrême. C’est démocratique », a déclaré Garraud, faisant référence au changement de gouvernement attendu en Suède et aux résultats de la France aux dernières élections présidentielles et parlementaires.

Le parti de Garraud est affilié au groupe anti-européen Identité et démocratie (ID) au Parlement européen, tandis que le parti des Frères d’Italie de Meloni est affilié au groupe eurosceptique des conservateurs et réformistes européens (ECR).

Meloni dirige une coalition de droite avec Matteo Salvinis Ligue (groupe ID au Parlement européen) et Silvio Berlusconis Forza Italie (Parti populaire européen).

Selon les sondages, leur coalition devrait l’emporter contre une coalition de gauche dirigée par le leader de centre-gauche Enrico Letta.

Du point de vue de Garraud, la victoire de Meloni pourrait donner une impulsion à un bloc anti-européen à l’échelle de l’UE.

« L’évolution politique générale en Italie me semble très favorable. D’autant plus que nous avons beaucoup d’amis dans l’EKR. L’idée, bien sûr, est de former un grand groupe », a déclaré Garraud.

Lorsqu’on lui a demandé si le fait que Meloni fasse partie de l’ECR pouvait poser problème, l’homme politique français a répondu :

« C’est une perspective positive. Les perspectives générales sont bonnes parce que nous avons beaucoup d’idées communes, notamment en ce qui concerne le développement de l’Europe. Il y a des nuances, mais l’essentiel est là. Cela peut fournir une base commune sur laquelle nous pouvons construire quelque chose encore plus important.

Dans une interview accordée à EURACTIV Italie le 15 septembre, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a condamné toute collaboration avec l’extrême droite dans l’UE.

« Vous ne pouvez pas travailler avec des extrémistes. Vous ne pouvez pas coopérer avec ceux qui veulent détruire l’Europe », a déclaré Metsola.

Le gouvernement français « préoccupé »

Contrairement à l’optimisme de Garraud, on voit dans le Élysée-Palast a Melonis ne gagne pas exactement sous un jour positif.

Dans une conversation avec la station de radio France Inter a déclaré la secrétaire d’État française à l’Europe Laurence Boone, la percée de l’extrême droite [in Schweden und Italien] être inquiétant.

« Parce qu’elle reflète le désarroi des électeurs qui se détournent des partis traditionnels et parce que les réponses [der extremen Rechten] sont instables, à l’euro, à la Russie », a déclaré le ministre français.

Lorsqu’on lui a demandé comment cela pourrait affecter les relations entre Rome et Paris, Boone a souligné le traité du Quirinal, qui consacre les relations entre les personnes, les milieux d’affaires, la société civile, les écoles, les étudiants et les administrations.

« Ainsi, nous pouvons avoir des relations de travail […] Ce qui m’inquiète, ce sont les allers-retours et les incertitudes que cela crée sur des sujets aussi importants que la Russie et les droits sociaux », a ajouté le ministre français.

Boone a déclaré que Meloni soutiendrait la position de l’UE sur la Russie, mais s’est dit préoccupé par la manière dont l’UE traite tant de gouvernements d’extrême droite :

« Nous avons fait de nombreux progrès dans les domaines de la santé, de la défense, du climat, de l’énergie et du social (…) et cela ne va pas ralentir. Mais il y a des sujets où ce sera plus difficile si on parle d’immigration ou de questions de société, d’avortement », a-t-elle conclu.

[Bearbeitet von Sarantis Michalopoulos]

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.