l’histoire (et l’avenir) d’un plateau d’argent vieux de 500 ans – Observer

Eh bien, presque tout, souligne l’antiquaire : « Il y a quelques exceptions. Comme celle d’une pièce mongole composée d’une croix reliquaire et de deux burettes en jade, avec de l’or et des rubis – considérée comme l’une des principales œuvres d’art mongol dans le monde – qui n’a pas été détruite car D. João V l’avait offerte à l’abbé d’Alcobaça. C’est-à-dire qu’il a survécu parce qu’il n’était pas dans le palais ».

Comme tout ce qui se trouvait dans le Paço da Ribeira était enterré, la couronne avait besoin d’acquérir un ensemble de pièces pour les cérémonies solennelles, telles que les banquets ou les baptêmes. « Le principal souci était de reconstruire Lisbonne, mais il était aussi important de remplacer l’argent de l’appareil solennel de la couronne portugaise », estime-t-il. « Lors des baptêmes ou des mariages, il y avait toujours un espace, souvent dans la salle des banquets elle-même, dans lequel la richesse de l’État se manifestait à travers l’exposition des objets de la Couronne », dit-il, justifiant l’importance de ces pièces.

La pièce « très précieuse » de la couronne portugaise que l’État jugeait très chère est à vendre

C’est alors, pour remplacer l’argenterie de l’appareil solennel de la couronne portugaise, que D. José acheta un ensemble de 23 pièces en argent doré ciselé de production portugaise, allemande et italienne, du XVIe au XVIIIe siècles, selon une enquête de Maria do Rosário Jardim et Inês Líbano Monteiro, publié en 2010 dans Revue des Arts Décoratifs. L’ensemble est composé de 10 vasques et lave-pieds et lave-mains, 10 plateaux et trois bols pour les baptêmes. Certains, parce qu’ils appartenaient à l’aristocratie, portaient le blason familial – que la Couronne a enlevé au moment où elle les a acquis.

Il s’agit d’un ensemble de pièces qui, comme elles appartiennent à la Maison royale portugaise, ne pourraient jamais être vendues, explique Mário Roque. « Cet ensemble accompagna la fuite de la famille royale vers le Brésil en 1808. D. João VI revint en 1821, mais laissa cinq ou six pièces à D. Pedro IV, qui les utilisa dans des cérémonies solennelles comme le baptême de sa fille D. Maria II . »

Lorsque D. Pedro IV rentre au Portugal, en 1831, les pièces qui n’ont pu être vendues vont à Londres, où elles sont déposées à la Banque d’Angleterre pour, explique l’antiquaire, « servir de garantie à un prêt consenti à la Couronne. pour payer les dépenses. de la guerre civile. Plus tard, avec D. Maria II comme reine, les pièces sont retournées au Portugal.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.