L’ingratitude de la France envers les Harkis

Macron a présenté ses excuses aux Algériens. Photo : AFP

La demande de pardon exprimée cette semaine par le président Emmanuel Macron aux Algériens qui ont servi l’armée française dans la guerre d’Algérie vise à réparer l’ingratitude subie par ces hommes qui aimaient la France, enfermés après la guerre dans de sombres camps de concentration dans le sud du pays. Pays européen.

D’anciens soldats qui ont soutenu l’Algérie coloniale, connus sous le nom de harkis, ont été livrés à eux-mêmes en 1962 lorsque les troupes françaises rentrèrent à Paris après huit ans de guerre.

Près de 60 ans après l’indépendance de l’Algérie, après la signature des accords d’Évian, les Français n’ont jamais présenté d’excuses pour les crimes commis dans cette conflagration qui a mis fin à 132 ans de colonisation, même si Macron prône désormais une « réconciliation des mémoires ».

Lundi dernier pourtant, le président s’est « excusé » au nom de la France auprès des Harkis et a annoncé la promulgation prochaine d’une loi de « réparation ».

D’anciens soldats soutenant l’Algérie coloniale, connus sous le nom de harkis, ont été abandonnés en 1962 lorsque les troupes françaises sont revenues à Paris après huit ans de guerre.

Beaucoup de ces Algériens ont été tués en Algérie après que ce pays africain a obtenu son indépendance le 3 juin 1962, et une grande majorité de ceux qui ont fui en France avec leurs familles ont été discriminés par les Français.

Selon certains historiens, La France a été impliquée dans un génocide, après le pillage des archives historiques de ce pays d’Afrique du Nord.

Pour Adrian Zarrilli, docteur en histoire de l’Université nationale de Quilmes et chercheur au Conseil national de la recherche scientifique et technique (Conicet), « il y a des ‘mémoires multiples’ sur la guerre d’Algérie, dont les blessures dans la société française s’entrechoquent parfois » .

« A la fin du conflit, près d’un million de pieds-noirs (Français d’origine algérienne) sont arrivés en France, souvent reçus avec méfiance et discrimination », a déclaré l’analyste à Télam.

Zarrili a expliqué qu’il y avait, en plus, environ un million d’ex-combattants franco-algériens, en plus des Harkis qui ont coopéré avec les forces françaises pendant la guerre.

Jusqu’à 200 000 harkis ont été recrutés par l’armée française pour combattre les nationalistes algériens, plus tard accusés de « traîtres » par leurs compatriotes.

Selon l’agence de presse française AFP, jusqu’à 200 000 harkis ont été recrutés par l’armée française pour combattre les nationalistes algériens, plus tard accusés de « traîtres » par leurs compatriotes.

En 2000, feu le président algérien, Abdelaziz Bouteflika (1999-2019), les qualifiait de « collaborationnistes », bien qu’il critique les conditions de vie dans lesquelles vivaient ces anciens militaires en France. En tout cas, le président a exclu son retour à Alger, précisant que « ce n’était pas son pays ».

En France, les Harkis ont été transférés dans des camps dits de « transit et reclassement », endurant une vie indigne et traumatisante.

« Le traumatisme de l’Algérie a été utilisé en France pour expliquer des phénomènes très dissemblables comme la montée en puissance de l’extrême droite ou la marginalisation et la tentation djihadiste dans les quartiers périphériques », a déclaré Zarrilli.

Plus de cinq millions d’Algériens ont été tués par les colonialistes français en un quart de siècle, selon le président algérien Abdelmajid Tebboun.

Mais la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme porte ce chiffre à 10 millions de personnes, selon un rapport publié en 2017.

« Le traumatisme de l’Algérie a été utilisé en France pour expliquer des phénomènes très dissemblables comme la montée en puissance de l’extrême droite ou la marginalisation et la tentation djihadiste dans les quartiers périphériques »Adrián Zarrili, docteur en histoire de l’Université nationale de Quilmes

« Lors de la guerre d’Algérie, la France a payé un prix très élevé pour se retirer de ce pays. Cela a précipité la chute de (l’ancien président Charles) De Gaulle » (l’une des personnalités les plus vénérées par les Français), a déclaré Abraham Zylberman. , professeur d’histoire à l’Université de Buenos Aires (UBA).

« Mais, en plus, il y a toute une histoire sur le traitement des troupes françaises contre les membres du Front de libération nationale algérien, notamment à cause de la torture et des assassinats, et cette situation a beaucoup affecté la société française », a-t-il ajouté.

L’historien a affirmé que « le traumatisme s’aggrave car en 1954 la France a été vaincue en Indochine », dirigée par le leader vietnamien Ho Chi Minh qui a réclamé l’indépendance du Cambodge, du Laos et du Nord et du Sud Vietnam.

« C’est l’autre défaite que Paris a subie. Je pense qu’il n’y a jamais eu d’échec aussi retentissant », a déclaré Zylberman.

L’historien a rappelé qu' »en moins de dix ans, la France a dû abandonner deux colonies. C’est, pour moi, la raison essentielle du traumatisme ».

« Mais, en plus, il y a une autre question : la méthodologie que les Français ont utilisée à l’École des Amériques au Panama, et qu’ils ont ensuite étendue à toute l’Amérique latine à l’époque des dictatures, notamment en Argentine et au Chili », dit Zylbermann.

L’universitaire fait référence à l’OAS (Organisation armée secrète, groupe d’extrême droite de l’armée française), dont les instructeurs ont enseigné aux militaires argentins, dans les années 1970 et 1980, certaines méthodes d’enlèvement, de torture et d’exécution. clandestin des gens.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.