L’Italie et la France ensemble pour l’avenir du bassin méditerranéen – France

(par Valentina Maresca)

ROME – L’avenir du bassin méditerranéen vu sous deux angles différents était le thème de « Géopolitique de la Méditerranée : le voisinage Sud au service d’un nouvel équilibre régional », un événement dont l’ANSA était partenaire média et qui s’est tenu mardi soir à Palais Farnèse, siège de l’ambassade de France à Rome. Christian Masset, ambassadeur de France en Italie, a fait les honneurs, qualifiant la rencontre de « signe de reprise et de coopération entre nos deux pays ».

Les protagonistes de la première partie des rencontres, centrée sur les Accords abrahamiques, étaient Giampiero Massolo, président de l’Institut d’études politiques internationales, et Gilles Kepel, politologue et islamologue – ENS Ulm, Sciences Po. Tous deux ont parlé de l’accord selon lequel il normalise les relations entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn en ce qui concerne l’affaire israélo-palestinienne, qui a fortement réapparu dans la récente guerre de 11 jours.

« Les accords abrahamiques clarifient le jeu, tout comme le nouveau gouvernement israélien. Pour les Palestiniens, il y a la question de leurs droits à désamorcer le fusible, peut-être en utilisant le gouvernement israélien et les accords d’Abraham et en lui faisant percevoir qu’il y a aussi des divisions de paix . », a déclaré Massolo, qui a insisté sur « les droits et le bien-être », plutôt que sur la solution à un ou deux États, ce qui n’est actuellement pas envisageable. Kepel a rappelé que lors du dernier conflit à Gaza « l’Iran n’est pas intervenu et le Hezbollah n’a pas lancé ses missiles depuis le Liban » et la nouvelle attitude de l’administration américaine vis-à-vis de Téhéran, également occupée par les élections présidentielles du 18 juin prochain.

Le thème du nouveau Partenariat du Sud a plutôt été abordé par l’ambassadeur Pasquale Ferrara, directeur général des affaires politiques et de sécurité et envoyé spécial du ministre des Affaires étrangères pour la Libye, et Anne Gueguen, secrétaire générale adjointe du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Dix ans après les printemps arabes, tous deux ont insisté sur leurs répercussions sociales.

« Je crois que la récupération de l’espace en termes de projets est fondamentale, en regardant le rapport en termes de vie quotidienne », a déclaré Ferrara, tandis que Gueguen a réitéré « la primauté du social et de l’humain pour la résilience de la société et des économies ». Et si ce dernier a cité l’initiative Covax comme un exemple de solidarité qui part de la santé pour garantir l’égalité d’accès aux vaccins, Ferrara a souhaité un « grand partenariat avec l’Afrique sur l’émigration pour s’attaquer à leurs causes profondes, qui ont à voir avec la dimension de la sécurité humaine ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.