Litige sur la politique migratoire : la France durcit les contrôles aux frontières

Statut : 14/11/2022 09h17

Le différend entre Paris et Rome sur la politique migratoire italienne entraîne des embouteillages dans le sud de la France. Parce que le gouvernement français renforce ses contrôles aux frontières en réponse. La France suspend également un accord d’accueil des réfugiés.

Après le différend diplomatique avec l’Italie sur l’admission des migrants, la France a renforcé les contrôles à sa frontière sud. Le week-end, de longues files d’attente se formaient aux passages vers la France. La police a patrouillé les trains et les rues, empêchant les migrants d’entrer dans le pays. En revanche, le trafic en provenance du côté français s’est bien déroulé en direction de l’Italie.

La France avait envoyé 500 hommes supplémentaires pour renforcer les frontières. Les contrôles supplémentaires sont une réaction au retard de l’aide aux navires de sauvetage en mer en Italie. Au croisement de Vintimille à Menton, les policiers ont arrêté presque toutes les voitures. Les chauffeurs ont dû ouvrir leurs coffres, les gros véhicules comme les mobil-homes ont été inspectés.

Paris suspend l’accord de solidarité avec l’Italie

Pendant des semaines, l’Italie avait refusé d’attribuer un port à quatre navires de sauvetage civils et de laisser débarquer les personnes secourues de la mer Méditerranée. Ce n’est qu’après que les médecins ont déterminé le sort des migrants que trois des quatre navires ont été autorisés à débarquer les réfugiés. Le quatrième navire, le norvégien « Ocean Viking », a dû faire route vers la France après des jours d’attente. L’organisation SOS Méditerranée a évoqué un « échec critique et dramatique de tous les pays européens ».

A Toulon, en France, les 234 personnes ont finalement pu débarquer. La plupart des migrants étaient hébergés dans un village de vacances, que les autorités avaient déclaré « zone d’attente internationale » spéciale. Cela place la zone hors du territoire français et ses résidents ne sont pas autorisés à partir avant que leurs demandes d’asile ne soient traitées. La France et l’Allemagne veulent désormais accueillir chacune un tiers des migrants, les autres doivent être répartis entre dix autres pays de l’UE.

« L’Italie ne respecte ni le droit international ni le droit maritime », a déclaré la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna au journal Le Parisien. L' »Ocean Viking » n’a été enregistré qu’à titre exceptionnel. « Il y aura des conséquences si l’Italie s’en tient à ce point de vue. » Paris a suspendu un accord de solidarité, selon lequel 3 500 migrants secourus en Méditerranée devraient être pris en charge par l’Italie.

Critique du sauvetage civil en mer

Des organisations civiles – y compris celles d’Allemagne – sont déployées en Méditerranée centrale depuis des années. Il y a encore et encore des conflits lors de l’attribution des ports et de l’accueil des migrants secourus. Dans une déclaration commune, l’Italie, la Grèce, Chypre et Malte ont critiqué le travail des sauveteurs civils en mer. Les navires des organisations d’aide agissaient « en toute indépendance des autorités étatiques responsables ». « Nous réitérons notre position selon laquelle le modus operandi de ces navires privés n’est pas conforme à l’esprit du cadre juridique international des opérations de recherche et de sauvetage, qui doit être respecté. » Les quatre pays ont exigé que chaque État exerce effectivement sa juridiction et son contrôle sur les navires battant son pavillon.

Le Premier ministre italien d’extrême droite Giorgia Meloni a récemment annoncé de nouvelles mesures contre les navires des ONG. Bruxelles devrait prendre les « mesures nécessaires » pour s’assurer qu’il y ait une discussion sur l’avenir de ces opérations, a-t-il déclaré.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *