L’omniscient Van Aert a suivi les légendes des années 1970. Mais je suis toujours un petit bonhomme, dit-il

Il a été le premier à franchir la ligne d’arrivée imaginaire de la poussée la plus célèbre des Champs-Élysées à Paris, et une main avec trois doigts levés s’est levé vers le haut. Le cycliste belge Wout van Aert est devenu la plus grande personnalité du 108e Tour de France, aux côtés de Tadeje Pogacar et Marek Cavendish, et a prouvé ce que duraient les légendes des années 1970.

Wout van Aert a remporté la onzième épreuve royale, qui a mené pour la première fois de l’histoire à deux reprises sur le légendaire sommet du Mont Ventoux. La veille, il s’était battu pour la victoire dans le sursaut avec Mark Cavendish, essuyant les yeux des alpinistes dans les montagnes.

Lors de l’avant-dernière journée, le Tour a dominé le contre-la-montre et a bouclé dimanche une course inédite avec un triomphe dans un élan prestigieux sur les Champs-Élysées. Cette fois, c’est Cavendish qui vient de claquer son guidon avec colère.

Oui, le Britannique a remporté de manière sensationnelle quatre courses, égalé le record d’Eddy Merckx avec 34 étapes de victoire, et son retour a été, en plus de la défense souveraine de Tadeje Pogachar, 22 ans, l’histoire principale du Tour. Cependant, l’histoire de Van Aert est aussi amusante.

« Je ne le prends pas. Terminer le Tour avec un tel résultat est incroyable », a soufflé le pilote Jumbo-Visma sous le maillot de champion de Belgique.

Il a participé à son troisième Tour à l’âge de 26 ans, mais immédiatement après sa première il y a deux ans, il risquait de mettre fin au cyclisme. À ce moment-là, il a trébuché sur une clôture lors du contre-la-montre, est tombé brutalement et a causé une profonde blessure au muscle de la cuisse. De plus, après la première opération cassée, ils ont dû sauver sa jambe en Belgique.

Il a semblé revenir au vélo encore plus fort. Il y a un an, le monument Milan-San Remo, les Strade Bianche et une étape du Tour reporté l’avaient emporté. Aux Championnats du monde en Italie, il a remporté la médaille d’argent au contre-la-montre et à la course sur route.

Et maintenant trois victoires sur le Tour, dans des types d’étapes complètement différents. L’exemple parfait de la polyvalence cycliste. Le commentateur de la télévision tchèque Tomáš Jílek a appelé à juste titre un caméléon dans l’une des émissions de Van Aert. Il peut toujours s’adapter à la piste comme il en a besoin.

Aux différents succès sur route du natif de Herentals, s’ajoutent trois autres médailles d’or de la catégorie élite des Championnats du monde de cyclocross de 2016 à 2018.

Le grand rival de Van Aert est son homologue néerlandais Mathieu van der Poel, qui a brillé lors de la première semaine du Tour cette année et portait un maillot jaune. Dès qu’il l’a perdu, il a terminé la course et a commencé à préparer les vélos de montagne olympiques, qu’il a annoncés à l’avance.

La polyvalence de Van der Poel a amusé le cycliste belge expérimenté Thomas de Gendt, qui a tweeté il y a quelques semaines à quoi ressemblerait 2032 dans le cyclisme.

« Evenepoel et Pogachar auront chacun six victoires sur le Tour, Van der Poel participera à 17 Jeux olympiques et remportera 17 médailles. Van Aert remportera la classique Paris-Roubaix pour la septième fois et Valverde annoncera qu’il continuera pour une autre année alors qu’il ne se sent pas pour son âge. »

Comme Van Aert l’a montré dans la suite du Tour après ce tweet de De Gendt, il ne veut certainement pas être à la traîne de son compagnon néerlandais.

Le Tour a vu le Hattrick sous la forme de remporter une étape de montagne, de remporter un contre-la-montre et de remporter un trajet de masse pour la première fois depuis 1979. Van Aert a suivi le légendaire Bernard Hinault, avec cinq triomphes au classement général de l’un des quatre détenteurs du record de « Vieilles dames ».

Un certain Merckx réussit le même morceau en 1974, alors que lui et Hinault, comme Van Aert, remportaient la course de masse sur les Champs-Élysées.

Mais le Belge refuse toute comparaison avec le célèbre compatriote. « J’en ai entendu parler, mais c’est impossible. Eddy Merckx a remporté cinq Toures et a en fait remporté toutes les courses cyclistes du monde. Je suis un petit bonhomme par rapport à lui, mais je suis fier de mes résultats. » il a dit Van Aert.

Comme Pogacar ou Alejandro Valverde, Van Aert est allé aux Jeux olympiques immédiatement après le départ de la « vieille dame ». En raison de l’étape finale gagnante, le Belge a eu une place bien remplie avec sa famille pendant les dernières heures avant de partir pour le Japon avec une cérémonie et des devoirs médiatiques.

« Quand je serai dans l’avion, j’aurai peut-être enfin le temps de m’asseoir un moment. J’essaierai d’arriver à l’heure », sourit-il à Paris. Dans la forme dont il abonde maintenant, il peut attaquer une médaille d’une course sur route et un contre-la-montre sous cinq cercles. Comme il l’a fait lors de la Coupe du monde de l’an dernier.

« Je vais essayer de gagner les deux courses, mais bien sûr ce sera très difficile. De plus, je suis toujours plein d’impressions du Tour de France », a-t-il déclaré. La course sur route au Japon est prévue samedi, le contre-la-montre le mercredi 28 juillet.

Et quels seront les prochains objectifs de Van Aert sur le Tour ? « Il reste encore quelques choses. Un jour, je reviendrai et me concentrerai sur la bataille pour le maillot vert », a-t-il promis.

Aux Jeux Olympiques, Universal Van Aert a pu se battre non seulement à vélo :

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.