L’OTAN du Pacifique est née qui exaspère la Chine et la France – Le Monde

par Claudio Salvalaggio

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie lancent de façon surprenante un pacte de sécurité dans la zone Indo-Pacifique, une sorte d’« OTAN du Pacifique » qui s’appellera Aukus (acronyme des trois pays) et qui prévoit la vente d’armes nucléaires. sous-marins propulsés à Canberra, une technologie que Washington n’avait jusqu’à présent partagée qu’avec Londres.

Scellé par une visioconférence conjointe de Joe Biden, le Premier ministre Boris Johnson et le Premier ministre australien Scott Morrison, cette décision a manifestement exaspéré la Chine, étant donné que l’alliance vise précisément à contrer la menace du Dragon dans la région, sans jamais la mentionner. Mais cela irrite aussi Paris, qui perd un contrat astronomique pour la fourniture de sous-marins à l’Australie, et les alliés de l’UE, qui disent n’avoir été informés de rien.

Pour Pékin, il s’agit d’une initiative « extrêmement irresponsable », qui « porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales, intensifie la course aux armements et sape les efforts internationaux de non-prolifération nucléaire », a dénoncé le porte-parole de la diplomatie chinoise. Zhao Lijian, prévenant que le risque de cette « pensée de guerre froide à somme nulle obsolète est au final de se tirer une balle dans le pied ». Pendant ce temps, la Chine a immédiatement fait un contre-mouvement, soumettant officiellement la demande d’adhésion à l' »Accord de partenariat transpacifique global et progressif », l’accord de libre-échange de 11 pays de la zone Asie-Pacifique, l’évolution du TPP (Partenariat transpacifique ) recherché par l’ancien président américain Barack Obama précisément pour contenir Pékin mais dont les États-Unis s’étaient ensuite retirés avec l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en 2017. Une manière pour le Dragon d’élargir son influence en exploitant un accord concocté par les Américains eux-mêmes.

Dans ses premiers commentaires après le nouveau pacte militaire, le président Xi Jinping il a précisé que la Chine « ne permettra jamais à des forces extérieures de s’immiscer dans les affaires intérieures de cette région et de ses pays ». S’exprimant lors d’une vidéoconférence au sommet de l’OCS, M. Xi a ajouté que « nous devons nous soutenir mutuellement pour faire avancer constamment les problèmes nationaux et tenir fermement entre nos mains l’avenir et le destin de notre développement et de nos progrès ».

La réaction de Paris est aussi très dure, qui voit sa stratégie dans la même région affectée par le partenariat avec l’Inde et l’Australie et qui voit ce qu’on avait appelé « le contrat du siècle » : la fourniture de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle à Canberra. pour 56 milliards d’euros. « Un choix déplorable », qui remet en cause « la parole donnée » par Canberra, a accusé le ministre de la Défense Florence Parly, tandis que pour le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian « cette décision unilatérale, brutale et imprévisible est très similaire à ce qu’a fait Trump », un « coup de poignard dans le dos » contre un allié de l’OTAN.

« On avait prévenu avant l’annonce », a assuré la Maison Blanche, mais Paris le dément. Inutile la main tendue de Joe Biden e Boris Johnson, et aussi la justification de l’Australie, selon laquelle c’était un choix de nécessité étant donné que les sous-marins à propulsion nucléaire (mais sans armes atomiques) ont une plus grande autonomie et vitesse, donc une portée plus large et moins détectable par radar.

Bruxelles a également été époustouflée par la nouvelle alliance, qui fera très probablement l’objet de discussions lors du prochain Conseil des Affaires étrangères de l’UE. « Nous regrettons de ne pas avoir été informés et de ne pas avoir été inclus dans ces négociations », l’initiative « nous rappelle de réfléchir à la priorité de l’autonomie stratégique de l’UE », a observé la haute représentante de l’UE. Josep Borrell, qui a présenté à la presse la nouvelle stratégie européenne sur l’Indo-Pacifique, incluant l’hypothèse d’un déploiement « renforcé » de forces navales dans la région par les États membres de l’Union européenne.

Le nouveau partenariat, qui prévoit également une coopération en matière de cyberdéfense, d’intelligence artificielle et de technologies quantiques, s’inscrit dans la stratégie de Biden contenir la menace de la Chine, longtemps identifiée comme le principal adversaire du XXIe siècle. A cet effet, le 24 septembre, le président américain accueillera également un sommet en personne à la Maison Blanche avec les dirigeants de l’Australie, de l’Inde et du Japon pour relancer une autre alliance, baptisée Quad et créée en 2007 pour contrer la montée de la Chine dans le domaine militaire. . Mais la création d’Aukus, qui a également coupé le Canada et la Nouvelle-Zélande (membres avec les trois autres pays de l’alliance du renseignement appelée The Five Eyes), et a proposé de Johnson un succès diplomatique dans sa stratégie pour éviter l’isolement international après le Brexit risque de laisser une nouvelle cicatrice dans les relations avec les alliés européens, à commencer par la France, après la décision controversée des États-Unis de se retirer rapidement d’Afghanistan.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.