L’OTAN se prépare au conflit avec Moscou – politique

Les ministres de la Défense de l’OTAN ont adopté jeudi à Bruxelles un nouveau plan global pour la défense de la zone européenne et nord-atlantique de l’alliance. Dans ce document, l’alliance occidentale définit comment elle réagira à d’éventuelles attaques de la Russie, mais aussi à la menace persistante du terrorisme. Il s’agit du premier plan global de ce type depuis la fin de la guerre froide. Il couvre des scénarios qui vont des attaques militaires conventionnelles et de la guerre hybride aux cyberattaques et aux offensives de désinformation, ainsi que des combinaisons de celles-ci et des attaques simultanées, par exemple dans les États baltes et la région de la mer Noire.

L’alliance tire les conséquences de « l’évolution de la situation sécuritaire depuis 2014 », comme on l’appelle à Bruxelles. L’élément déclencheur du retour de l’OTAN dans la défense de l’alliance a été l’annexion de la Crimée par la Russie. La planification de la défense est également une réponse à la modernisation des armes nucléaires à moyenne portée par Moscou et au développement de nouveaux systèmes d’armes. Les forces armées russes ont récemment essayé des robots de combat en manœuvres, elles travaillent sur l’utilisation de l’intelligence artificielle et la modernisation des systèmes spatiaux.

La ministre fédérale de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) a déclaré que l’OTAN devait se positionner « très clairement au regard du comportement et des menaces auxquelles la Russie est confrontée ». C’est ce qui se passe avec la mise à jour de la planification militaire, qui rejoint les décisions politiques des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet de l’OTAN à Bruxelles en juin. Elle a évoqué les violations de l’espace aérien au-dessus des États baltes et le comportement agressif de la Russie dans la région de la mer Noire.

Les futurs conflits « ne seront pas seulement combattus avec des cartouches et des bombes, mais aussi avec des octets et des mégadonnées »

Dans le même temps, l’alliance doit rester ouverte à un dialogue avec le Kremlin, a déclaré Kramp-Karrenbauer. La Russie a récemment annoncé qu’elle romprait ses relations avec l’OTAN et fermerait sa représentation auprès de l’Alliance. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi que les relations avec la Russie avaient atteint leur point le plus bas depuis la fin de la guerre froide. La toile de fond est l’expulsion de huit diplomates russes accrédités par l’OTAN. L’alliance a justifié cela par les activités des services secrets des diplomates.

Jeudi, cependant, il est devenu clair que les conflits s’aggravaient : le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andrei Rudenko a averti l’OTAN que chaque nouveau pas vers l’adhésion de l’Ukraine aurait des conséquences. Lors d’une visite à Kiev mardi, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a clairement indiqué que Moscou n’avait aucun droit de veto à cet égard. Dans le même temps, il a précisé que le pays ne remplissait pas encore les conditions d’admission. En mai, la Russie avait rassemblé plus de 100 000 soldats à la frontière avec le pays voisin, ce qui faisait craindre une invasion.

Conformément aux nouvelles exigences de l’OTAN en matière de défense et de dissuasion, les ministres ont adopté des plans quadriennaux pour les capacités militaires nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie. Il s’agit de défense de l’espace aérien, de cybercapacités et de capacités de reconnaissance. Les Alliés avaient accepté de fournir plus d’unités avec une préparation opérationnelle élevée, équipées d’un armement plus lourd et d’une technologie de pointe, a déclaré Stoltenberg. Cela nécessite également de nouvelles augmentations des dépenses de défense. Un porte-parole du ministère fédéral de la Défense a déclaré que l’Allemagne avait complètement atteint ses objectifs pour 2021.

Les ministres de la défense se sont également mis d’accord sur un fonds d’un milliard d’euros pour soutenir le développement des technologies liées à la défense par les entreprises privées, notamment dans le cyber-secteur. Les conflits futurs « ne seraient pas seulement combattus avec des cartouches et des bombes, mais aussi avec des octets et des mégadonnées », a déclaré Stoltenberg.

L’alliance de défense fait face à de nouveaux débats sur l’orientation stratégique. La France, en particulier, prône une plus grande indépendance des Européens, tandis que les États-Unis souhaitent que l’OTAN joue un plus grand rôle dans les relations tendues avec la Chine. Lors d’une réunion des ministres de la défense de l’UE avant la conférence de l’OTAN, Kramp-Karrenbauer a présenté une proposition de force de réaction rapide de l’UE qui avait été élaborée avec la Finlande, les Pays-Bas, le Portugal et la Slovénie.

Les groupements tactiques de l’UE déjà existants doivent être davantage développés en forces de réaction aux crises puissantes et déployables à court terme, qui devraient également pouvoir s’appuyer sur des capacités spatiales et cybernétiques ainsi que sur des forces spéciales et des capacités de transport aérien stratégique. Avec le retrait précipité d’Afghanistan, il est redevenu clair que les alliés européens dépendent du soutien des États-Unis.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.