L’Union européenne suspend la facture de la taxe numérique sous la pression des États-Unis | La technologie

La Commission européenne reportera son projet de proposer une nouvelle taxe sur les services numériques en juillet, a déclaré un porte-parole lundi (12), après d’intenses pressions du gouvernement américain.

La décision a été prise lors des négociations sur une réforme de la fiscalité des multinationales, qui se déroulent dans le cadre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et devraient s’achever en octobre.

« Le succès de ce processus nécessitera une dernière impulsion de toutes les parties, et la Commission s’engage à se concentrer sur cet effort. C’est pourquoi nous avons décidé de suspendre nos travaux sur une proposition de taxe numérique« , a déclaré un porte-parole de la Commission européenne.

  • SAVOIR PLUS: La nouvelle taxe annoncée par les pays riches aux multinationales ne suffit pas, soulignent les analystes

La facture fiscale numérique de l’Union européenne a été présentée comme l’une des nouvelles ressources prévues pour financer son plan de relance de 750 milliards d’euros.

Bien qu’elle n’ait pas encore été rendue publique, la Commission européenne a souligné que son projet de loi visant à taxer les entreprises numériques serait conforme aux accords de l’OCDE et affecterait des milliers d’entreprises, y compris européennes.

La proposition, cependant, a attiré les critiques du gouvernement américain.

Washington considère ce projet discriminatoire pour les géants américains de la technologie tels que Amazone, Google e Facebook.

Présente lundi à Bruxelles pour une réunion avec les ministres des finances européens (Eurogroupe), la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a demandé dimanche à l’UE de reconsidérer la question.

Samedi (10), les ministres des Finances du G20 ont approuvé une réforme jugée « révolutionnaire », visant à mettre fin aux paradis fiscaux.

En particulier, entend introduire un impôt mondial d’au moins 15 % sur les bénéfices des plus grandes entreprises internationales et répartir plus équitablement les droits d’imposition de ces sociétés.

Les détails de cette réforme doivent encore être négociés d’ici octobre au sein de l’OCDE pour sa mise en œuvre à partir de 2023.

L’accord approuvé par le G20 samedi « appelle les pays à accepter de démanteler les taxes numériques existantes que les États-Unis considèrent comme discriminatoires et à s’abstenir d’instituer des mesures similaires à l’avenir », a déclaré Yellen dimanche, en dehors du G20 à Venise.

« Il appartient donc à la Commission européenne et aux membres de l’Union européenne de décider de la voie à suivre », a-t-elle déclaré.

L’accord trouvé au G20 a suscité des réactions enthousiastes, y compris à Bruxelles.

« Un pas audacieux a été franchi, que peu de gens auraient cru possible il y a quelques mois à peine. C’est une victoire pour la justice fiscale, la justice sociale et le système multilatéral », a déclaré samedi le commissaire européen Paolo Gentiloni.

« Mais notre travail n’est pas terminé. Nous avons jusqu’en octobre pour finaliser cet accord », a-t-il prévenu.

Sur YouTube, G1 explique ce qu’est le NFT

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.