Lutte contre le blanchiment d’argent : la France réclame un nouveau plafond de liquidités

Lutte contre le blanchiment d’argent
La France réclame une nouvelle limite de liquidités

Un déménagement de Paris devrait bientôt provoquer des discussions animées en Allemagne : les Français font pression pour une restriction à l’échelle européenne sur les transactions en espèces à Bruxelles. En France, le plafond légal est de 1000 euros.

La France est favorable à une limite inférieure pour les paiements en espèces que celle proposée par la Commission européenne. Lors d’entretiens entre les ministres des Finances des pays de l’UE, le représentant français a clairement indiqué que la proposition d’une limite de trésorerie de 10.000 euros n’irait pas assez loin pour son pays, rapporte « Welt am Sonntag ». Il n’y a toujours pas de demande officielle. Selon le journal, divers informateurs connaissant bien les pourparlers entre Paris et Bruxelles ont confirmé l’information.

À la mi-juillet, la Commission européenne a appelé à des mesures plus sévères contre le blanchiment d’argent. En plus d’une nouvelle autorité de surveillance au niveau de l’UE, l’autorité bruxelloise a en tête une limite de trésorerie de 10.000 euros. Des limites similaires, dans certains cas nettement inférieures, existent déjà dans la majorité des États membres, mais pas dans des pays comme l’Allemagne ou l’Autriche.

Dans la vie de tous les jours, les paiements en espèces de l’ampleur en question jouent un rôle important, par exemple dans le commerce de voitures d’occasion privées. La liberté des espèces permet des transactions commerciales directes sur place immédiatement après l’accord. Les acheteurs et les vendeurs n’ont pas à attendre les transferts promis, mais peuvent remettre la voiture immédiatement en échange de l’argent.

En Allemagne, les défenseurs des consommateurs insistent également sur le droit aux « achats anonymes ». Une limite supérieure pour l’utilisation des espèces ouvrirait une « porte vers un contrôle absolu des consommateurs », a averti le conseil d’administration de la Fédération des organisations de consommateurs allemandes, Klaus Müller. Dans le débat sur l’introduction du cash limit, il est question de « sensibilités nationales » que Bruxelles devrait respecter.

Les partisans du plafonnement des liquidités soulignent l’énorme ampleur du problème du blanchiment d’argent en Europe. On estime que des sommes énormes – y compris de sources illégales – circulent sans entrave par les autorités fiscales. La Cour des comptes européenne évalue le volume des transactions suspectes en Europe à « plusieurs centaines de milliards d’euros » par an. Les paiements en espèces permettent aux criminels, par exemple, d’alimenter sans risque leurs revenus provenant de la prostitution forcée, du commerce international des armes, des trafics de drogue ou des rackets de protection dans le cycle économique légal.

Un maximum de 1000 euros ?

Pour le gouvernement français, l’intérêt public à contenir les failles du blanchiment d’argent l’emporte sur la libre circulation des espèces. Selon « Welt am Sonntag », cependant, il n’y a pas encore eu d’annonce de la France quant à la limite que Paris envisagera spécifiquement. Jusqu’à présent, il y a eu une limite supérieure de 1 000 euros pour les paiements en espèces, qui passe à 10 000 euros pour les visiteurs étrangers. Les montants plus importants doivent être payés par virement bancaire ou carte de crédit.

Le traitement des espèces est actuellement traité très différemment en Europe au niveau national. En Italie, les retraits d’espèces jusqu’à 2999 euros sont possibles sans justificatif. En Espagne, cette limite est de 2500 euros. La Commission européenne travaille sur un règlement uniforme. Cependant, aucun accord n’a encore été trouvé.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.