Macron donne plus de temps à Johnson pour éviter le krach commercial | International

Paris et Londres ont montré une fois de plus que rien autour du Brexit n’est facile, ni avant ni après la sortie traumatisante du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le dernier exemple est celui des permis de pêche. La France avait menacé d’imposer, dès mardi, des représailles si le Royaume-Uni ne délivrait pas les nombreuses licences qui, selon elle, font toujours défaut pour que ses pêcheurs puissent continuer à pêcher dans les eaux britanniques. Il l’a fait à temps, la semaine dernière, conscient que jusqu’à l’ultimatum les possibilités de négociations au plus haut niveau seraient multiples : le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson se sont rencontrés ce week-end à Rome lors du sommet du G20 et lundi à l’ouverture de la COP26 à Glasgow. Devant les caméras, aucune n’a fait signe de céder, mais à huis clos les équipes ont négocié intensément toute la journée. A quelques heures de l’échéance, Macron a annoncé que le chrono s’arrêtait. Les négociations se poursuivront ce mardi et, bien que la menace de sanctions reste en suspens, elles ne prendront effet qu’au moins jeudi.

Les pourparlers « se poursuivront demain » (d’ici mardi), a déclaré Macron aux journalistes français de Glasgow. Pendant ce temps, l’ultimatum de minuit est repoussé. « Nous n’allons pas imposer de sanctions pendant que nous négocions », a-t-il expliqué, cité par l’agence France Presse. « On verra où on en est demain en fin de journée pour voir si les choses changent », a-t-il ajouté, ouvrant une porte à l’espoir que le pouls s’arrête dans quelques heures. « J’ai compris que les Britanniques vont nous présenter d’autres propositions demain », a-t-il déclaré.

Peu de temps après, l’Elysée a en outre confirmé que le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, avait invité jeudi à Paris le négociateur britannique avec l’UE, David Frost, pour « une discussion plus approfondie sur les difficultés d’application de la accords entre l’UE et le Royaume-Uni ». D’ici là, il n’y aura pas de sanctions. « Pour permettre au dialogue ouvert de se poursuivre, les mesures annoncées et préparées par la France ne seront pas appliquées avant cette réunion et l’analyse des nouvelles réponses britanniques concernant permis de pêche », a expliqué Beaune lui-même sur Twitter.

Jusqu’à ces premiers signes de détente, tout indiquait que l’Europe était au bord d’un nouveau clash commercial avec Londres.

Johnson est le roi des métaphores, tant qu’elles correspondent à ses propres intérêts politiques. Lors du Sommet sur le changement climatique dans la ville écossaise de Glasgow, le Premier ministre britannique a qualifié les pays participants de James Bond – l’agent écossais au service de Sa Majesté – qui doit choisir quel câble couper pour éviter que l’appareil n’explose. catastrophe. Dans ce cas, la catastrophe climatique. Cependant, face à l’urgence la plus immédiate, la collision diplomatique avec la France sur le conflit de pêche dans les eaux de la Manche, Downing Street semblait déterminé à secouer l’explosif.

Sous le même toit que le centre des congrès qui accueille la COP-26, Johnson, Macron et la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, ont accepté. Devant les caméras, personne ne voulait afficher un geste d’apaisement au cours de la journée. Bien au contraire : Truss a bien annoncé que le gouvernement britannique était prêt à invoquer les mécanismes de règlement des différends de l’accord commercial signé par le Royaume-Uni et l’UE si Paris ne retirait pas son ultimatum. Ce serait la première fois qu’un mécanisme aussi drastique serait utilisé, conçu pour gérer les conflits de l’ère post-Brexit. Malgré le ton dur des deux parties, les négociations à huis clos se sont poursuivies, a confirmé l’Elysée.

Rejoignez EL PAÍS maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

Paris a menacé d’interdire aux navires de pêche britanniques de débarquer leur cargaison dans des ports français désignés. En outre, il a prévenu qu’il renforcerait les contrôles douaniers et sanitaires et qu’il procéderait à des contrôles de sécurité « systématiques » sur les navires britanniques. L’ultimatum prévoit également de « resserrer » les contrôles des camions à destination ou en provenance du Royaume-Uni, dont le principal point de passage est l’Eurotunnel dans la ville portuaire française de Calais. A plus long terme, et si Londres ne donne toujours pas son bras pour tordre, Paris menace aussi de « revoir l’approvisionnement énergétique » des îles anglo-normandes, qui dépendent des fournisseurs français. Les représailles sont officiellement entrées en vigueur à minuit le 2 novembre, bien qu’elles soient pour le moment paralysées.

Lors de la brève rencontre avec Johnson à huis clos dimanche à Rome – dont il n’y avait pas de photo officielle – Macron a fait une proposition avec une série de points à résoudre « à très court terme » comme un « test de bonne volonté réciproque » . Une « désescalade », estime l’Elysée. Désormais, a prévenu le président français, « la balle est dans leur camp. (…) S’ils continuent à faire comme s’ils ne voulaient pas respecter l’accord, je le regretterai, mais nous ne pourrons pas arrêter réagir et défendre nos pêcheurs.

La première réponse, peu encourageante, est venue lundi du responsable de la diplomatie britannique. « Ce serait une énorme erreur de notre part de céder à ces menaces de la France », a déclaré Truss sur Times Radio. « Il ne s’agit pas seulement de menaces pour notre flotte de pêche, mais pour l’approvisionnement énergétique des îles anglo-normandes. N’ayez pas le moindre doute : nous porterons cette affaire devant le mécanisme de règlement des différends si la France ne se rétracte pas immédiatement », a prévenu Truss, qui a donné à Paris un délai de 48 heures pour faire cesser ses « menaces » tout en accusant exclusivement les Français déjà de sa haute rhétorique du conflit entre les deux pays.[Macron] il doit cesser de menacer les navires de pêche britanniques et accepter que nous ayons le droit d’accorder ou non des licences de pêche conformément aux dispositions de l’accord commercial », a déclaré le ministre. Quelques heures plus tard, Macron a laissé entendre que les lignes avaient néanmoins bougé des deux côtés. Le président français a déclaré « qu’il est convaincu que Johnson prend au sérieux » les propositions françaises pour que les négociations aboutissent à un « résultat » mardi.

À ce jour, la France a réfuté les affirmations de Londres selon lesquelles elle aurait déjà accordé 98% des licences demandées par les pêcheurs européens pour pêcher dans les eaux britanniques. Selon Paris, ils ne sont que 90 %, mais il y a encore plus : pratiquement tout ce qui reste à accorder est le français, un sujet dans lequel il voit autre chose que la « question technique » qu’allègue Londres. « Après 10 mois [de negociaciones]Quand il manque autant de licences d’un même pays, ce n’est pas un problème technique, mais une décision politique et une violation » de l’accord post-Brexit, a tweeté Clément Beaune dimanche. « Un ami, un allié et un partenaire responsable doivent tenir parole et respecter leurs engagements juridiques », a-t-il insisté.

Le gouvernement Johnson s’était, pour sa part, accroché à l’apparente maladresse de l’autre côté, en publiant accidentellement sur Twitter des fragments de la lettre que le Premier ministre français Jean Castex a adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui exhortait au Royaume-Uni de comprendre que « sortir de l’UE fait plus de mal que de rester à l’intérieur ». C’était le carburant idéal pour alimenter le discours eurosceptique de Downing Street, et il est venu au pire moment. La tension entre Londres et Bruxelles sur le protocole d’Irlande du Nord rend de plus en plus possible l’éclatement d’une guerre commerciale entre les deux blocs, même si peut-être la négociation désormais ouverte par la force par Paris parviendra également à apaiser ce front.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook et Twitter, o fr notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *