Macron : une loi pour les harkis, les soldats franco-algériens trahis

Rome, 20 sept. (askanews) – Une loi pour les « harkis », les Algériens qui ont combattu aux côtés de la France contre leurs compatriotes dans la guerre de libération algérienne, abandonnés à la fin du conflit. C’est ce qu’a annoncé le président français Emmanuel Macron, lors d’une cérémonie à l’Elysée au cours de laquelle il a reçu les représentants de la communauté et leur a demandé pardon au nom du pays. « Après la guerre d’Algérie, la France a failli à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes et leurs enfants. Aux combattants abandonnés, à leurs familles qui ont subi les camps, la prison, le déni, je demande pardon ; nous ne Oubliez « . C’est une page noire pour la France qui à la fin du conflit en 1962 se retire d’Algérie en abandonnant les harkis, deux cent mille soldats régulièrement enrôlés dans l’armée, en représailles sanglantes, eux et leurs familles. Les protestations des officiers de l’armée française ont conduit à l’évacuation d’environ 40 000 personnes ; tout autant sont arrivés par des canaux clandestins. Mais tous ont été enfermés dans des camps comme des criminels, sans nationalité française, dans une vie précaire que subissent encore leurs descendants. Dalila Kerchouche, fille d’un harki et metteur en scène, déclare : « Le drame des harkis est irréparable. Rien ne me rendra mon frère. Mohamed, qui s’est suicidé à l’âge de 35 ans après avoir passé sa vie derrière les barbelés du Bias. Depuis une dizaine d’années, des cimetières d’enfants enterrés aux abords de certains camps ont été découverts. un remède ». Par le passé, d’autres présidents avaient reconnu les fautes de la France. Macron veut aller plus loin ; la loi qui sera présentée d’ici la fin de l’année pourrait allouer trois cents millions d’euros. Une décision également en vue des élections présidentielles de l’année prochaine ; les harkis et leurs descendants représentent aujourd’hui une communauté de quatre cent mille personnes, traditionnellement proche de la politique d’extrême droite.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.