Messi mène l’Argentine en quarts de finale de la Coupe du monde

Al-Rajjan (AP) – Dirigée par Lionel Messi avec son premier but en co-tour lors d’une Coupe du monde lors du 1000e match professionnel, l’Argentine a atteint les quarts de finale.

Le nouveau recordman des Sud-Américains pour la Coupe du monde a marqué à la 35e minute d’un match qui avait longtemps été difficile face à l’équipe surprise d’Australie, qui a mis plus d’efforts dans la victoire 2-1 (1-0). pour les Argentins que les favoris du titre l’auraient souhaité.

C’était le 94e but de Messi sous le maillot de l’Argentine et le neuvième lors d’une Coupe du monde – un de plus que Diego Maradona n’avait marqué en carrière. Devant 45 032 spectateurs, Julián Álvarez (57 ans) de Manchester City a marqué le deuxième but après une grave erreur de gardien. Les Socceroos ont redonné le ton avec une frappe déviée intenable après un tir de Craig Goodwin (67e), qui a été jugé contre son camp par Enzo Fernández.

Dans le tour des huit premiers, l’Argentine rencontrera les Pays-Bas au stade Lusail vendredi prochain – entre autres, a battu des adversaires de l’Albiceleste lors de la finale de la Coupe du monde à domicile en 1978 et en demi-finale au Brésil en 2014. Pour le Outsider flagrant des Australiens autour de l’ancien professionnel de Bundesliga Mathew Leckie, le merveilleux parcours au Qatar s’est terminé en huitièmes de finale, tout comme en Allemagne en 2006. Les Socceroos ne sont jamais allés plus loin.

Le sélectionneur argentin Lionel Scaloni avait pourtant mis en garde contre eux. Et puis il a aussi dû changer son « équipe gagnante ». Ángel di María, le partenaire de longue date de Messi, s’est encore pincé la cuisse. L’utiliser dès le départ était trop risqué. Après cinq et quatre changements dans la formation de départ, seul Alejandro Gómez a fait une nouvelle apparition cette fois. Le joueur de 34 ans du FC Séville a d’abord légèrement reculé sur le flanc gauche pour renforcer l’aile sur laquelle l’ancien professionnel munichois de 1860 Milos Degenek joue également pour les Australiens.

Messi a d’abord agi au centre de l’attaque lors de son prochain spectacle de Coupe du monde, mais a rapidement pris du retard contre les Australiens profondément en défense, où le professionnel de deuxième division de St. Pauli, Jackson Irvine, a vu un carton jaune après quinze minutes. La patience était de mise.

Derrière le but des Australiens, il n’y avait pas grand-chose à célébrer pour quelques centaines de fans en jaune – sauf que l’équipe de l’entraîneur Graham Arnold a rendu difficile le jeu des Argentins au début. Même après 30 minutes, les Sud-Américains n’ont pas réussi à tirer sur le but du capitaine Mathew Ryan, qui, comme Leckie, a disputé son dixième match de Coupe du monde – plus que tout autre Australien auparavant.

Déjà lors de la victoire 2-0 contre la Pologne, les Argentins devaient faire le match, l’adversaire n’a pas oublié de défendre. L’Australie a agi de la même manière, mais mieux que l’équipe autour de l’attaquant vedette Robert Lewandowski, qui doit jouer dimanche contre la France, championne du monde. L’Australie l’a rendu plus intelligent. Et le furieux Messi, qui a livré un maillot arraché sur la ligne extérieure avec l’Australien Aziz Behich. Ce même Behich a immédiatement commis une faute sur Gmez – il y a eu un coup franc, exécuté par Messi, comme lors des matchs précédents clairement le meilleur homme de son équipe.

Les Australiens, qui avaient été irréprochables défensivement jusque-là, n’arrivaient pas à sortir le ballon de la zone dangereuse et Alexis Mac Allister trouvait le ballon sur le défenseur central avancé Nicolás Otamendi. Il a applaudi, puis Messi est arrivé. Un coup plat avec la gauche, comme dans le manuel de Messi, dans le coin le plus éloigné. Il tendit les mains vers le haut, le stade devint un château gonflable bleu ciel et blanc.

Les Argentins n’ont pas eu beaucoup de force dans le match contre la Pologne cette fois. C’était plutôt la devise : n’attrapez personne dans le dos et le capitaine le fera devant, qui apparaît très différemment au Qatar ces jours-ci que dans ses performances parfois apathiques lors de la Coupe du monde embarrassante de la Russie. Pour le deuxième but, cependant, Messi n’était qu’un spectateur lorsque le gardien australien Ryan a commis une erreur capitale et a perdu le ballon contre Álvarez à six mètres du but. La décision.

Avec le chant constant de dizaines de milliers de fans en maillot argentin, il était désormais possible de jouer plus librement. Le fait que Scaloni ait éliminé le faible attaquant Gómez et amené un autre défenseur à Lisandro Martínez n’a porté ses fruits que dans une mesure limitée. Après le tir de Goodwin, que Fernández a malencontreusement dévié dans son propre but, l’Argentine a vacillé, mais seulement brièvement. Encore et encore, c’est Messi qui a brillé par ses compétences et a mis ses coéquipiers sous les feux de la rampe. Le ballon ne voulait tout simplement plus rentrer dans le but.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *