Michael Wolffsohn sur la Documenta : la malédiction et la bénédiction de l’antisémitisme

Michael Wolffsohn à la Documenta
Malédiction et bénédiction de l’antisémitisme

Une contribution invitée de Michael Wolffsohn

Ce que les auteurs de la Documenta de Kassel n’ont pas compris : l’antisémitisme conduit à l’auto-démantèlement. Il existe un certain nombre d’exemples historiques de cela, en particulier de l’histoire allemande.

Bien sûr, l’antisémitisme est une malédiction. Quoi d’autre? La liquidation encore plus que la discrimination, car bien sûr la destruction est pire que la dégradation. Mais même l’antisémitisme discriminatoire ne se termine souvent pas par des opinions inhumaines, pour la plupart ignorantes, mais a toujours, historiquement presque toujours, agi comme le déclenchement d’une haine liquidatrice, criminelle et meurtrière des Juifs. Dans l’Allemagne nazie, la haine auparavant discriminatoire des Juifs s’est terminée par le meurtre de six millions de Juifs, connu sous le nom d ‘«Holocauste».

Pas étonnant que Hell-Deutschland dise non à l’héritage de l’Allemagne noire sous quelque forme que ce soit. Sans merci et indépendamment du fait que la haine des juifs de toutes sortes grandisse sur le sol national, dans le Nord ou dans le Sud : la haine des juifs est la haine des juifs. Même lorsqu’elle se déguise en « liberté d’art » ou en « liberté d’opinion », comme on l’a fait récemment à propos de la Documenta.

L’antisémitisme ou la haine des juifs, comme tous les « antis » généralistes qui méprisent ou méprisent l’individu, est non seulement inhumain, mais stupide. En fin de compte, les antisémites se nuisent à eux-mêmes et à leurs communautés. Ils infligent des dégâts massifs, y compris des meurtres de masse, à des individus juifs. Historiquement, cependant, ils ont renforcé le collectif juif dans sa cohésion et sa volonté de survivre, et c’est là sa bénédiction, si vous voulez. On pourrait parler de dialectique. En d’autres termes, rien ne peut être compris sans son contraire.

Quadruple nouveau départ au pays des meurtriers

Concrètement : d’abord l’Holocauste, c’est-à-dire le meurtre de six millions de juifs, puis la résurrection juive dans l’Etat juif d’Israël, fondé en 1948, et même dans le « pays des meurtriers ». Ici quatre fois : d’abord le nouveau départ juif en Allemagne de l’Ouest, principalement à travers les quelques survivants polonais des enfers de l’extermination nazie, qui sont restés coincés en Allemagne, pour ainsi dire. Puis par les quelque 200 000 Juifs qui ont immigré de l’ex-Union soviétique à partir de 1990/91. Troisièmement, depuis le milieu des années 1990, environ 30 000 Israéliens pour qui leur patrie est trop dure et qui aiment donc l’Allemagne multiculturelle autrefois sanguinaire et maintenant extrêmement douce. Quatrièmement, 2022, les réfugiés juifs, y compris les survivants de l’Holocauste, d’Ukraine.

Les dommages aux personnes, au moral et au matériel que l’Allemagne s’est infligés à travers le national-socialisme ne sont pas seulement illustrés par les photos et les films de villes allemandes détruites à partir de mai 1945. L’effusion de sang culturelle, scientifique et donc aussi économique auto-infligée et à long terme avait déjà commencé en 1933. L’expulsion et le meurtre des Juifs ont commencé immédiatement après la prise du pouvoir par les nazis. Aucune communauté ne chasse et n’assassine impunément ses élites fonctionnelles, en particulier les Juifs, qui historiquement partout et toujours sont absolument loyaux, pacifiques et qui augmentent le bien commun.

L’histoire du monde enseigne que ce qui suit s’applique non seulement aux haïsseurs et meurtriers juifs d’Allemagne : « Seuls les veaux les plus stupides choisissent leur propre boucher. » La science et l’économie innovantes, en particulier aux États-Unis et en Israël, bénéficient encore aujourd’hui des fondations que les réfugiés juifs de l’Allemagne hitlérienne y ont posées. Hormis les immigrants et quelques autres exceptions, comme les inventeurs de vaccins Uğur Şahin et Özlem Türeci, l’Allemagne est toujours désavantagée dans le domaine des innovations révolutionnaires.

Gagner apporte des gains

Les expulsions médiévales de Juifs d’Europe occidentale et centrale, y compris d’Allemagne au Haut Moyen Âge, offrent des leçons de choses supplémentaires. Ils ont fait de la Pologne une puissance européenne majeure du XIVe au début du XVIIIe siècle. Le savoir et le désir de modernisation des réfugiés juifs ont également été décisifs. Mais surtout, la prévoyance du roi polonais Casimir le Grand (1333-1370), qui permit aux Juifs expulsés d’Allemagne et d’Europe occidentale d’immigrer dans sa monarchie. Au-delà de la morale, ce cours a été extrêmement bénéfique pour la Pologne en termes de politique de développement.

Le sultan de l’Empire ottoman Bayezid II (1481-1512) n’a pas agi différemment après l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492 et du Portugal en 1497. La tolérance, « l’endurance » des Juifs ont apporté des revenus supplémentaires à son empire déjà en herbe : économique, scientifique, culturel et politique. Bayezid II s’est heureusement moqué de la bêtise anti-juive des rois espagnols et portugais. Le Brandebourg doit aussi son essor à la stratégie clairvoyante et au moins à la tolérance fonctionnelle du Grand Électeur. En 1671, il accueille des juifs chassés de Vienne et à partir de 1685 des huguenots chassés de France.

Conclusion : La tolérance en vaut la peine, l’intolérance n’en vaut pas la peine. Plus encore : la haine des juifs, l’expulsion voire la persécution et l’anéantissement de cette minorité mondiale loyale, créative et structurellement pacifique conduit en tout cas à l’auto-démantèlement à moyen et long terme, parfois aussi à court terme. De plus en plus d’Etats arabes l’ont maintenant compris vis-à-vis d’Israël. Kassel, de larges cercles du milieu culturel allemand et l’Indonésie n’ont pas encore atteint ce message politique israélien et juif.

L’historien Michael Wolffsohn examine « la malédiction et la bénédiction de l’antisémitisme » en détail dans son livre « Another Jewish World History », Herder-Verlag 2022

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.