« Mieux déporter » : Paris veut déporter les migrants indésirables

« Mieux Déporter »
Paris veut expulser les migrants indésirables

Depuis que Le Pen est la plus grande faction d’opposition en France, la politique d’asile est une priorité. Le gouvernement présente maintenant une loi qui facilitera l’obtention d’un séjour pour les travailleurs qualifiés. Les réfugiés sans papiers doivent quitter le pays immédiatement.

Le gouvernement français envisage une nouvelle loi sur l’immigration : elle devrait faciliter l’expulsion des sans-papiers et en même temps simplifier l’emploi dans les secteurs en pénurie de main-d’œuvre. « Il s’agit d’une meilleure intégration et d’une meilleure expulsion », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur France Info. La Première ministre Elisabeth Borne a déclaré à l’ouverture du débat que la France « doit pouvoir dire qui on veut accueillir » et « qui on ne veut pas accueillir ». « L’immigration zéro » n’est « ni souhaitable, ni possible, ni plus réaliste que l’immigration non réglementée », a ajouté Borne.

À l’avenir, le gouvernement veut demander immédiatement aux demandeurs d’asile déboutés de quitter le pays sans attendre une éventuelle objection. La procédure d’asile devrait en principe être raccourcie. « Nous voulons ceux qui travaillent, pas ceux qui volent », a déclaré Darmanin.

D’autre part, les migrants qui travaillent dans des professions qui manquent de main-d’œuvre qualifiée devraient pouvoir obtenir plus facilement un permis de séjour. Cependant, de nombreux détails sont encore ouverts, a déclaré Darmanin. « Combien d’années auraient-ils dû être dans le pays ? Avons-nous besoin de quotas ? Le texte n’a encore rien dit à ce sujet », a déclaré Darmanin. « Nous avons besoin d’une politique de ténacité et d’humanité qui corresponde à nos valeurs », a déclaré le président français Emmanuel Macron dans une interview au journal « Le Parisien » ce week-end.

Le Pen doute de son efficacité

L’opposition de droite critique les idées du gouvernement comme étant trop laxistes. « A chaque législature, il y a une nouvelle grande loi, sinon deux. Cela ne changera pas non plus la situation, ou plutôt l’aggravera », a souligné Marine Le Pen, chef de file du Rassemblement national (RN) populiste de droite. Estimait que l’immigration en France était « hors de contrôle ». Les républicains conservateurs ont averti qu’une « légalisation de masse » pourrait avoir lieu. De leur côté, une vingtaine d’organisations humanitaires dénoncent une « spirale d’oppression ». « Les mesures prévues menacent de restreindre encore plus les droits des étrangers », a-t-il déclaré dans un communiqué. La France a adopté près de 30 lois sur l’immigration depuis 1980.

Les chiffres montrent clairement à quel point les lois en vigueur depuis longtemps sont peu suivies. L’année dernière, la France a demandé à 122 000 migrants de quitter le pays. Seuls 17 000 d’entre eux ont quitté le pays volontairement ou parce qu’ils ont été expulsés. Le nombre d’expulsions est redevenu un problème ces dernières semaines après qu’une femme algérienne qui aurait dû quitter le pays a été accusée d’avoir tué un enfant de 12 ans.

Le projet de loi devrait être débattu à l’Assemblée nationale début 2023. Macron n’a introduit qu’en 2019 une loi sur l’immigration destinée à accélérer le processus d’asile. Depuis que le RN Le Pen a formé la plus grande faction d’opposition à l’Assemblée nationale en avril, la question de l’immigration a reçu une attention accrue.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *