Modena Viaemili @ docfest, le festival du film de la réalité, est de retour

Le Modena Viaemili @ docfest est de retour, le vrai festival de cinéma qui du jeudi 11 au dimanche 14 novembre sera au multiplex Astra de Modène avec un programme complet d’événements avec entrée gratuite sur réservation. Le festival, désormais dans sa douzième édition, revient en direct après la version en ligne de 2020, redonnant au cinéma sa vocation de lieu de culture, de relation et de découverte.

« En cette période incertaine, nous voulons regarder vers demain – expliquent Fabrizio Grosoli et Roberto Roversi – avec l’espoir que les transformations, individuelles et collectives, que la pandémie a accélérées, si elles sont comprises et élaborées, peuvent être un pont vers l’avenir ».

Le leitmotiv de la nouvelle édition est celui de la biographie et il y a douze documentaires programmé au cinéma Astra, avec trois projections par jour en compagnie de réalisateurs et réalisateurs : c’est parti jeudi 11 novembre avec « Marx peut attendre » de Marco Bellocchio, « Pino – vie accidentelle d’un anarchiste » de Claudia Cipriani et « Jeu de l’année » d’Alessandro Redaelli.

Il continue le vendredi 12, avec « Man Kind Man » de Iacopo Patierno en collaboration avec l’Enpa de Modène et « Punta sacra » de Francesca Mazzoleni. Le même jour, il y a aussi un espace pour le concours international de vidéos qui racontent la santé mentale en collaboration avec le festival Màt : « Mieux vaut le fou que le court », avec la possibilité pour le public de voter et d’attribuer l’un des deux prix. samedi 13 novembre ce sera au tour de « L’occhio di vetro » de Duccio Chiarini et de « Naviganti » de Daniele De Michele. Suivra « Disco Ruin » de Lisa Bosi et Francesca Zerbetto, avec un after show à thème au Vibra Club de Modène où Lele Sacchi (DJ, promoteur, diffuseur radio et producteur) et SuperLaika monteront sur la console.

La critique oui ferme le dimanche avec « Notre mélancolie – journal d’un papa » d’Esmeralda Calabria avec le lycée Montessori de Rome ; « Prière du soir » de Giuseppe Piccioni ; « Eau, soif – histoire de la classe » de Valerio Jalongo et « Jihad Summer camp » de Luca Bedini.

Le programme comprend également la cérémonie de remise des prix du concours en ligne dédié aux œuvres produites dans le cadre de formations telles que les écoles de cinéma, les laboratoires et les ateliers, une unicité nationale, avec 18 films sélectionnés de toute l’Italie.

La salle Truffaut accueillera l’espace d’approfondissement et d’échange avec la conférence sur la formation professionnelle dans le secteur audiovisuel, la présentation du catalogue « L’Italie qu’on ne voit pas », édité par Ucca, et la présentation des propositions de la Réseau des spectateurs. Enfin, la rencontre avec les réalisateurs Marco Bellocchio et Duccio Chiarini, qui parleront de l’autobiographie dans le documentaire, à partir de leurs œuvres présentes dans la revue.

Une conférence sur la formation professionnelle

Non seulement des projections au Modène Viaemili @ docfest mais aussi des occasions de rencontre et d’échange sur le cinéma, notamment biographique, et sur le travail professionnel dans le domaine du septième art. Les réalisateurs des documentaires en revue seront présents dans la salle pour raconter la genèse de leur travail et dialoguer avec le public.

Le samedi 13 novembre à 10h30, à la salle Truffaut de Modène, il y a une réflexion sur la formation professionnelle dans la conférence « Enseigner le cinéma : expériences de formation en comparaison » avec Pierfrancesco Li Donni du Centre Expérimental de Cinématographie de Palerme ; Tonino Curagi de l’école civique de cinéma Luchino Visconti de Milan ; Antonio Borrelli de FILMaP et Arci Movie et Francesca Bergamini, responsable du Service de programmation pour les politiques d’éducation, de formation, de travail et de connaissance de la région Émilie-Romagne. Le thème de la conférence est lié au concours en ligne Viaemili @ docfest dédié aux écoles de cinéma et aux formations professionnelles audiovisuelles, dont la remise des prix est prévue le samedi 13 novembre à 21h au cinéma Astra de Modène.

Toujours à l’Astra, samedi 13 novembre à l’issue de la projection de « L’œil de verre » (prévue à 15h), les réalisateurs Duccio Chiarini, auteur de l’œuvre, et Marco Bellocchio interviendront sur « Portrait de famille : autobiographie dans le documentaire », à partir des films présentés dans la revue qui, d’une réflexion biographique, intime et familière, déplacent l’analyse vers des thèmes universels, comme seul le grand cinéma peut le faire. Ensuite, le codirecteur artistique et président d’Ucca, Roberto Roversi , présentera le catalogue de films promus par l’Union des cercles de cinéma Arci: « L’Italie qu’on ne peut pas voir », qui trouve chaque année un espace au sein du festival. Également le samedi 13 novembre, à 20h45, il y aura également la présentation du Réseau des spectateurs avec le président Valerio Jalongo.

Le samedi 13, le concours en ligne sera décerné

18 films issus d’écoles de cinéma et de formations professionnelles de toute l’Italie ont été sélectionnés pour participer au concours en ligne de Viaemili @ docfest et à la remise des prix le samedi 13 novembre, à 21h, au cinéma Astra.

Les films concourent pour les prix du jury, du public (qui a voté directement sur le site) et des Documentaristes d’Émilie-Romagne. Quelques jours après la mise en ligne des documentaires, il y avait déjà plus d’un millier de vues des œuvres et plus d’une centaine de votes attribués.

Le jury de l’édition 2021 est composé de Martina Melilli, Dario Bonazelli, Filippo D’Angelo, Gabriele Veronesi et Chiara Malerba.

Les écoles et autres formations qui ont envoyé des documentaires sont : Palermo Experimental Cinematography Center ; Centre Expérimental de Cinématographie Rome; École civique de cinéma de Milan Luchino Visconti ; École Holden de Turin; Cours de perfectionnement en cinéma documentaire et expérimental à la Cineteca di Bologna, Municipalité de Parme et Université de Parme; Recadrage des films personnels ; Résidence artistique Sons et visions aux archives AAMOD à Rome ; École de cinéma Gian Maria Volonté de Rome; Anthropologie visuelle Bologne; maîtrise en cinéma et télévision Suor Orsola Benincasa Université de Naples; Académie Renoir et Nouvelle Académie des Beaux-Arts de Milan.

La santé mentale et le cinéma interagissent

La santé mentale et le cinéma renouent avec le dialogue à Modène Viaemili @ docfst avec le concours international « Meglio Matti Che Corti », promu et organisé par Arci et l’AUSL de Modène dans le cadre de Màt – Semaine de la santé mentale. Le concours vise à diffuser une culture d’inclusion, de sensibilisation et de lutte contre les préjugés en explorant le monde de la santé mentale et les histoires de ceux qui le vivent. Quoi de mieux pour utiliser le langage du cinéma pour donner la parole aux citoyens et à tous les opérateurs qui œuvrent au quotidien pour réduire la souffrance et améliorer la qualité de vie de ceux qui accèdent aux services ? Cette année, plus d’une centaine d’auteurs du monde entier ont envoyé leur travail pour la compétition et la sélection des films finalistes a été organisée par Ennesimo Film Festival

Sept courts métrages sont arrivés en finale et seront projetés au cinéma Astra le vendredi 12 novembre : « Le bain » (Anissa Daoud, France, Tunisie) ; « Je ne te dis rien, je dis juste » (Milardović Sanja, Croatie, France) ; « Tout ce qui reste » (Hugo Salvaire, Belgique) ; « Homme sous-marin » (Jake Morris, Royaume-Uni) ; « Coquille d’œuf » (Ryan William, Irlande, Italie) ; « Phase 5 » (Valdés Carles, Espagne) ; « Motus. Pas un mot » (Wallace Elodie, France).

Il y a deux prix pour lesquels ces sept meilleurs concourent : le Prix Vittorio Saltini, qui sera décerné par un jury technique composé de Fabrizio Starace (directeur du Département de santé mentale de l’Ausl de Modène), Roberto Roversi (président national de l’Ucca ) et Leonardo Gandini (professeur à l’Université de Modène et Reggio Emilia), et le Prix du Public qui sera choisi par les spectateurs de la soirée de projection par le biais d’un bulletin spécial

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.